Accueil Plan du site Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base
DOSSIER cerig.efpg.inpg.fr 
Vous êtes ici : Accueil > Technique > Nouvelles technologies > L'avenir de l'imprimé au XXIe siècle > Chapitre 1           Révision : 07 Janvier 2004
L'avenir de l'imprimé au XXIe siècle
Jocelyne ROUIS - CERIG / EFPG
(18 décembre 2002)
I - Le papier support de l'écrit
Sommaire     Suite
Internet est devenu, en quelques années, une référence incontournable dans le monde de la connaissance et de l’échange des savoirs. Sa principale vitrine, le Web est capable de véhiculer du texte, des images, des photos, du son et de la vidéo et se positionne à la fois en tant que :
    outil de diffusion des savoirs, le Web étant tout à la fois, immense bibliothèque, gigantesque encyclopédie, librairie sans limite, organe de presse des plus complets, discothèque, vidéothèque... ;
  et outil de communication permettant par exemple aux entreprises de bénéficier d’une vitrine extraordinaire.
D’autres services d’Internet comme le courrier électronique, les listes de diffusion, les forums de news, déjà présents bien avant le développement du Web, participent eux aussi à cette mise en perspective des modes de transfert des savoirs. Internet devient alors le mode de communication universel. Ce phénomène, associé à la généralisation des supports numériques pour l’écrit, secoue très durement le monde de l’imprimé réputé et reconnu jusque là pour sa stabilité et conduit à de profonds changements dans notre rapport à l’écrit.
A l'aube du XXIe siècle, la question d’un monde sans papier où l'écran de l'ordinateur remplacerait la page écrite ou la page imprimée est-elle encore d’actualité ? Le papier est-il à ce point remis en question dans son rôle de support de l’écrit ?
I. 1- L'histoire du papier
Depuis sa naissance en Chine au IIIe siècle avant notre ère jusqu'à aujourd'hui, le papier a vécu une épopée remarquable à travers un itinéraire le conduisant d'Asie en Orient, puis d'Orient en Occident. L'invention du papier en Chine est datée, par les fouilles archéologiques de ces vingt dernières années, du IIIe siècle avant JC et non de 105 après JC comme il est communément admis [1-1,1-2,1-3]. A cette époque, Caï Lun a cependant contribué à améliorer la  technique de fabrication du papier, l'a codifiée et a officialisé le papier comme support usuel de l'écriture[1-4].
Pendant près de mille ans, les pays d'Asie (Chine, Corée et Japon) garderont le secret de sa fabrication jusqu'à ce que les Arabes, après la bataille d'Atlah près de Talas, en 751, l'obtinrent de prisonniers de guerre chinois [1-5]. Le papier, sous produit inattendu de cette bataille, fut d'abord fabriqué à Samarkande. Puis cette invention se répandra jusqu'en Andalousie en passant par Bagdad (793) et Damas, puis au Yémen, en Egypte au Caire (900), au Maghreb, et finalement en Europe via l'Espagne (San Felipe en 1056) et l'Italie (Sicile en 1102 et Fabriano en 1276). En France, le papier ne sera produit qu'au  début du XIVe siècle.
Avec l'essor de l'industrialisation de l'imprimerie en Europe à partir du XVe siècle, grâce à l'invention de la fonte des caractères d'imprimerie en série par Gutenberg en 1440, le papier devient "médium universel". Moins coûteux à fabriquer que le parchemin, il s'accommode parfaitement aux besoins d'une production d'imprimés en série. Sa fabrication va alors se moderniser.
Enfin, c'est au XIXe siècle que la fabrication du papier sort du domaine de l'artisanat pour entrer dans l'industrie lourde avec la machine à papier et la pâte à bois. De rare et précieux, il devient abondant et bon marché, ce qui permet un développement important des livres et l'édition de journaux à grands tirages. Au fil du temps, des progrès techniques contribueront à faciliter sa fabrication du papier et à améliorer sa qualité.
Aujourd'hui, loin de faire disparaître le papier, l'informatique, la bureautique et Internet ne font qu'accroître sa consommation. Avec 320 millions de tonnes de papier consommé en 2003 et des prévisions d'augmentation en moyenne de 2,2 % chaque année, les nouvelles technologies soutiennent sa progression.
I. 2- Les usages du papier
En effet, l’utilisation du papier ne s’est pas limitée aux activités nobles de la transmission des idées et des savoirs ou de l’enregistrement des transactions commerciales [1-1]. Très tôt, elle s’est diversifiée :
    rôle de papier à usage domestique en Chine dès le IXe siècle ;
  rôle ludique : dès 969, la xylographie (impression au moyen de bois gravé) est employée en Chine pour la fabrication de cartes à jouer ;
  rôle dans l’emballage : à la même époque en Égypte les commerçants du Caire emballent leurs produits dans du papier et ce au plus grand étonnement des voyageurs.
Aujourd’hui les utilisations du papier sont nombreuses et variées. Et uniquement dans le secteur de l’impression, le papier se décline pour usages multiples depuis les cartons, les boites, les sachets, les prospectus, les magazines, les journaux, les fax, les photocopies, les sorties d'imprimantes, et bien d’autres encore. La demande en papier n'a jamais été aussi forte. Sa consommation continue de progresser et devrait doubler dans les cinquante années à venir. Parmi ses nombreux usages, on peut établir la classification suivante :
    Papier graphique : Les papiers graphiques, supports d'impression et d'écriture, sont composés de pâte chimique blanchie, d'un grammage de 60 à 150 g. Parmi eux, on trouve :
 - les papiers non-couchés comme les bouffants, les papiers peu denses, les bruts de machine(adaptés à la typographie) et les offsets, calandrés et lissés pour convenir à cette technique ;
 - les papiers couchés dont la surface est microporeuse donc fermée par des pigments minéraux. Ils sont idéaux pour l'impression et notamment la quadrichromie.
  Papier Journal : Fait de pâte mécanique ou recyclée ou d'un mélange des deux, le papier journal présente un grammage de 40 à 49 g. Il absorbe bien l'encre mais a tendance à jaunir avec le temps.
  Papier à usages domestiques : Dans le domaine sanitaire et domestique, la ouate de cellulose est le papier le plus fréquemment utilisé notamment dans la fabrication du papier toilette, essuie-tout, mouchoirs, les serviettes de table …Ces produits sont fabriqués à base de pâte à papier neuve ou recyclée. Ils sont d'un grammage très faible (17 g/m2).
  Papier emballage et cartons : Le papier et les cartons plats ou ondulés représentent une grosse part des matériaux d'emballage devant le verre, le plastique, le bois ou le métal. Toutes les pâtes ou mélanges de pâtes interviennent dans leur composition : Kraft, pâte mécanique, pâte recyclée …
  Papier sécurisé : Les papiers utilisés pour la fabrication des billets de banque sont des papiers à haute valeur ajoutée. Ils peuvent réagir en cas de falsification.
D’un point de vue économique, le papier présente sans aucun doute le meilleur rapport qualité/prix/utilisation pour l'impression. Il offre tout un panel de possibilités au niveau de ses usages et par ailleurs lorsqu’il est imprimé :
    Il n’est pas nécessaire d’utiliser une source d’énergie pour pouvoir le lire ;
  La lecture est possible en plein soleil, la nuit à la lueur d’une simple bougie, par-dessus l’épaule du voisin... ;
  L’imprimé sous forme de magazines, journaux, livres ou documents est facilement transportable ;
  etc.
Quel matériau présente aujourd’hui autant de diversité d’utilisations pour un coût d’usage aussi modique ?
C'est pourquoi, répondre à la question sur l’avenir du papier en tant que support d’impression conduit à considérer les supports de l’écrit dans leur globalité et par conséquence à s’interroger sur les fonctionnalités de l’écrit.
L’écrit correspond à la représentation de la pensée par des signes conventionnels. C’est un moyen de :
    transmettre des connaissances, des idées et des savoirs ;
  communiquer (assurer un lien entre des personnes distantes) ;
  sauvegarder et archiver. En effet, alors que la mémoire ne dure que le temps de la vie d’un être humain, l’écrit lui survit indépendamment du support sur lequel il se retrouve.
Le papier véhicule donc l'essentiel des échanges intellectuels de notre temps. Cependant au cours des millénaires, les supports de l’écrit n’ont pas cessé de se métamorphoser pour s'adapter aux exigences de l'histoire. Cette évolution des supports physiques de l'écrit s'est accompagnée d'une modification de la forme des documents. Comprendre notre relation à l'écrit à travers un voyage dans l'histoire des supports nous permet d de mieux appréhender l’avenir du document imprimé. En effet, les nouvelles technologies de l’information ne représentent qu'une étape dans cette fascinante saga de l’évolution de l'écrit.
 
 
Page précédente Sommaire Page suivante
 
 
    Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base    
 
Copyright © CERIG/EFPG 1996-2004