Accueil Recherche | Plan Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base
logo CERIG NOTE TECHNIQUE cerig.efpg.inpg.fr 
Vous êtes ici : Accueil >Technique > Économie et communication > Les plates-formes d'affaires pour l'imprimerie
          Révision : 16 octobre 2000
Note précédente Liste des notes     Les plates-formes d'affaires pour l'imprimerie     Page technique Note suivante
 
J. Rouis (CERIG / EFPG)
(16 Octobre 2000)
 

Les sociétés de services en ligne destinées au monde de l'imprimerie sont en plein essor. Leur nombre ne cesse d'augmenter chaque jour. Pour le secteur spécifique des Industries Graphiques, le nombre de sociétés de e-commerce est impressionnant : près d'une centaine ont été créées depuis un an à peine, et cela uniquement sur les États Unis. Cette nouvelle forme de commerce arrive aujourd'hui progressivement en Europe. Elle ne manque pas de susciter de nombreuses interrogations de la part des imprimeurs, notamment en France.
Qui sont ces sociétés ? Que font elles ? Avec quels moyens techniques se développent-elles ? Quels services apportent-elles réellement aux entreprises du secteur graphique ? Sur quel segment de marchés interviennent-elles ?
Afin d'apporter des éléments de réponse à ces interrogations et pour mieux comprendre les enjeux, le Cerig propose d'analyser et de classer ces sociétés par types d'activité, car l'offre est très diversifiée.
 

Un contexte économique favorable

En savoir plus...
sur le "e-business" dans les industries Graphiques :

Profitant d'un contexte économique, où la rentabilité des investissements en matériel est essentiel pour la bonne marche d'une entreprise, les sociétés de "e-commerce", ou plus justement de "e-business" car il s'agit de commerce entre sociétés, semblent avoir à priori une offre de service intéressante pour la profession. Leur principe repose sur la mise en place d'une interface clients/imprimeurs sur un site web. Elles offrent ainsi aux imprimeurs la possibilité de trouver de nouveaux clients et d'améliorer leur relation avec leur ancienne clientèle. Aux clients (éditeurs ou autres), elles permettent de contacter rapidement de nombreux imprimeurs pour obtenir des devis sur une offre de travail. La proposition semble donc à priori alléchante. Cependant, et c'est peut-être là que se situe le problème, ces services ne sont pas gratuits notamment pour les imprimeurs. En effet, ces derniers devront être membres ou partenaires des sites pour accéder aux appels d'offres c'est à dire payer un droit d'entrée, calculé selon des modalités variables. A ce droit d'entrée se rajoutera le plus souvent un pourcentage sur les transactions réalisées par l'intermédiaire de la plate-forme Web (généralement entre 2 et 7 %). Pour les clients ou donneurs d'ordres, le coût du service est beaucoup plus modeste, voire nul. Le résultat est implicite, le nombre d'imprimeurs américains adhérents réellement à ces plates-formes reste encore relativement faible, et c'est souvent plutôt contraints et forcés par leurs donneurs d'ordres que les imprimeurs deviennent adhérents des plate-formes d'affaires.
 

Un large éventail de prestations

Un étudiant américain du RIT (Rochester Institute of Technology) dénombrait le mois dernier, près de 200 sociétés ayant une activité liée au e-business dans le contexte industriel. Il est vrai que son classement répertoriait des sociétés présentant une très large offre de service. L'éventail des prestations décrites était beaucoup trop important pour être traité dans un même article. Nous avons donc limité notre étude à ce que l'on appelle les "plate-formes d'affaires sur Internet". Elles sont apparus il y a environ un an aux États Unis et cherchent actuellement à s'introduire sur le marché européen et même français. Rien que dans ce secteur particulier, deux catégories de sites se distinguent : d'un coté les places d'affaires ou RFQ, et de l'autre les plates-formes d'affaires intégrées.

   

les place d'affaires sur Internet (encore appelées des RFQ (pour Request for Quotation, ou demande de prix). Ces sites permettent à des acheteurs de définir leurs travaux d'impressions à l'aide de formulaires électroniques pré-établis et de lancer des appels d'offres aux imprimeurs affiliés au site Web de ces places d'affaires. En retour, ils reçoivent les propositions de prix des imprimeurs. Les sociétés (RFQ) jouent donc un rôle d'intermédiaire neutre. Elles se contentent d'offrir uniquement un lieu de rencontre entre acheteurs et imprimeurs. Généralement, l'utilisation du site est gratuite pour les acheteurs et payante pour les imprimeurs.
La valeur ajoutée de ces sites réside (selon le discours en vogue) dans une ouverture vers une nouvelle clientèle pour les imprimeurs et dans la possibilité pour l'acheteur de comparer plusieurs offres de prix. Les inconvénients sont plutôt du côté de l'imprimeur. Il devra souvent répondre à de nombreux devis sans garantie de retour, avec le risque de voir une comparaison des travaux se situer uniquement sur le plan du prix et non sur celui de la qualité de la prestation. Deux sites aux USA sont leaders sur cette activité : Printbid.com et 58k.com.
En France, le site Web d'Imprimerie-On-Line propose, depuis plus d'un an, une plate-forme pour les appels d'offres à des imprimeurs affiliés (ayant payés une cotisation annuelle). Cependant, il convient de noter une différence notable avec les sites précédents : Imprimerie-On-Line ne touche aucune commission sur les transactions enregistrées par le site. Ce modèle économique conviendra peut-être mieux aux imprimeurs. En effet, sur la France, ce site enregistre déjà près de 150 imprimeurs affiliés.

 

les Plate-formes d'affaires intégrées. Plus sophistiqués que les premiers, ces sites proposent des fonctionnalités de suivi des commandes passées en ligne. Déjà en 1996, iPrint.com était le premier à mettre en place un service de courtage en ligne. Plus récemment, d'autres acteurs sont venus le rejoindre. Il s'agit de Noosh, Impresse, Printchannel, PrintConnect, Print Cafe, Mediaflex et bien d'autres encore. Contrairement aux sites RFQ qui insistent sur la perspective de nouveaux clients, ces sociétés mettent plutôt en avant le renforcement des relations existantes entre les acheteurs et les imprimeurs, en fournissant aux deux parties une interface de communication qui leur permettent d'avoir plus d'efficacité dans leur contact -- que ce soit au moment de la commande, ou plus loin dans le suivi et la validation des différentes étapes de réalisation de cette commande. Les services que l'on retrouve chez la plupart de ces sociétés sont : appels d'offres, commandes, préparation de l'imprimé à l'aide de modèles (templates), transmission d'épreuves, suivi logistique et facturation. Techniquement, il s'agit pour l'imprimeur soit d'utiliser l'interface proposée par le site, soit de personnaliser cette interface avec le logo et les couleurs de l'imprimeur. Cependant, dans tous les cas, l'application tourne uniquement sur le site du fournisseur. Ce qui revient à dire que l'imprimeur aura une partie de son propre site externalisé chez le fournisseur, le coût des prestations étant liées à ce service. En général, les imprimeurs ont à payer une licence dont le coût est relativement important. De plus, ils doivent également payer un pourcentage sur les transactions générées par le web. Le client ou acheteur verse, lui, une modeste contribution mensuelle. Les avantages annoncés aux imprimeurs sont d'une part une disponibilité de 24 heures sur 24, et d'autre part une réduction des tâches pour la préparation et la validation des données. Les clients, quant à eux, apprécient la facilité d'emploi. Là encore, la sélection se pratique surtout les prix.

 
Depuis la dernière DRUPA, ces sociétés de "e-business", et notamment les plate-formes d'affaires intégrées, ont fait couler beaucoup d'encre dans les magazines professionnels. Chaque site ayant des spécificités propres, nous avons regroupé dans un tableau comparatif les conditions d'accès et les coûts de quelques sociétés parmi les plus citées aujourd'hui.
 

Sociétés Adr. Internet Marchés visés Prix des services Nbr. de Clients annoncés
Collabria www.collabria.com Imprimeurs de toutes tailles Droit d'entrée : variable (autour de quelque milliers de dollars US) Environ 500 utilisateurs
        + Pourcentage sur les transactions signées dont 1/3 sont des imprimeurs
Impresse www.impresse.com Grands groupes acheteurs et imprimeurs 1 % sur le montant de chaque contrat signé Environ 269 utilisateurs
      (à payer soit par l'imprimeur soit par le client au terme d'un arrangement) dont 2/3 sont des imprimeurs
Mediaflex www.mediaflex.com Imprimeurs numériques Inscription : 5000 dollars US pour s'inscrire Environ 70 imprimeurs
    1 ou 2 couleurs et courts tirages Pourcentage sur le montant des contrats signés  
Noosh www.noosh.com Grands groupes acheteurs et imprimeurs Contribution mensuelle Environ 166 utilisateurs
       + Pourcentage sur le montant des contrats signés    
Pagepath www.pagepath.com Petites et moyennes entreprises Service de base gratuit 2000 utilisateurs annoncés ?
    Imprimeries, graphistes, reprographes ou Inscription : 300 dollars US plus 5 dollars/jour d'utilisation  
Print Cafe www.printcafe.com Potentiellement, tous les clients des sociétés informatiques rachetées par PrintCafe Droit d'entrée : estimation en fonction de la taille de l'entreprise Environ 200 utilisateurs
Print Connect www.printconnect.com Petites et moyennes entreprises ? ?
Tableau : Le coût des services des sociétés de "e-business" parmi les plus en vue aux USA.
 

La lecture de ce tableau confirme des coûts de service très élevés, et finalement un nombre d'utilisateurs relativement modeste à ce jour. Ce constat nous amène donc à nous interroger sur l'utilité de ces sites par rapport aux services réellement apportés aux imprimeurs.
 

Conclusion

Aux États Unis, des opinions opposées se dégagent à propos de ces sociétés de "e-business". D'un coté, de nombreux imprimeurs, parmi les plus importants, prennent clairement parti contre l'offre des sociétés de "e-business". L'imprimerie Quad Graphics, par exemple, décrit dans un article signé de son président, les raisons de ses opinions. Pour Larry Quadracci, ces sociétés ne sont rien d'autres que des sociétés de courtage. Elles se positionnent en intermédiaire dans les relations entre l'imprimeur et son client et bien entendu prélèvent un tribu (entre 2 et 6 % des transactions, ce qui est loin d'être négligeable) pour leur intervention, alors qu'elles ne supportent aucun des risques financiers pris par l'imprimeur. Leur action se limite en effet à la mise relation des clients et des imprimeurs à l'aide d'une base de données.

Pour des imprimeurs de taille moins importante, la possibilité de drainer de nouveaux clients est sans doute un argument de poids. Cependant, et les chiffres du tableau ci-dessus nous le confirment, les adhésions à ces plates-formes ne sont pas massives pour l'instant.

Au delà d'un simple phénomène de mode, il est important de bien comprendre les enjeux de cette nouvelle économie et de se poser les bonnes questions. Le monde de l'imprimerie a-t-il réellement besoin de ce type de société pour envisager le commerce dans les années à venir ? Difficile de répondre. Cependant, si les sites de "e-business" n'apportent pas une réelle valeur ajoutée aux imprimeurs, les sociétés qui les gèrent péricliteront.

Une autre voie se dessine, basée sur la standardisation d'un langage (issu du XML) propre à la profession. Parmi les projets, on peut citer PrintML (pour Printing Industry Markup Language, ou langage de description de pages pour l'industrie graphique), une application professionnelle dérivée du langage XML. Cette application normative permet aux imprimeurs, à leurs clients, et à leurs fournisseurs de s'échanger des messages d'ordinateur à ordinateur par l'intermédiaire d'Internet. Sont concernés : les demandes de prix, les relevés de consommation papier, les instructions de fabrication et de livraison, et plus généralement toutes les informations de gestion.

Note précédente Liste des notes Page technique  Note suivante 
 
Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base
 
Copyright © CERIG/EFPG 1996-2002
Mise en page : J.C. Sohm