Accueil Recherche | Plan Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base
dossier cerig.efpg.inpg.fr 
Vous êtes ici : Accueil > La technique > Internet et le Web > Images et graphiques pour le Web > L'image sur le Web           Révision : 08 décembre 2003
Page précédente Images et graphiques pour le Web Page suivante
Page précédente   Page suivante  
Jean-Claude SOHM - CERIG / EFPG
(28 novembre 2003)

II - L'image sur le Web

II-1- Les formats utilisés

Pour nous faire une opinion sur l'importance relative des différents formats d'image sur le Web, nous nous sommes livrés à l'expérience suivante. D'abord, nous avons fait le vide (favicons exclus) dans le cache de notre navigateur. Puis nous avons choisi un annuaire francophone (Nomade) et, dans chaque rubrique, nous avons visité quelques sites et suivi quelques liens. Enfin, nous avons examiné le cache de notre navigateur, en classant les fichiers par type (après élimination des trois fichiers utilisés par Windows Update). Les résultats obtenus sont rassemblés dans le tableau ci-dessous, dont la partie haute concerne les pages, et la partie basse les images.

Nous ne prétendons pas, bien sûr, que les chiffres de ce tableau représentent exactement ce qui se passe sur le Web francophone, et encore moins mondial. Sur la toile, le bruit statistique est considérable, et il faut réellement effectuer un très grand nombre d'observations pour pouvoir fournir des données quantitatives valables. Cependant, si nous nous en tenons au domaine qualitatif, le tableau ci-dessous fournit une bonne image de ce qui se passe.

En examinant la partie haute du tableau, nous voyons que notre surf express nous a fait visiter environ 150 pages Web. Leur nombre exact est difficile à déterminer, car si une page contient des cadres, son affichage nécessite plusieurs fichiers. En additionnant toutes les pages (HTML, ASP, PDF, PHP,TXT ainsi que les réponses de l'annuaire), nous obtenons un total de 184 qui est certainement par excès.

Le fait que nous n'ayons rencontré qu'un seul fichier PDF n'est pas surprenant. Il résulte du fait que nous consultions un annuaire, lequel ne cite que les pages d'accueil des sites. Or si le format PDF est utilisé sur un site, ce n'est pratiquement jamais pour la page d'accueil. En fait, des tests effectués sur les moteurs de recherche montrent que 1 à 2 % des documents sont au format PDF. C'est loin d'être négligeable, quand on sait qu'il y a plus de 6 milliards de pages sur le Web.

Pour visionner ces 150 pages Web, nous avons utilisé 1242 images et animations, soit environ 8 images par page, chiffre raisonnable pour le Web. A titre de comparaison, le CERIG sert 10 à 12 images par page HTML.

Pages Web
Extension Type de fichier Nombre Taille max.(Ko)
asp page ASP 1 71
css feuille de style (externe) 25 22
htm, html page HTML 149 142
js script JS (externe) 29 32
pdf document PDF 1 188
php page PHP 4 14
txt fichier ASCII 13 6
- réponse annuaire 16 61
Images
Extension Type de fichier Nombre Taille max.(Ko)
bmp image bitmap 1 3
class applet 3 9
gif image GIF 969 136
jpeg image JPEG 242 138
png image PNG 10 11
swf animation Flash 17 816

En ce qui concerne les images (partie basse du tableau ci-dessus), nous vérifions que le format GIF est bien la "bonne à tout faire" de la toile, en particulier pour les petites images (environ 40 % des 969 images GIF pèsent 1 Ko ou moins). Et tout ce qui n'est pas en GIF est en JPEG, ou presque. On notera au passage que certains concepteurs de site n'ont pas peur de créer des images lourdes : la plus grosse image GIF pèse 136 Ko, et la plus grosse JPEG 138 Ko !

Le format PNG est présent. Modestement, certes, mais il est difficile de surfer une ou deux heures sur le Web sans le rencontrer. Cependant, ceux qui écrivent que ce format va très bientôt remplacer complètement le format GIF sur le Web rêvent tout éveillés.

Les animations Flash, dont on nous rabat les oreilles (à en croire les plus excités, Flash aurait déjà remplacé le HTML...), sont présentes de manière fort modeste. Certaines animations pèsent un poids démesuré : 816 Ko, c'est de la folie ! On comprend à quoi sert le bouton "skip intro"...

Les applets sont généralement utilisés pour réaliser des animations dans les pages HTML. Mais créer un applet requiert des talents de programmeur, et la connaissance du langage Java. Cela implique un gros effort en comparaison d'un résultat plutôt modeste. La plupart des concepteurs de site estiment que le jeu n'en vaut pas la chandelle, si bien que les applets sont présents de manière évanescente sur le Web. On peut désactiver la JVM (Java Virtual Machine) de son navigateur, et surfer sans s'apercevoir de rien.

Il y a deux formats dont nous entendons parler régulièrement, mais que nous n'avons pas rencontrés : JPEG2000 et SVG. Les images utilisant ces formats sont rarissimes sur le Web. Il faut vraiment consulter un site qui leur soit dédié, pour trouver ensuite dans le cache du navigateur un fichier possédant l'extension jp2 ou svg.

Il y a un format dont on ne parle plus, et que nous n'avons effectivement pas rencontré, c'est Shockwave. Il permet de diffuser sur le Web des fichiers de type Director (Macromedia), c'est à dire des animations matricielles. Mais les fichiers correspondants sont très lourds, et cette technologie n'est plus guère utilisée sur le Web.

En conclusion, trois formats se partagent l'affichage des images fixes : GIF, JPEG et PNG. Par conséquent, sur le Web, l'image est essentiellement de type matriciel. Ceci mérite quelques explications, lesquelles se trouvent dans les paragraphes suivants.

 

II-2- L'image matricielle et l'image vectorielle

La numérisation des images, qui s'est développée dans les années 80, a donné naissance à deux techniques distinctes. On peut créer :

Les deux images ci-dessous illustrent cette différence sur un exemple simple (la lettre A majuscule en Arial italique de corps 30, agrandie 5 fois). L'image de gauche est issue du logiciel Photoshop, la grille matérialisant les pixels. L'image de droite est issue du logiciel Illustrator, le dessin de la lettre A étant sélectionné.

image matricielle
 
image vectorielle
Image matricielle
(x 5)
Image vectorielle
(x 5)

Comme le montrent les images ci-dessus, on reconnaît une image vectorielle au fait que sa qualité ne se dégrade pas lorsqu'on agrandit sa taille (zoom positif). La diminution de taille (zoom négatif) ne devrait pas non plus dégrader l'image,mais ce n'est pas ce que l'on constate en pratique, parce que la résolution de l'écran du moniteur est médiocre (voisine de 72 dpi).

En règle générale :

 

II-3- L'image sur le Web

Première constatation : pour une raison obscure, l'image vectorielle est arrivée tardivement sur le Web. L'image matricielle, par contre, est arrivée très tôt, ce qui fait qu'aujourd'hui elle domine très largement.

Seconde constatation : pour l'image matricielle, il n'existe pas de procédé de compression qui soit efficace à la fois pour les images en tons continus (telles que les photos) et pour les images au trait (telles que les diagrammes). Deux formats matriciels distincts se partagent donc l'essentiel des images fixes sur le Web :

Le Web présente une situation qui parait anormale : les images au trait sont généralement transmises à l'internaute sous forme matricielle, alors qu'une transmission vectorielle serait théoriquement préférable. Trois raisons peuvent être invoquées pour expliquer ce paradoxe :

 

II-4- Conclusion

 La situation actuelle de l'image sur le Web est caractérisée par les points suivants :

Nous allons, dans les chapitres suivants, analyser cette situation et tenter de déterminer son évolution future.

Page précédente Retour au sommaire Page suivante
Page précédente Retour au sommaire Page suivante
Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base  
Copyright © CERIG/EFPG 1996-2004
Mise en page : J.C. Sohm