Accueil     Recherche | Plan     Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base  
logo CERIG Histoire de nos métiers Cerig 
  Vous êtes ici : Accueil > Base de connaissances > Histoire de nos métiers > Grésivaudan, vallée historique de l'industrie du papier (in memoriam) > Papeterie du Domeynon (Domène) Révision : 4 avril 2016  
Page précédente
Précédent
Grésivaudan, vallée historique de l'industrie du papier
(in memoriam)
Retour au sommaire
Sommaire
   Page suivante
Suivant
Gérard COSTE - Ingénieur EFPG

Extraits du Bulletin de La Cellulose
Mise en ligne : Février 2012
Révision : Mars 2013

Partagez sur Facebook
Rejoignez-nous

     
Voir aussi :
     

III - Papeterie du Domeynon (Domène)

  Papeterie du Domeynon installée dans la gorge du Doménon au début du XXe siècle  
Papeterie du Domeynon installée dans
la gorge du Doménon au début du XXe siècle

La Papeterie du Domeynon est créée à Domène par Amable Matussière en 1856. Elle est à l’origine du groupe papetier Matussière & Forest (M&F). Site historique et affectif des familles Matussière et Forest, l’usine a toujours bénéficié d’égards particuliers qui lui ont certainement permis de perdurer malgré une faible rentabilité et surtout une localisation devenue progressivement inadaptée pour ce secteur d’activité. L’histoire de cette usine est donc fortement liée à celle du groupe M&F qui, dans le dernier quart du XXe siècle, va spécialiser avec succès tous ses sites de production pour l’utilisation de papiers recyclés, à l’exception de la papeterie du Domeynon.

En 1865, Amable Matussière remplace la chute d'eau naturelle de 15 mètres de dénivellation par une conduite qui lui permet de disposer d’une chute de 35 mètres et de 400 CV de puissance pour sa râperie. En 1877, il lance une fabrication de pâte de paille à la soude blanchie en utilisant deux lessiveurs rotatifs. Provoquant une grande pollution du Doménon, elle rencontre une vive opposition de la part des Doménois et A. Matussière est contraint de mettre fin à son initiative. En 1878, il installe une deuxième chute de 157 mètres de hauteur qui lui fournit 1800 CV. Comme beaucoup de papetiers de cette époque, il expérimente aussi la fabrication de pâte chimique au bisulfite qu’il arrête en 1897.

Vers 1870, son fils Louis rachète les installations hydrauliques du Mont-Cenis à Modane-Fourneaux (Savoie) qui, d'ailleurs, ont fourni l’air comprimé lors du percement du tunnel ferroviaire du Fréjus. En 1882, il construit une chute de 135 mètres à Modane pour fournir l’énergie motrice d’une production de pâte à papier et de papier qu’il vient de mettre en place.

À la fin du siècle, Louis Matussière et son beau-frère Gabriel Forest achètent le domaine forestier Bonabé situé sur le versant espagnol des Pyrénées et inexploitable du côté de l'Espagne. Le bois est transporté en France, via le port de Salau, afin d'être transformé en pâte à papier vendue aux usines de la région. En 1908, conscients que la meilleure solution consiste à fabriquer le papier eux-mêmes, ils rachètent la papeterie Foch de Lédar – arrêtée depuis quelques années – dans la commune de Saint-Girons (Ariège), et ils y installent une nouvelle machine à papier.

Compte tenu de la concurrence exercée par la proximité des papeteries de la Gorge (Senequier & consorts), Matussière n’hésite pas à construire des logements près de son usine pour fidéliser sa main d’œuvre à Domène.

Villas ouvrières de la Papeterie Matussière et Forest à Domène au début du XXe siècle
 Villas ouvrières de la Papeterie Matussière et Forest
à Domène au début du XXe siècle

Amable Matussière meurt en 1901, laissant son fils Louis et son gendre Gabriel Forest continuer son œuvre. Ces derniers installent leur première machine à papier à Domène qu’ils démarrent le 31 juillet 1911 pour fabriquer 300 tonnes par mois de papier d’impression ordinaire et de papier journal.

En 1920, les petits-fils d’Amable – Pierre Matussière, fils de Louis, et Georges et Henri Forest, fils et successeurs de Gabriel Forest décédé en 1917 – créent trois sociétés distinctes pour chacune des usines, conservant cependant dans leur raison sociale la mention Matussière & Forest (M&F).

En 1923, l’usine de Domène, devenue la société "Les Papeteries du Domeynon Matussière & Forest", accueille une deuxième machine à papier pour produire des papiers minces frictionnés, d’emballage et de pliage. L’usine de Modane devient les Papeteries du Mont-Cenis M&F et celle de Saint-Girons, la Papeterie de Lédar M&F.

L’espace insuffisant pour un développement futur et l’implantation d’une troisième machine à papier dans l’usine de la gorge du Doménon incitent Henri et Georges Forest à s’installer sur des terrains plus vastes, au lieu-dit Le Moutiers, à proximité de la gare ferroviaire de Domène. La nouvelle usine est mise en service en 1930 avec l’implantation de la machine 3 (démarrage en 1931). Les décès prématurés d’Henri Forest (1933) puis de Georges Forest (1935) ainsi que la crise économique des années 30 engendrent d’énormes difficultés. Paul Forest, fils d’Henri, est alors trop jeune pour prendre la succession. C’est Gabriel, fils de Georges, et le directeur Charles Cuzin qui maintiennent l’affaire dans des conditions particulièrement difficiles. Après l’Armistice de 1940, les deux cousins Gabriel et Paul Forest deviennent co-directeurs au sein du Groupe Matussière & Forest. Lors de la réorganisation administrative du groupe en 1951, Paul Forest assure seul la direction de l’usine de Domène. Les investissements se poursuivent afin de moderniser l’usine du Moutiers : une nouvelle râperie en 1951, une centrale hydroélectrique dans la gorge du Doménon en 1955 pour alimenter l’usine du Moutiers, et l’installation de la machine 4 en 1957. Les machines 1 et 2 de l’ancienne usine de la gorge sont arrêtées en 1957 et vendues. Le matériel réutilisable est transféré sur l’usine du Moutiers.

  Coupe transversale du papier d’édition Belledonne fabriqué par l’usine du Domeynon  
 Coupe transversale du papier d’édition
Belledonne fabriqué par l’usine du Domeynon –
G=700X
[G. Coste/EFPG]

En 1958, est créée la Société Française d’Achat de Rondins (SOFAR) afin d'alimenter les râperies des papeteries de France (installation de la M8 à Lancey), des papeteries du Domeynon (installation de la M4 à Domène) et des papeteries de Moulin Vieux, la Gorge de Domène, Navarre à Champ sur Drac, et Vizille.

Les années 70 voient l’implantation d’une salle de façonnage moderne mais non attenante à l’usine, ce qui oblige à transporter des bobines filles par camions. À l’époque, apparaît une gamme de papiers pouvant contenir de la pâte mécanique et destinés à l’édition, à l’impression-écriture, à la duplication, aux liasses et formulaires en continu (LFC), aux supports pour contre-collage ou enduction, etc. Ces papiers sont commercialisés sous des noms évoquant les sommets alpins enneigés une partie de l’année : Belledonne, Iseran, Meije, Taillefer, Venosc.

À partir de 1983, Louis Matussière, fils de Pierre Matussière et arrière-petit-fils d’Amable, regroupe toutes les usines M&F au sein d’une même société, avec l’accord de Paul Forest. Ainsi naît le groupe Matussière & Forest SA qui absorbe les Papeteries du Domeynon. Louis Matussière la préside de 1983 à 1996.

En 1996, Michel Soriano prend la présidence du groupe qui comprend alors six usines : Domène, Entre-Deux-Guiers, Rambervillers, Raon-l’Etape, Turckheim et Saint-Girons. Le 15 février 2000, M&F SA rachète à Arjowiggins 60% des actions de la Papeterie de Voiron à Voreppe (Isère), puis les 40% restantes en 2002.
La même année, les Papeteries de Lancey (Isère) deviennent une filiale du groupe M&F SA.

Un investissement de 50 millions d’euros pour la Papeterie de Voiron et l’absence d’une reprise économique rapide entraînent de lourdes pertes financières – près de 10 millions d’euros en 2002 et 9,7 millions d’euros pour le premier semestre 2003 – pour le groupe Matussière & Forest SA qui s’enfonce dans le rouge. Michel Soriano est remplacé par Henri Kreitmann, ex-patron de La Rochette, nommé président de M&F SA, lors du conseil du 25 octobre 2003, avec pour mandat de redresser l’entreprise. Confronté à une conjoncture économique défavorable et à un fort endettement – 136 millions d'euros fin 2002 en regard de seulement la moitié en fonds propres –, il ne peut éviter une mise en redressement judiciaire en avril 2004 de la filiale des papeteries M&F (pas de la holding M&F SA) : elle prévoit la fermeture de l’usine de Rambervillers (Vosges) et la suppression de 322 emplois sur un effectif total de 1847 personnes. Il filialise alors les Papeteries du Domeynon, de Raon-l’Etape et Entre-Deux-Guiers et il procède à un dépôt de bilan au printemps 2005. Les inondations qui touchent l’usine de Lancey, dans la nuit du 22 au 23 août 2005, aggravent encore la situation.

En décembre 2005, le fonds de placement américain Matlin Patterson rachète 97% du capital du groupe M&F SA qui ne comprend plus que quatre usines (Lancey, Voreppe, Saint-Girons et Turckheim). Son apport est de 10 millions d’euros en capital et de 40 millions d’euros en obligations convertibles. Les trois usines filialisées sont reprises par leurs cadres : Raon-l’Étape par Marc Bortolotti (EFP 1993), Entre-Deux-Guiers par Pascal Servais (EFP 1982) et les Papeteries du Domeynon par leur directeur M. Dreyfus. Malheureusement, ces dernières, rebaptisées Papeterie des Alpes, n’arrivent pas à assurer leur survie. Le Tribunal de Commerce de Grenoble prononce leur mise en liquidation définitive en avril 2007. Le groupe Matussière & Forest SA est mis en liquidation judiciaire l’année suivante (septembre 2008).

Vue du site des papeteries M&F en 2011, en prévision d’une prochaine 
   réhabilitation de la friche industrielle par la municipalité de Domène
Vue du site des papeteries M&F en 2011, en prévision
d’une prochaine réhabilitation de la friche industrielle par la municipalité de Domène.

N.B. : Selon la volonté d’historiens locaux, l’orthographe de la rivière Doménon a été choisie afin de respecter l’usage ancien, alors que le nom des papeteries du Domeynon est orthographié avec un "y" pour respecter l’écriture moderne.

  Page précédente
Précédent
Retour au sommaire
Sommaire
Page suivante
Suivant
  Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base  
Copyright © Cerig/Grenoble INP-Pagora
Mise en page : A. Pandolfi