Accueil     Recherche | Plan     Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base  
logo CERIG Histoire de nos métiers Cerig 
  Vous êtes ici : Accueil > Base de connaissances > Histoire de nos métiers > Un demi-siècle d'imprimerie à l'EFPG > L'idée d'une section Imprimerie dans les années 70 Révision : 06 janvier 2006  
Page précédente
Précédent
Un demi-siècle d'imprimerie à l'EFPG Retour au sommaire
Sommaire
   Page suivante
Suivant
Gérard COSTE - Ingénieur EFPG
Extrait du Bulletin de La Cellulose,
n°52, 2005
Mise en ligne : Janvier 2006

Partagez sur Facebook
Rejoignez-nous

     
Voir aussi :
     

II - L'idée d'une section Imprimerie dans les années 70

  Philippe Traynard  
Philippe Traynard
  Robert Charuel  
Robert Charuel

L’idée de la création d’une section Imprimerie, dans les années 70, commence à prendre forme. Les bonnes relations entre l'École et Robert Ranc [3] d’une part, et un projet concomitant envisagé par la Fédération des imprimeurs du Sud-Est [4] d’autre part, incitent Philippe Traynard, directeur de l’EFP depuis 1971 et Robert Charuel, directeur-adjoint de l’EFP depuis 1972, à poursuivre leurs réflexions dans ce sens malgré des obstacles prévisibles.

Les années 70 permettent d’ancrer encore plus (sans jeu de mot) l'École dans les secteurs de l’imprimerie et de la transformation. Des collaborations ponctuelles mais exemplaires avec ces secteurs industriels sont autant de signes précurseurs qui annoncent pour les années à venir une collaboration de plus en plus renforcée. Elles permettent à l'École de bénéficier de l’apport de spécialistes dans le domaine des industries graphiques. René Chiodi, qui a pris en charge un laboratoire d’imprimabilité au Centre Technique du Papier depuis septembre 1971, continue d’assurer ses cours, tout en mettant à contribution François Mathieu, directeur technique chez SICPA puis spécialiste de la flexographie, pour la formation initiale et la formation continue organisée dans le cadre de l’IRFIP. M. Charbonnier de la société SICPA, fera a son tour, bénéficier l'École de ses compétences, quelques années plus tard.

  Claude Foulard  
Claude Foulard
  Jean-François Le Nest  
Jean-François 
Le Nest

En 1979, Claude Foulard, directeur de l’EFP depuis 1978, et Robert Charuel, directeur-adjoint, ouvrent une option Sciences graphiques pour les élèves de 3e année de l'École avec 200 heures d’enseignement spécialisé. Cette option qui permet de créer des enseignements différenciés et spécialisés dans les domaines de l’imprimerie et de la transformation est réalisée avec la collaboration soutenue de la Fédération de l’Imprimerie (FFIG). MM. Patissier, vice-président de cette fédération et Bruno Dardelet sont nommés au Conseil de Direction de l’EFP pour représenter le secteur de l’Imprimerie.

L’EFP fait encore appel au volontariat de son personnel pour la mise en place de nouveaux cours spécialisés. Jean-François Le Nest, docteur 3e cycle et maître-assistant à la Faculté des Sciences accepte de suivre des cours et des stages sur la couleur et la colorimétrie, en particulier chez Ciba et chez Kodak. Ces stages sont possibles grâce à l’aide de M. Pierre Valette du Centre Technique du Papier, responsable pédagogique de l’IRFIP (Institut pour la Recherche et la Formation professionnelle des Industries Papetières). Entré à l'EFP en 1971, nommé professeur INPG en 1992, il enseigne la colorimétrie et la rhéologie jusqu'en 2000.

(3) Robert Ranc devient par la suite inspecteur général pour l’imprimerie et accepte, à la demande du tandem Deleon-Richelet, que la papeterie soit jointe à son Inspection Générale en 1963. Il pensait que c’était dans la logique des choses et que, tôt ou tard, il y aurait des rapprochements entre ces deux professions. Il devient membre du Conseil de perfectionnement de l'École en 1968 et s' il assure jusqu’en 1971, date officielle de son départ à la retraite, son soutien à l'École puis à la profession papetière, il estime en revanche qu’il n’est pas possible de créer une école d’ingénieurs uniquement pour l’imprimerie. Avait-il à l’époque quelques réticences et craintes par rapport à 'École Estienne ? Il est difficile de l’affirmer mais cette ambiguïté sincère ou politique vis-à-vis de sa profession est peut- être à l’origine d’un différent qui opposera Bruno Dardelet à Guy Richelet lors de la création de la section Imprimerie dans les années 80.

(4) La fédération des imprimeurs de l’Isère sous la houlette de Bruno Dardelet, imprimeur à Grenoble, milite également pour la mise en place d’une formation de haut niveau et se heurte quelquefois aux instances nationales de cette profession qui, à l’époque, ne présente peut-être pas le caractère d’unicité et l’esprit de décentralisation qui font la force des papetiers.

Page précédente
Précédent
Retour au sommaire
Sommaire
Page suivante
Suivant 
  Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base  
Copyright © Cerig/Grenoble INP-Pagora
Mise en page : A. Pandolfi