Accueil     Recherche | Plan     Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base  
logo CERIG Histoire de nos métiers Cerig 
  Vous êtes ici : Accueil > Base de connaissances > Histoire de nos métiers > Un demi-siècle d'imprimerie à l'EFPG > Implantation de la transformation et de l'apprentissage dans les années 90 Révision : 06 janvier 2006  
Page précédente
Précédent
Un demi-siècle d'imprimerie à l'EFPG Retour au sommaire
Sommaire
   Page suivante
Suivant
Gérard COSTE - Ingénieur EFPG
Extrait du Bulletin de La Cellulose,
n°52, 2005
Mise en ligne : Janvier 2006

Partagez sur Facebook
Rejoignez-nous

     
Voir aussi :
     

IV - Implantation de la transformation et de l'apprentissage 
dans les années 90

Les effectifs des élèves recrutés en 1re année à la rentrée de 1990 sont portés à 50. Les objectifs fixés lors de l’élaboration du plan quadriennal de développement de l’INPG sont de 70 étudiants pour l’EFPG.
Pour accueillir ce surplus d’élèves, les deux bâtiments préfabriqués mis récemment en place ne suffisent plus. Un nouveau projet d’agrandissement de l'École de 1500 m² comportant des salles de cours, des bureaux et la bibliothèque est alors mis à l’étude. Un premier mode de financement de cet investissement devait être assuré à hauteur de 50% par le Ministère de l'Éducation Nationale, mais les bâtiments seraient devenus la propriété de l’État. Cette solution est rejetée par les responsables industriels de l'École dont Jean-François Hémon Laurens, secrétaire du Syndicat papetier, de l’IRFIP et de l’ADEFPA (organisme ayant en charge la collecte de la taxe d’apprentissage). Une nouvelle étude portant sur un coût global limité à 8 millions de francs permet la viabilité du projet. Le financement est possible grâce à la participation financière de l’AGEFPI (1500 kF), de l’ADEFPA (1000 kF) et de l’IRFIP (1500 kF) d’une part, et de deux subventions provenant de la région Rhône-Alpes (1250 kF) et du Ministère de l'Industrie au titre d’une aide pour les industries graphiques (1500 kF), d'autre part. Le reste, pour une part moindre (700 kF), est couvert par un crédit qui, même modeste, contribue à alourdir les charges et à fragiliser l’équilibre financier de l'École, ce qui préoccupe au plus haut point le président André Eymery. Dans le cadre du contrat quadriennal signé entre le Ministère de L’Éducation Nationale et l’INPG, un financement de 1500 kF est prévu pour l’équipement de ces nouveaux locaux dans le cadre du "Schéma Université 2000". Pour aider l’EFPG, M. Van Eeckout, membre du conseil d’administration de l’AGEFPI et directeur des ressources humaines de la branche bois-papier du groupe Saint-Gobain, propose la signature d’une charte entre les entreprises et l'École. Cette charte prévoit que chaque entreprise s’engage à verser à l’EFPG un pourcentage important de sa taxe d’apprentissage. L’inauguration des nouveaux bâtiments a lieu le 8 octobre 1992 en présence du directeur du cabinet du Ministre. André Eymery, prononce à cette occasion une allocution vibrante pour l’intérêt de l'École.

Les programmes de 2e année sont par ailleurs modifiés à la rentrée de 1991 afin de permettre aux papetiers et aux imprimeurs qui le souhaitent d’acquérir une qualification dans le domaine de la transformation.
Un comité de "sages", animé par Julien Rivet ancien haut dirigeant de Fasson, mène en 1993 une réflexion à la demande de l’AGEFPI et de la direction de l'École pour la mise en place d’une option permettant la formation d’ingénieurs destinés à la transformation. Parallèlement, se dessine un autre projet encouragé par Jean-François Hemon Laurens et destiné à donner un peu d’oxygène aux finances de l’EFPG grâce à la création d’un Centre de Formation par Apprentissage afin de former des ingénieurs dans le cadre de l’alternance.
Ces deux projets voient le jour en 1994 avec la sortie de la première promotion d’ingénieurs imprimeurs spécialisés dans la transformation et la mise en place d’une formation par apprentissage pour le quart de la promotion de 2e année à la rentrée de septembre. La CTI confirme l’habilitation de l’EFPG à délivrer le titre d’ingénieur par la voie de l’apprentissage dans sa séance du 4 juillet 1995. Cette habilitation est le fruit de la qualité et du sérieux du dossier ainsi que du travail acharné de Christian Voillot, André Eymery et Jean-François Hemon Laurens, secrétaire général du Syndicat papetier. Plusieurs entreprises dont Arjo Wiggins et Smurfit ainsi que la FICG -- en la personne de Jacques Beaugrand -- apportent à cette occasion un appui décisif à l'École. La première promotion "d’apprentis", comportant 10 papetiers, 3 imprimeurs et 3 transformateurs, est diplômée en septembre 1996.

André Eymery qui vient de consacrer 15 ans au service de l'École, conscient du devoir et du travail accomplis, peut passer le relais à Jean-Luc Dominici (promotion EFP 1975), Pdg des Papeteries de Lancey, afin de lui succéder à la présidence de l’AGEFPI.

Page précédente
Précédent
Retour au sommaire
Sommaire
Page suivante
Suivant
  Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base  
Copyright © Cerig/Grenoble INP-Pagora
Mise en page : A. Pandolfi