Accueil     Recherche | Plan     Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base  
logo CERIG Histoire de nos métiers Cerig 
  Vous êtes ici : Accueil > Base de connaissances > Histoire de nos métiers > Papeterie de Brignoud, une reconversion réussie > 1969-1979, un démarrage laborieux Révision : 11 février 2011  
Page précédente
Précédent
Papeterie de Brignoud, une reconversion réussie Retour au sommaire
Sommaire
   Page suivante
Suivant
Gérard COSTE - Ingénieur EFPG

Extrait du Bulletin de La Cellulose,
n°60, 2010
Mise en ligne : Février 2011

Partagez sur Facebook
Rejoignez-nous

     
Voir aussi :
     

III - 1969-1979, un démarrage laborieux

En 1972, de nouveaux investissements sont faits afin d'augmenter la qualité et la vitesse de production. Le former en bois de 1,6 mètres est remplacé par un hydroformer Voith de 2,5 mètres de laize, correspondant à celle du Yankee. Un cylindre sécheur supplémentaire de 2 mètres de diamètre, fourni par Allimand, est ajouté à la suite du Yankee. Il est lui-même suivi par un four à air chaud Madeleine de 8 mètres de long. Une enrouleuse Allimand termine cette seconde version de la machine pour non-tissés qui peut fabriquer une nappe fibreuse à une vitesse de 150 à 160 mètres/minute sur 2,5 mètres de laize.

  Exemple 
   de liaison à cœur par latex entre deux fibres  
Figure 6 - Exemple de liaison à cœur par latex
entre deux fibres
[Photo EFPG/G. Coste - G=5000X]

Les premières fabrications – parmi elles, le B15, support de 15g/m2 à base de fibres de viscose et de PVA de 5 mm de longueur servant à la production de serviettes humides pour la société Baranne (essuyage de chaussures et de vitres) – posent de nombreux problèmes qu’il faut progressivement résoudre, en particulier l’adhésion des fibres de PVA sur le Yankee au niveau du cylindre presseur. Pour pénétrer le marché des enveloppes de couches pour bébé, la SFNT développe un procédé physico-chimique fondé sur la précipitation de grains de latex anionique sur les fibres cellulosiques anioniques grâce au système kymene, latex, puis kymene. Cette nouvelle méthode permet d’obtenir une liaison du voile à cœur tout en gardant une grande souplesse du produit fini, contrairement au traitement par imprégnation de latex qui développe plutôt des propriétés filmogènes.

En revanche, les produits obtenus manquent de résistance à l’abrasion, ce qui oblige l’entreprise à mettre en œuvre ultérieurement un traitement de surface à l’aide d’une imprimeuse hélio de la société Deck (Alsace) : il s'agit de l'imprimeuse mille points. L'absence de liaison filmogène permet aussi d’avoir une meilleure absorption couplée à une grande souplesse. Grâce à ces propriétés, les produits de la SFNT surpassent ceux de Rhône Poulenc Textile dans la société Papiers Peints Leroy de Saint-Fargeau Ponthierry (Seine-et-Marne). Elle commercialise un nouveau revêtement de mur, le Twin Set, associant le papier et le non-tissé) : l’impression décor est faite sur le non-tissé qui donne l'aspect du textile au produit fini.

  Échantillon 
  de non-tissé SFNT obtenu par floculation contrôlée lors d’essais effectués au début 
  des années 1970  
Figure 7 - Échantillon de non-tissé SFNT obtenu par
floculation contrôlée lors d’essais effectués
au début des années 1970
[Photo G. Coste]

La période 1972-78 est marquée par des épisodes difficiles voire douloureux. Les Papeteries de France, dont la situation financière se détériore à la suite des difficultés de réglage et d’optimisation de la machine M8 de Lancey, abandonnent le projet. La Rochette Cenpa prend en charge le capital seule puis, de 1976 à 1979, avec Rhône-Poulenc Textile (RPT) après la fermeture de l’usine RPT de Roanne en 1976 : cette dernière, sévèrement concurrencée par la SFNT, voit son fonds de commerce repris par le site de Brignoud. Cette reprise est opérée dans de bonnes conditions puisque tous les employés sont repris par l’usine de viscose voisine appartenant à Rhône-Poulenc et destinée à fournir la matière première pour la fabrication de non-tissés. Le technicien papetier Alain Brenot est, quant à lui, repris à Brignoud.

Dans le même temps, de nouveaux perfectionnements techniques portent la vitesse de fabrication à 350 m/mn. À l’époque, c'est un record mondial car les autres machines pour non-tissés ne dépassent guère 200 m/mn. Le cylindre Yankee est équipé d’une hotte pour améliorer son efficacité. Un cylindre sécheur à air traversant, de conception maison (Vuillaume/Payerne), est inséré entre l’hydroformer Voith et le cylindre Yankee. Malheureusement, l’absence de fosse et le manque de place obligent à limiter le diamètre de ce cylindre à 90 cm. Pour les besoins de la société Papiers Peints Leroy, la SFNT développe encore un système de textilisation (marquage par jets d’eau) vers 1977-78 afin d'améliorer l’aspect textile. Cette société Papiers Peints Leroy, cliente providentielle de la SFNT durant cette période, n'est pas étrangère à son développement et à sa survie.

 

 

 

  Page précédente
Précédent
Retour au sommaire
Sommaire
Page suivante
Suivant
  Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base  
Copyright © Cerig/Grenoble INP-Pagora
Mise en page : A. Pandolfi