Accueil     Recherche | Plan     Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base  
logo CERIG Histoire de nos métiers Cerig 
  Vous êtes ici : Accueil > Base de connaissances > Histoire de nos métiers > Plomb, lumière et silicium : de l'imprimerie à la communication imprimée > Le silicium ou la 3e révolution de l'imprimerie Révision : 25 janvier 2010  
Page précédente
Précédent
Plomb, lumière et silicium :
de l'imprimerie à la communication imprimée
Retour au sommaire
Sommaire
   Page suivante
Suivant
Gérard COSTE - Ingénieur EFPG

Extrait du Bulletin de La Cellulose, 2009
Mise en ligne : Janvier 2010

Partagez sur Facebook
Rejoignez-nous

     
Voir aussi :
     

XVII - Le silicium ou la troisième révolution de l'imprimerie

Après la Seconde Guerre Mondiale, l’imprimerie fait de nouveau face à une explosion des besoins en imprimés de toutes sortes. Le film et la photogravure deviennent un goulet d’étranglement pour les cadences de production. L'implication grandissante de l’informatique dans la chaîne graphique provoque la troisième révolution de l'imprimerie.

Dans les années 50, la photocomposeuse Lumitype-Photon dope les cadences d’obtention des textes. La publication assistée par ordinateur (PAO) est mise au point pour acquérir informatiquement les textes et les illustrations et pour préparer les formes imprimantes. Elle devient inéluctable dès les années 1980 avant de devenir le prépresse puis la gestion des flux numérisés. Avec Internet, cette accélération vertigineuse s'accentue.

Conscientes des enjeux issus de l’émergence des nouvelles technologies, les professions liées au papier et à l'impression se rapprochent via des collaborations. C'est ainsi qu'en 1981, une section Imprimerie et Transformation est créée à l’École Française de Papeterie (EFP) pour former des ingénieurs imprimeurs-transformateurs. Créée à Grenoble en 1907 pour former à l’origine des cadres de haut niveau pour le secteur papetier, l'école devient ainsi École Française de Papeterie et des Industries Graphiques (EFPG). Aujourd'hui, l'école, devenue Grenoble INP-Pagora, peut s'enorgueillir d'avoir formé environ 500 ingénieurs pour les industries graphiques et de la transformation.

La fin du XXe siècle est marquée par la progression fulgurante d’un nouveau média utilisant l’électronique pour la conception, le support et la diffusion de la quasi-totalité de nos documents. Après la copie, le plomb, la photographie et le film, dont la finalité était d’utiliser un support papier plus que bimillénaire, une nouvelle révolution dans la diffusion du savoir et de l'information s’engage pouvant augurer de sérieuses modifications dans nos habitudes.

En ce début du XXIe siècle, grâce à l’impression numérique et à Internet, il est possible de créer et de produire n’importe quel document à distance et sans pression, ce qui rend caduc le vieux concept d’impression et donne raison à ceux qui parlent désormais de "moyens de communication graphique" ou mieux encore de "gestion de flux numérisés".

Toutefois, rien ne peut nous affirmer que le papier disparaîtra et que le silicium supplantera définitivement la cellulose.

  Page précédente
Précédent
Retour au sommaire
Sommaire
Page suivante
Suivant 
  Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base  
Copyright © Cerig/Grenoble INP-Pagora
Mise en page : A. Pandolfi