Contrat d’Étude Prospective des Industries de la Communication Graphique en Rhône-Alpes Juillet 1998
Préconisations Document du GIRISE, mis en ligne par le CERIG
chiffr06.gif (1699 octets)
La formation initiale & l'accès à l'emploi des jeunes
LES QUESTIONS, MANQUES OU BESOINS
PRÉCONISATIONS OU "PISTES"

L’appareil de formation initiale en Rhône-Alpes est correctement dimensionné.
  

Stabiliser l’offre au niveau actuel.

Mais déséquilibre entre PFI et impression.

Faire un effort sur les effectifs en impression (pour le cycle conduisant au Bac Pro).
  

Un peu "juste" pour les Bac Pro Impression.

Renforcer les effectifs en Bac Pro impression.

Avec les périodes de formation en entreprise, les capacités d’accueil des entreprises sont saturées.

Impliquer plus d’entreprises dans l’alternance.
Information et mobilisation des entreprises.
  

Une minorité d’entreprises accueille des jeunes en FI des industries graphiques.

Développer la démarche de la "charte de partenariat".
Poursuivre et développer le partenariat avec celles qui reçoivent des jeunes.

Certaines PME les plus importantes et les mieux équipées n’accueillent pas de jeunes des industries graphiques en alternance.
  

Voir avec ces entreprises si et comment elles peuvent recevoir des jeunes et enseignants (PFE, visites, etc.).
  

Les établissements de FI ne peuvent avoir tous les équipements (trop coûteux et encombrants).

Permettre aux jeunes en FI et à leurs enseignants d’accéder aux équipements les plus performants.
Voir des solutions innovantes avec les entreprises et/ou les fournisseurs de matériel.

Les relations entre tuteurs et formateurs sont encore insuffisantes, surtout en CQ (fonction non financée).

Mise en place d’un dispositif (à financer) de relation formateur-tuteur.
Développement d’une formation des tuteurs (peut faire partie d’une action de formation "plus de 45 ans", cf. supra).
  

Les enseignants ont également besoin d’actualiser leurs connaissances et leur pratique de l’état de l’art.

Mesures de formation d’enseignants (dont : congé sabbatique ?).

Trop de jeunes s’orientent vers la PFI, alors que les industries graphiques manquent d’abord de conducteurs offset (de niveau Bac Pro).

Information auprès des jeunes, des familles et des intermédiaires (enseignants, CIO).
Politique de communication avec des cibles et moyens adaptés.
  

Les jeunes filles préfèrent encore trop la PFI par rapport à l’impression.

Requalifier l’image et la réalité de l’impression (actions relatives à la propreté, au bruit, valorisation de la technologie, etc.).

La plupart des jeunes entrent en BEP pour faire une formation en 4 ans menant au Bac Pro.
  
Mais tous les jeunes en BEP n’ont pas le niveau théorique permettant de poursuivre en Bac Pro.
  

Améliorer le niveau, notamment en renforçant le soutien scolaire de ces jeunes.
  

Des jeunes sortant de BEP qui ont des difficultés à entrer dans une entreprise (surtout pour ceux sous statut scolaire).
  

Mobiliser les mesures permettant leur accueil en entreprise, informer les entreprises.
  

Un niveau un peu "juste" pour les industries graphiques qui recrutent surtout au niveau Bac Pro.

Informer et inciter les entreprises à recruter des BEP.
Voir les autres débouchés pour ces jeunes, en concertation avec d’autres branches ou entreprises.
  

Le recrutement des industries graphiques se fait maintenant au niveau minimal Bac Pro.
  

Augmenter les promotions de Bac Pro impression.
Politique d’incitation et de communication.
  

Les sortants de Bac Pro Impression devront intégrer des connaissances du "tout numérique".

Faire évoluer le référentiel de diplôme.
Des CQP (en alternance) après Bac Pro.

Des entreprises importantes et bien équipées recrutent surtout des Bac STI ou des BTS hors industries graphiques comme conducteurs offset (travail en équipe).
  

Améliorer les relations avec ces entreprises pour les inciter à accueillir des jeunes en FI et des Bac Pro Impression, au besoin avec des compléments.
  

Difficultés pour leur offrir une progression.
  

Chercher à les impliquer dans l’alternance et la FI (cf. supra).
  

Effet d’éviction des sortants de Bac Pro impression.

  

La branche et les établissements de formation souhaiteraient attirer des jeunes d’autres filières (notamment "électrotech" et productique) vers le Bac Pro impression.
  

Actions d’information pour élargir le recrutement en Bac Pro Impression.

Difficulté d’attirer des jeunes d’autres filières et risque d’éviction des jeunes en BEP impression.

Possibilités de concertation inter-branches sous l’égide de l’ État et de la Région ?

Convergence des métiers avec le "tout numérique".
  

Des CQP spécialisés et transversaux pour le personnel en place.
  

Des connaissances nouvelles et transversales communes à la PFI et à l’impression.
  

Possibilités de CQP ou Bac Pro PFI en un an pour des " bons éléments " après Bac Pro impression.
  

Besoins de techniciens et agents de maîtrise de niveau BTS.

Possibilités de BTS productique graphique en alternance pour de jeunes professionnels après quelques années d’expérience.

Des besoins ponctuels:
    - opérateurs PFI maîtrisant le multimédia
    - gestionnaires réseaux/fichiers

Des compétences complémentaires, mais non des spécialistes.
Les TPE/petites PME ne peuvent recruter des spécialistes.
Voir les possibilités de FCIL ou CQP.

précédent    sommaire    suivant
Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base de données
 

Copyright © CERIG/EFPG 1996-2001