Contrat d'Étude Prospective des Industries de la Communication Graphique en Rhône-Alpes Juillet 1998
Synthèse Document du GIRISE, mis en ligne par le CERIG
Chapitre 4 Les fonctions, métiers & compétences du personnel des industries de la communication graphique en Rhône-Alpes

Les investigations visaient à repérer, à dénombrer et à faire la description qualitative des métiers actuels (notamment à travers les recrutements effectifs récents et en cours) et émergents à l’horizon de 5 à 10 ans.

LES BESOINS ACTUELS DES ENTREPRISES : D'ABORD DES CONDUCTEURS OFFSET & DES COMMERCIAUX

Les recrutements récents confirment que les besoins actuels des entreprises concernent d’abord des conducteurs offset, des commerciaux, des polyvalents du prépresse, puis certains personnels de finition (notamment des massicotiers).

LA CONVERGENCE VERS UN PETIT NOMBRE DE MÉTIERS PLUS POLYVALENTS

Les évolutions technologiques ont déjà eu et auront encore des implications du point de vue des métiers, des compétences requises - donc des types de personnel. L’évolution principale est la convergence vers un petit nombre de métiers polyvalents. Certains métiers parmi ceux repérés par le CEP national* ont disparu ou ont été intégrés à d’autres. Une convergence se produit vers un métier principal très polyvalent et une culture professionnelle étendue, réduisant le nombre de métiers et de niveaux entre les opérateurs et la maîtrise ou les responsables de secteur (prépresse, impression). Les fiches métiers** élaborées à l’issue du CEP prennent donc en compte ces convergences.

Voir le chapitre 4.
**  Voir les fiches 1 à 11.
REDÉFINIR LE "CŒUR DE MÉTIER" : RÉFÉRENTIELS DE DIPLÔMES & PROGRAMMES DE FC

Ces évolutions rendent obsolètes toute une partie des compétences et savoir-faire. Malgré la robotisation des matériels (en impression) et des systèmes (en prépresse) pilotés au pupitre ou terminal, les connaissances (de plus en plus théoriques) et les savoir-faire professionnels ont plus que jamais leur place pour assurer le bon fonctionnement des équipements et, surtout, la qualité exigée par les clients. "L’œil" du " typo " (conducteur offset ou opérateur prépresse) fait la différence avec d’autres professionnels (notamment ceux à formation PAO/bureautique/reprographie) et permet aux TPE/PME des industries de la communication graphique de se positionner en spécialistes irremplaçables.

Cela pose la question d’une redéfinition du "cœur de métier" au regard de la formation initiale et continue: une réflexion est nécessaire à tous les niveaux (référentiels de diplômes, programmes de formation continue).

LES NOUVELLES TECHNOLOGIES : DES COMPÉTENCES ÉLARGIES PLUTÔT QUE DE NOUVEAUX MÉTIERS

La médiatisation des nouveaux équipements et systèmes pouvaient faire penser que les nouvelles technologies impliquent nécessairement de nouveaux métiers. Pourtant, les investigations ont montré que les "nouvelles technologies" de type multimédia ou impression numérique restent pour le moment au stade de l’expérience : cela ne concerne qu’un très petit nombre de professionnels. Certains de ces "nouveaux métiers" semblent d’ailleurs transitoires, correspondant à une étape de la technologie (hier le "scannériste", aujourd’hui l’opérateur offset numérique (fiche métier # 6) ou le "bidouilleur" de fichiers et de RIP).

Sauf cas particulier, les entreprises des industries de la communication graphique rhônalpines n’ont guère actuellement de besoins de spécialistes du multimédia ou d’Internet, mais plutôt d’élargir les compétences de leur personnel (ex : fonctions multimédia des logiciels) et suivre les évolutions afin de positionner les industries de la communication graphique pour ne pas abandonner à d’autres (producteurs multimédia, créateurs de sites Internet, etc.) l’édition sur d’autres supports et continuer à rendre un service complet à leurs clients (fiche métier # 3).

LE PASSAGE AU "TOUT NUMÉRIQUE" : DE NOUVELLES COMPÉTENCES PLUTÔT QUE DES SPÉCIALISTES

Par contre, le passage au "tout numérique" et la généralisation des réseaux (informatique industrielle, échange de fichiers, etc.) demandent de nouvelles compétences à une partie de plus en plus importante du personnel. Il s’agit le plus souvent de notions et savoir-faire complémentaires, très marginalement de nouveaux métiers (ex : gestionnaire de réseau (fiche métier # 4)). Ainsi, les entreprises ont besoin que leurs opérateurs prépresse ou conducteurs offset aient une culture informatique, mais n’ont pas besoin (au contraire) d’informaticiens.

De toute façon, les TPE/PME ne peuvent pas avoir en interne et à plein temps de spécialiste "pointu" pour les fonctions qui ne font pas partie du "cœur de métier" : elles recrutent plutôt des "généralistes" polyvalents capables d’assurer d’autres tâches ou fonctions.

DES BESOINS MAL SATISFAITS ACTUELLEMENT : LES COMMERCIAUX & LE PERSONNEL DE FINITION

Les besoins importants (quantitativement et qualitativement) des entreprises sont actuellement mal satisfaits pour 2 types de personnel, les commerciaux et le personnel de finition.

POUR LES COMMERCIAUX, les TPE/PME des industries de la communication graphique de Rhône-Alpes ont encore peu de commerciaux de terrain (vendant en clientèle). Mais de plus en plus d’entreprises voudraient recruter des commerciaux "force de vente" qui doivent connaître la chaîne graphique et ses produits, mais les trouvent difficilement - d’où l’intérêt de la formation de jeunes technico-commerciaux en alternance préparant un CQP de la branche. Rappelons l’importance des commerciaux sédentaires (chefs de fabrication et deviseurs), à forte compétence technique - indispensable dans un secteur aussi spécifique.

EN FINITION, les besoins importants, durables et réguliers concernent essentiellement les ouvriers de finition (de type OS ou conducteur de machine de finition), ainsi que les massicotiers (très recherchés). En l’absence de formation initiale en Rhône-Alpes actuellement, les entreprises doivent "débaucher" des professionnels ailleurs ou trouver des personnes d’autres origines ou expériences (manuels divers venant de l’industrie, de la distribution, de l’artisanat, etc.). Il y a des besoins de formation dont les modalités restent à définir.

PLUS DE POLYVALENCE & DE POLYCOMPÉTENCES DU PERSONNEL : DES BESOINS DE FC

Qu’il s’agisse du personnel en place comme de celui qui est ou sera recruté, les entreprises demandent (comme dans la plupart des industries) plus de polyvalence et de compétences à leur personnel de tous métiers et tous niveaux. Cette exigence est particulièrement forte pour les conducteurs offset ou finition, les opérateurs prépresse et la maîtrise.

Cela implique une politique de formation continue souhaitée par les salariés, soucieux d’évoluer en cours de carrière sans être évincés par des personnes recrutées à l’extérieur. D’où la nécessité de plans de formation dans les entreprises - si possible dans le cadre général d’un EDDF de la branche après concertation paritaire.

Une partie du personnel éprouve des réticences et/ou des difficultés à cet égard - d’où le recrutement de jeunes (débutants ou non) à qui on demande dès l’embauche d’être polyvalents ou du moins "bi-valents" (2 fonctions). Par contre, ces changements contribuent à donner une autre image des métiers de la production : les conducteurs et opérateurs deviennent moins manuels et plus techniciens.

LES EMPLOIS OU MÉTIERS ACTUELS OU ÉMERGENTS DES INDUSTRIES DE LA COMMUNICATION GRAPHIQUE EN RHÔNE-ALPES

La démarche était partie du CEP national qui avait repéré et décrit une série de métiers, notamment dans la "famille technique"*. Cette grille s’est avérée à la fois trop détaillée et largement obsolète (plus de 5 ans après la démarche nationale) compte tenu des évolutions technologiques et de la convergence vers un plus petit nombre de métiers plus polyvalents.

*  Voir le chapitre 4 du rapport.

Conformément au cahier des charges du CEP défini avec la Région et l’État, on a élaboré à l’issue de la démarche menée en Rhône-Alpes 11 fiches métiers spécifiques des industries de la communication graphique, ainsi qu’une série de fiches sur les métiers "transversaux" (secrétariat/gestion, manutention/logistique, maintenance)* :

 

responsable polyvalent de service prépresse ;

opérateur polyvalent sur système PAO** intégrant texte-image ;

réalisateur multimédia & " créatif " prépresse ;

gestionnaire de réseau/opérateur de réseau fichiers/données ;

technicien/cadre de la productique graphique ;

conducteur de machine à imprimer d’exploitation complexe ;

conducteur de machine à imprimer d’exploitation simple ;

opérateur de machine de finition ;

ouvrier(e) de finition/façonnage & massicotier ;

commerciaux " force de vente " et sédentaires (chefs de fabrication & deviseurs).

Voir les fiches métiers 1 à 11.
**  dénomination du CEP national. Rappelons la différence entre la PAO bureautique et le prépresse (les matériels et logiciels sont différents).

La plupart sont des métiers actuels et durables, quelques-uns des métiers émergents ou transitoires dont l’importance numérique paraît faible pour les années à venir et l’évolution encore incertaine. Dans tous les cas, il s’agit de métiers ou fonctions pour lesquels les TPE/PME rhônalpines emploient du personnel, recrutent et/ou ont des besoins.

précédent    sommaire    suivant
Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base de données
 

Copyright © CERIG/EFPG 1996-2001