Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base de données
DOSSIER cerig.efpg.inpg.fr 
Vous êtes ici : Accueil > Technique > Consommables > Les blanchets (fabrication)           Octobre 1997
Les blanchets
Lionel Chagas - EFPG
(octobre 1997)
III - Fabrication des blanchets
 
III-1 Enduction des couches     Sommaire

Le blanchet est fabriqué en rouleaux. La première étape consiste à enduire le tissu. L'enduction se fait tout d'abord sur un côté du tissu, en plusieurs passes, chacune ajoutant à la précédente une très faible épaisseur d'élastomère (deux à trois centièmes de mm). Lorsqu'un côté est enduit, l'opération est répétée sur le second côté, et ainsi de suite sur les autres plys. Une fois l'enduction de tous les plys terminée, ceux-ci sont assemblés par calandrage à chaud.

Après l'assemblage des toiles formant la carcasse, il est procédé à la réalisation de l'enduction de la couche compressible, préalablement malaxée dans un mélangeur, puis à l'assemblage par calandrage à chaud du dernier ply, situé sous la couche décalcographique (si la structure le prévoit) et finalement à l'enduction de la couche décalcographique, qui pourra être réalisée éventuellement en deux couches distinctes.

 
III-2 Vulcanisation     Sommaire

Après ces différentes opérations, les blanchets seront vulcanisés, c'est-à-dire que l'on va faire passer le caoutchouc d'un état plastique à un état élastique. La vulcanisation résulte d'une réaction chimique du caoutchouc avec le soufre ; elle est obtenue par un passage dans une étuve où règne une température de 140 à 160 C° sous une pression de plusieurs bars.

 
III-3 Traitement de surface     Sommaire

L'état de surface du blanchet est ensuite modifié ; il existe plusieurs types de traitement :

    le procédé chimique : lors de la vulcanisation, la surface est pressée contre un papier servant de moule pour obtenir un état de surface déterminé. Après le refroidissement, une dissolution spécifique d'élastomères, chargée d'induire un "effet de vernis", est appliqué sur la surface ;
  la rectification ou micro-rectification : réalisée à l'aide de meules, elle permet d'obtenir la rugosité souhaitée et de mieux contrôler l'épaisseur finale du produit (tolérances de l'ordre de deux centièmes de mm) ;
  le calandrage : au contact du caoutchouc, on enroule un papier glacé, préalablement saupoudré de talc. Le papier, sous pression, procure au blanchet son état de surface fini.
Fabrication des blanchets
Figure 5 - Schéma de fabrication d'un blanchet
 
 
Chapitre précédent Sommaire  Chapitre suivant 
 
 
  Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base de données  
 
Copyright © CERIG/EFPG 1996-2001