Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base de données
DOSSIER cerig.efpg.inpg.fr 
Vous êtes ici : Accueil > Technique > Consommables > Les encres offset > Nettoyage           Révision : 25 juin 2001
Les encres offset de labeur
Dominique Gilet - CERIG
(Juin 2001)
VIII - Nettoyage

Lors du changement de travail sur machine ou lorsque certains défauts surviennent au cours du tirage, il est nécessaire de nettoyer les plaques, le blanchet et les systèmes d’encrage. Cette opération se fait le plus couramment à la main sur les machines à feuilles, avec des chiffons et des produits de nettoyage. Pour les machines les plus grosses, ainsi que les rotatives heatset, il existe de façon plus courante des systèmes de nettoyage automatisés.

 
VIII-1 Encres conventionnelles     Précédent     Sommaire     Suite

Pour nettoyer les encres conventionnelles sur les blanchets et les cylindres, on peut employer les agents de nettoyage classiques et leurs mélanges :

    solvants non aromatiques avec des points éclair inférieurs à 21 °C,
  solvants non aromatiques avec des points éclair supérieurs à 21 °C,
  solvants non aromatiques avec des points éclair supérieurs à 55 °C,
  solvants à haut point d’ébullition, avec un point éclair supérieur à 100°C,
  esters d’huiles végétales avec des points éclairs supérieurs à 150°C.

À la main, les agents de nettoyage sont appliqués sur des chiffons qu’il est recommandé de stocker après usage dans des récipients métalliques fermés. Ils peuvent être nettoyés et réutilisés.

Les systèmes de nettoyage automatisés sont de plusieurs types : à brosses, avec un blanchet de lavage, à jet (spray) ou avec des tissus pré-imprégnés.

 
VIII-2 Encres UV et EB     Sommaire

Étant donné la composition particulière des encres UV, les produits de nettoyage recommandés sont les alcools, esters et cétones, avec en particulier l'alcool diacétone (4-hydroxy-4-méthyl pentane 2-one) dilué avec 15 à 20 % d'eau (miscible à l'eau, point éclair 58°C ; mélangé avec 15 % d'eau : 94 °C). Le nettoyage de la plaque pourra être effectué en mélangeant l'eau et l'alcool diacétone avec de l'alcool isopropylique [47].

D’autres produits cités sont les suivants :
    2 éthoxy-éthoxy éthanol (point éclair 90 °C) ;
  2-méthoxy- méthyléthoxy-propanol (point éclair 85 °C) ;
  2-(2-butoxy-éthoxy)-éthanol (point éclair 99 °C, Xi, irritant, R36) ;
  1-méthoxy 2-propanol (point éclair 38 °C, R10, inflammable) ;
  1-méthoxy 2-propylacétate (point éclair 48 °C, inflammable, Xi, irritant R10/R36).

Les produits dangereux à base de dérivés de méthylène glycol ou d’éthylène glycol (notamment leurs acétates) ne sont plus employés.

 
VIII-3 Précautions liées aux encres UV     Sommaire
8-3-1 Revêtements des machines

Étant donné la composition particulière des encres UV, l'emploi de revêtements spéciaux sur les rouleaux d'encrage est recommandé : en effet, les matières contenues dans les encres UV font gonfler les revêtements habituels, aussi il est nécessaire d'employer les caoutchoucs nitriles (qui conviennent pour les encres traditionnelles et les encres UV), ou EPDM (éthylène-propylène-terpolymère). Ces derniers sont sensibles aux huiles minérales, et ne conviennent donc pas pour les encres traditionnelles. Il est également recommandé d’adopter des blanchets à base d'EPDM (encres UV uniquement) ou caoutchouc nitrile (encres UV et traditionnelles).

8-3-2 Protection des opérateurs

Des précautions de manipulations sont également à respecter, du fait de la présence d’acrylates. En effet, certain de ces produits étant irritants pour la peau, les yeux et les voies respiratoires, il est indispensable de se protéger en portant des gants, de préférence des gants en néoprène ou caoutchouc butylique. Il faut éviter tout contact avec la peau et le cas échéant, rincer avec de l'eau ou de l'eau et du savon [46]. Il est aussi prudent en cas de brouillard d’encre de porter une protection contre l’inhalation de l’encre. En général les systèmes d’aspiration sur les machines prévoient l’aspiration de ces gouttelettes d’encres.

Il faut également prendre des précautions du fait de l’utilisation des lampes UV, d’une part vis-à-vis de la production d’ozone aux alentours des lampes et d’autre part vis-à-vis de l’exposition aux rayonnements UV. L’ozone est en effet irritant pour les yeux et les voies respiratoires. Une bonne installation permet de l’évacuer à l’extérieur de l’usine où il se décompose très rapidement en oxygène. D’autre part, les rayonnements dans cette zone du spectre sont nocifs pour la peau (irritations cutanées, brûlures) et les yeux (conjonctivites). Actuellement, les fournisseurs de systèmes UV proposent des systèmes comprenant un obturateur qui protège les opérateurs de ces risques [46, 47].

 
 
Page précédente Sommaire  Page suivante 
 
 
  Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base de données  
 
Copyright © CERIG/EFPG 1996-2001