Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base de données
DOSSIER cerig.efpg.inpg.fr 
Vous êtes ici : Accueil > Technique > Consommables > Les papiers minces (5)           Révision : 18 juillet 2001
Les papiers impression minces
Astrid Rapetto - Lycée Technologique Vaucanson
(30 mai 2001)
V - Propriété de permanence
 
V-1 Problème posé     Sommaire

Le mot "permanent" définit un papier dont les propriétés physico-chimiques accroissent la longévité sans nuire au recyclage. La norme ISO 9706 définit les prescriptions pour la permanence.

Les papiers minces, de part leur utilisation (ouvrages juridiques et encyclopédies) doivent être fait pour perdurer. Au cours de leur fabrication, ils sont "collés" en milieu neutre avec des colles synthétiques pour répondre aux exigences des normes relatives aux papiers permanents. Le collage est destiné à rendre le papier moins hydrophile, donc à ralentir la pénétration des liquides dans le papier.

À titre d'exemple, les papeteries du Léman garantissent leurs papiers pour une durée de vie de 200 à 300 ans.

C’est à l’initiative de la fédération des associations des bibliothécaires et des bibliothèques (IFLA), que le projet pour promouvoir l’utilisation de papiers permanents à l’échelle mondiale a pris forme. Son objectif est la mise au point de normes de fabrication du papier permanent de façon à imposer son utilisation pour des publications présentant un intérêt à long terme. Afin d’y parvenir, les fabricants, les distributeurs, les imprimeurs et les éditeurs doivent être conscients du problème d’auto destruction de la plupart des papiers fabriqués à base de pâte mécanique et/ou collés en milieu acide. Avec le temps, le papier jaunit, devient cassant et finit par tomber en poussière. Le papier permanent, qui a une durée de vie de plusieurs siècles, constitue la meilleure solution pour éviter ce problème.

Lors des conditions de stockage de longue durée dans les bibliothèques et les archives, on estime que les papiers permanents pourront résister pendant plusieurs siècles à la consultation et à la reproduction sans se fragiliser. Les papiers permanents sont alcalins et ont donc une durée de vie supérieure aux papiers acides. Les papiers acides sont des papiers qui en cours de fabrication en reçu un traitement en milieu acide, ces traces d’acidité favorisent par la suite des réactions chimiques qui contribuent à leur vieillissement.

 
V-2 Obtention de la permanence     Sommaire

Les papiers permanents présentent une garantie de vie, par la présence dans leur structure fibreuse, d’un pourcentage de carbonate de calcium qui constitue ce que l’on appelle la réserve alcaline. Cette réserve joue un rôle tampon compensant l’action des gaz acides présents dans l’environnement et celle des acides qui se forment au cours du vieillissement du papier.

Les papiers permanents contiennent obligatoirement un minimum de 2 % de carbonate de calcium et peu ou pas de lignine.

Pour mesurer ce taux de lignine dans le papier, on effectue un dosage des matières oxydables. Ce dosage est connu sous le nom d’indice kappa : il consiste en une oxydation des fibres par le permanganate de potassium. Le résultat final conduit à une valeur d’indice kappa représentative du pourcentage de lignine présent dans les fibres. Plus cette valeur est élevée, plus le pourcentage de lignine est important.

Pour les papiers permanents, la valeur de l’indice kappa doit être de 5 ce qui correspond à un pourcentage de lignine inférieur à 2 %. Cette valeur minimale a été fixée par rapport à la précision de la méthode de dosage.

 
V-3 Normalisation     Sommaire

Le site internet de la fédération IFLA (International Federation of Library Associations and Institutions) explique l’origine des normes relatives au papier permanent. Il s'agit de :

    ISO 9706, norme de base pour le papier permanent. Les autres normes lui font référence ;
  ISO 11108, qui introduit le concept de papiers d’archives.

La norme ISO 9706 requiert :

    une solidité minimale, mesurée par un test de déchirure ;
  un contenu minimal en substances neutralisant l’action des acides, mesurée par dosage du carbonate de calcium (réserve alcaline) ;
  un plafond de matières facilement oxydables, fixé par la valeur de l’indice kappa ;
  des valeurs minimales et maximales du pH du papier, après extraction à l’eau froide.

La norme ISO 11108 combine les concepts de permanence et de durabilité. Tout papier fabriqué conformément à ISO 11108 remplit les conditions d’ISO 9706. Pour le papier d’archives, la norme pose des conditions supplémentaires concernant la durabilité :

    la solidité du papier doit être mesurée en déterminant la résistance aux plis ;
  une liste de types de fibres majoritaires est imposée.
 
V-4 Conclusion     Sommaire
Il faut distinguer deux qualités de papier :
    le papier archive : papier à la permanence et à la durabilité élevées ;
  le papier permanent : papier dont les propriétés ne subissent que peu ou pas de modifications affectant l’usage, au cours de l’emmagasinage sur une longue période dans les bibliothèques, archives et autres environnements protégés ;
ainsi que deux propriétés :
    la permanence : capacité de rester chimiquement et physiquement inerte dans le temps ;
  la durabilité : capacité de résister à l’usure due aux manipulations.
 
 
Chapitre précédent Sommaire  Chapitre suivant 
 
 
  Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base de données  
 
Copyright © CERIG/EFPG 1996-2001