Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base de données
DOSSIER cerig.efpg.inpg.fr 
Vous êtes ici : Accueil > Technique > Procédés > Waterless (2)           Novembre/Décembre 1999
L'offset sans mouillage ou "Waterless"
Anne Blayo (EFPG), Dominique Gilet et Jocelyne Rouis (CERIG/EFPG)
(novembre/décembre 1999)
D'après la thèse de doctorat de Véronique Lanet-Tholimet
II - Naissance et évolution du procédé

L'existence de la solution de mouillage en offset conventionnel est à l'origine de nombreuses contraintes, notamment au niveau du maintien d'un équilibre eau/encre correct tout au long du tirage. C'est pourquoi des tentatives pour éliminer ce facteur contraignant ont petit à petit émergé.

 
II-1 La Driographie     Sommaire

Le concept de l'offset sans mouillage est proposé pour la première fois par la société 3M à la fin des années 60 sous le nom de "driographie". L'élimination de la solution aqueuse, qui protège les zones non-imprimantes de la plaque offset de l'étalement de l'encre, implique que la physico-chimie de plaque soit entièrement revue. Les zones non-image (ZNI) de la plaque de 3M sont recouvertes de silicone alors que le support aluminium vierge constitue les zones image (ZI). Les deux principaux problèmes auxquels 3M doit faire face sont le manque d'encres adaptées à ce nouveau procédé et la fragilité des plaques driographiques, très sensibles aux rayures et peu résistantes aux longs tirages. Après quelques années de recherches infructueuses, 3M décide de suspendre le développement de ce nouveau produit.

 
II-2 La plaque TORAY Waterless     Sommaire

En 1972, la compagnie japonaise Toray Industries, spécialisée dans le développement de matériaux synthétiques, achète à 3M les brevets de la plaque driographique. Les connaissances de Toray dans le domaine des polymères permettent à la société d'améliorer le produit de base. Après cinq ans de recherche et de développement, en 1977, la plaque "Toray Waterless" est présentée à la DRUPA.

Les ventes de ce type de plaque ont débuté en 1978 avec une plaque positive destinée principalement au marché Japonais (au Japon, 95 % des imprimeurs travaillent en positif). Pour l'Amérique du Nord, il a fallu attendre PRINT'80 pour que débute la commercialisation d'une plaque négative, ce qui a relancé l'intérêt des imprimeurs pour ce procédé. La plaque Toray est une plaque aluminium photosensible analogique qui nécessite une insolation avec film et un développement.

Le démarrage de cette nouvelle technologie a été très lent, ce qui peut s'expliquer d'abord par les difficultés rencontrées par 3M, encore bien présentes dans les esprits. D'autre part, les fabricants d'encres ne manisfestaient à cette époque que peu d'intérêt pour d'adapter leur produit à ce nouveau procédé. De plus, Toray n'avait probablement pas réalisé un effort marketing suffisant. Enfin, les habitudes étant difficiles à changer, les imprimeurs restaient sceptiques vis-à-vis de ce nouveau procédé.

C'est pourquoi l'utilisation de l'offset sans mouillage n'a réellement trouvé son intérêt que ces dix dernières années, grâce à l'effort conjoint des fabricants d'encres, de papiers et de machines, et également grâce à un changement de stratégie et une approche de marché différente par la société TORAY.

Jusqu'à très récemment les plaques TORAY étaient les seules plaques disponibles sur le marché. Mais l'année dernière le brevet, qui protégeait cette technologie, est entré dans le domaine public. Aujourd'hui, plusieurs fabricants de plaques cherchent à proposer leur solution pour ce procédé.

 
  II-3 L'impression numérique     Sommaire

Depuis que Heidelberg a proposé sur le marché en 1991 la GTO-DI, qui s'appuie sur le principe de l'offset "Waterless", on peut constater que le procédé a pris un peu d'ampleur. Aujourd'hui cette machine n'est plus fabriquée, mais Heidelberg propose sur le même principe la Quickmaster DI. On peut supposer que les machines d'impression numérique ainsi que le développement du CTP (Computer-To-Press) vont contribuer efficacement au développement de ce procédé.

 
 
Chapitre précédent Sommaire  Chapitre suivant 
 
 
  Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base de données  
 
Copyright © CERIG/EFPG 1996-2001