cerig Formation en ligne (Juin 1999)
Bannière (5018 octets)
Carte de l'exposé
Plan de l'exposé
Glossaire de l'exposé
Préambule
I. Le logiciel auteur
1 - Introduction
2 - Éditer les pages web
3 - Gérer le site web
4 - Matériel, plate-forme et logiciel
5 - Conclusion
I - Introduction  [retour en haut de la page]
1. Les deux aspects d'un site web
Un site web se présente sous deux aspects :
   il contient de l'information, répartie dans différents fichiers
  il possède une organisation, car les différents fichiers qui le composent sont reliés entre eux
Créer et maintenir un site web implique donc deux types de tâches :
  créer chaque "page" avec sa mise en forme à l'aide d'un éditeur de page html
  gérer la structure du site à l'aide d'un gestionnaire de site web
2. Les conséquences sur le logiciel auteur
Les logiciels de création de site web, lorsqu'ils sont effectivement complets, reflètent cette dualité. Ils possèdent :
  une fonction édition, qui permet de créer les pages du site web et de les mettre en forme
  une fonction gestion, qui permet d'organiser l'ensemble du site et d'en vérifier la cohérence
Nous allons étudier ces deux fonctions tour à tour, et examiner le logiciel correspondant.

II - Éditer les pages web  [retour en haut de la page]
1. Le langage HTML
Le langage de description de page utilisé par les sites web s'appelle le HTML (Hyper Text Markup Language). Le texte contenu dans une page web, ainsi que les instructions HTML qui décrivent la mise en forme de ce texte, sont écrits en ASCII, et stockés dans un fichier html. N'importe quel éditeur capable de générer du code ASCII -- Bloc-notes du PC sous Windows, SimpleText (ou BBEdit) du Mac sous l'OS d'Apple -- permet donc de rédiger une page web. C'est d'ailleurs ainsi que l'on opérait au commencement du World Wide Web (WWW ou web en abrégé), au début des années 90.
2. Utiliser un éditeur
Que le lecteur veuille bien examiner le code source de cette page : il le trouvera sans nul doute assez rébarbatif, à moins qu'il ne soit vraiment familiarisé avec le langage HTML. Il en conclura qu'écrire directement du code HTML est fastidieux, et concevra que l'on accroît sérieusement sa productivité en utilisant un éditeur de pages html, qui traduit automatiquement en code les instructions de mise en forme qu'on lui donne. Mais ces éditeurs ne font pas toujours exactement ce que l'on veut, et il est bon de connaître suffisamment le langage HTML pour intervenir directement dans le code le cas échéant -- la situation des utilisateurs de HTML est un peu comparable à ce qu'était au début celle des utilisateurs de PostScript, le langage de description de page universellement utilisé dans les industries graphiques. Les utilisateurs d'un logiciel de traitement de texte, par contre, ne peuvent pas intervenir dans le code du langage de description de page correspondant, car ce dernier n'est ni écrit en ASCII, ni divulgué.

III - Gérer le site web  [retour en haut de la page]
1. Les adresses
Outre le texte, les pages web peuvent contenir toute espèce d'information numérisée :
puce    images fixe ou animée
puce   son
puce   vidéo
puce   scripts côté client
puce   applets
Toute information distincte du texte est stockée dans un fichier séparé au format adéquat, et l'adresse de ce fichier est insérée dans la page web. Une exception possible : celle des scripts côté client, qui peuvent être incorporés à la page web, ou contenus dans un fichier séparé.
2. Les liens
Les pages web sont constituées d'hypertexte, c'est à dire qu'elles contiennent des liens vers d'autres informations pouvant se trouver :
puce   dans la même page (en ce cas, on les appelle souvent des "ancres")
puce   dans une autre page du même site (il s'agit probablement d'un élément de la navigation du site)
puce   dans une page d'un autre site (lien vers l'extérieur du site)
3. La maintenance des adresses et des liens
L'ensemble de ces adresses et de ces liens pose un problème de maintenance. En effet, si l'on change le nom d'un fichier ou d'un répertoire, si l'on déplace un fichier ou un répertoire (vers un autre répertoire, par exemple), si l'on modifie (en changeant de la taille d'une image, par exemple) ou supprime un fichier, etc., les adresses ou les liens qui invoquent ce fichier deviennent caducs, et il faut les modifier ou les annuler.
    Dans les premiers temps du web, la gestion des adresses et des liens devait être assurée manuellement par le responsable du site, le webmaster (terme parfois francisé en "webmestre").  Si le site est important, le temps requis est considérable, et les erreurs deviennent pratiquement inévitables. Des logiciels ad hoc ont donc fait leur apparition il y a quelques années, qui gèrent la structure, les adresses et les liens d'un site. FrontPage possède les fonctionnalités correspondantes : l'explorateur affiche graphiquement la structure du site et l'état des liens, et permet de vérifier si ces derniers ne sont pas rompus.
4. La maintenance du site
La maintenance des adresses et des liens n'est que l'une des multiples opérations que comporte la maintenance du contenu du site. Nous pouvons également citer :
puce   la suppression des informations obsolètes
puce   l'addition de nouvelles informations
puce   les réponses aux courriers électroniques
puce   la gestion d'un forum (s'il existe)
puce   le renouvellement de la présentation (pour la page d'accueil en particulier, si on ne veut pas que cette dernière "date" après quelques années)
puce   etc.
La maintenance du contenu s'inscrit à son tour dans l'ensemble plus vaste que constitue la maintenance du site, laquelle comporte en outre l'évolution du matériel et celle du logiciel.

IV - Matériel, plate-forme et logiciel  [retour en haut de la page]
1. Le matériel
Créer et maintenir un site web ne demande pas un équipement informatique considérable ; tous les logiciels utilisés se contentent facilement d'un micro-ordinateur. Les spécifications relatives à ce dernier résultent du fait que l'on maintient plusieurs applications ouvertes simultanément, un logiciel auteur et deux navigateurs constituant un minimum. On s'assurera donc des points suivants :
   la mémoire vive ne doit pas être inférieure à 64 Mo. Lorsque plusieurs applications sont ouvertes simultanément sur une machine dotée de 32 Mo de RAM ou moins, cette dernière fait largement appel à la mémoire virtuelle sur disque (swapping), ce qui la ralentit beaucoup, et risque même de la faire "planter" fréquemment ;
  un écran de moniteur de taille suffisante. Une diagonale mesurant 17" est un minimum, car le travail de conception implique souvent l'affichage simultané de plusieurs fenêtres. Certains concepteurs travaillent avec deux moniteurs ;
  une mémoire vidéo de taille suffisante pour que l'affichage fonctionne en 16 M de couleurs à la résolution choisie.
L'ordinateur n'a pas besoin de posséder le processeur le plus rapide du moment, ni le disque dur de la plus grande capacité possible. Une station de travail, plus perfectionnée et plus coûteuse qu'un micro-ordinateur correctement équipé, ne se justifie que si l'on pratique beaucoup le montage vidéo, ce qui reste actuellement l'exception.
2. La plate-forme
Les concepteurs de site n'ont pas le choix : leur équipement doit être mixte (Mac et PC). En effet, quand on développe sur une plate-forme, il faut absolument vérifier sur l'autre le résultat obtenu. Pour que l'information circule facilement d'une machine à l'autre, il faut installer un intranet -- hétérogène par la force des choses.
    Les raisons qui font du Mac la machine la plus utilisée en PAO s'évanouissent lorsqu'il s'agit de publier sur le web. Le choix entre une machine Apple ou un PC pour installer un logiciel auteur est affaire de goût, et de coût. Nous ne connaissons aucun argument technique valable pour préférer une plate-forme plutôt qu'une autre. Mais les graphistes ont leurs habitudes, et ils préfèrent souvent le "feel and touch" du Mac.
3. Le logiciel auteur
A l'exception des précurseurs blanchis sous le harnais du web, personne n'écrit plus aujourd'hui de page HTML sans utiliser un éditeur de page web. On ne gère plus guère de site web manuellement, si bien que les logiciels qui ne font que de l'édition HTML sont en déclin.
    Les logiciels de création de site web peuvent parfois être acquis sous forme de deux programmes séparés (exemple : la version 2 de PageMill), mais la tendance est à former un tout. Les trois logiciels dont nous avons l'expérience sont tous disponibles sur Mac et sur PC. Ce sont :
  DreamWeaver de Macromedia (version 2)
  FrontPage de Microsoft (version 3 pour PC, dont l'équivalent est la récente version 1 pour Mac)
  PageMill d'Adobe (version 3)
Pour bien montrer qu'il est hautement souhaitable que la gestion d'un site précède son édition, le logiciel FrontPage démarre systématiquement par l'explorateur -- bien que l'on puisse utiliser l'éditeur seul si on le désire, en recopiant l'icône correspondante sur le bureau de l'ordinateur.
4. Le serveur web personnel
Le fonctionnement de l'explorateur du logiciel FrontPage requiert la présence d'un serveur web personnel, qui est fourni avec le logiciel, et qui peut être :
  Microsoft Personnal Web Server (version 3) pour Windows 95 ou 98
  FrontPage Personnal Web Server pour Windows NT. Ce produit peu élaboré, directement issu du logiciel serveur web écrit à l'origine par le NCSA, est inférieur au précédent
Le serveur web personnel est, à notre avis, un élément essentiel de la panoplie logicielle utilisée pour créer un site web. Il permet en effet :
  de mettre automatiquement à disposition de tout l'intranet le site web en cours de construction, ce qui permet de vérifier comment ce dernier se présente dans les navigateurs de l'autre plate-forme
  de faire circuler facilement d'une machine à l'autre l'information destinée au web
Enfin, un serveur web personnel rend service à tous ceux qui téléchargent régulièrement de l'information en provenance d'Internet, et sa présence se généralisera sans doute à tous les micro-ordinateurs dans les prochaines années. On notera que l'actuel système d'exploitation d'Apple (le "système 8") comprend un petit serveur web personnel, dont la mise en service est facultative. De même, Windows 98 comprend la version 4 de Microsoft Personnal Web Server. Cette version étant plutôt orientée vers la réalisation d'un intranet d'entreprise,c'est la version 3 que nous utilisons en liaison avec FrontPage.

V - Conclusion  [retour en haut de la page]
Il importe de ne jamais oublier le point suivant :
Un site web est un ensemble structuré de pages HTML possédant des propriétés communes ; il doit être géré comme tel.
C'est pourquoi il faut préférer un logiciel de création de site web complet à un simple éditeur web.
    FrontPage semble être le logiciel de création de site web le plus utilisé actuellement. Certes, ce n'est pas un produit sans défauts, mais il nous a paru supérieur à ses concurrents. Nous l'utiliserons donc tout au long de cet exposé, dans sa version pour PC.

Page précédente Plan de l'exposéPage suivante

Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base de données
Copyright © CERIG/EFPG 1996-2000