cerig Formation en ligne (Juin 1999)
Bannière (5018 octets)
Carte de l'exposé
Plan de l'exposé
Glossaire de l'exposé
Préambule
II. Le logiciel serveur
I - Introduction  [retour en haut de la page]
1. Le serveur web est un serveur de fichiers
La "publication" est l'opération qui consiste à mettre un site en ligne sur Internet, afin que chacun puisse le consulter. L'opération requiert un "serveur web".
    Toutes les informations qu'un serveur web met à la disposition des internautes -- texte, images, sons et/ou vidéo en direct (streaming media) ou en différé -- sont contenues dans des fichiers. Ce sont ces fichiers que les navigateurs réclament, en fonction de leur URL (c'est à dire leur adresse sur le WWW), aux serveurs web.
    Un serveur web est donc un serveur de fichiers possédant les particularités suivantes :
   il est raccordé au réseau Internet, qui s'étend au monde entier
  il fonctionne selon le protocole HTTP (Hyper Text Transmission Protocol)
  il peut exécuter des programmes appelés "scripts côté serveur"
C'est en cela qu'il se différencie des serveurs de fichiers que l'on trouve sur les réseaux locaux ou étendus.
2. Le protocole HTTP
Ce protocole, au demeurant assez simple, régit essentiellement les requêtes qu'un navigateur adresse au serveur web, et les informations qu'il lui envoie (formulaires).

II - Plate-forme, matériel et logiciel  [retour en haut de la page]
1. La plate-forme
Pour faire fonctionner un serveur web, il faut utiliser un système d'exploitation convenant à un serveur -- Monsieur de la Palisse l'aurait trouvé tout seul ! Le choix de la plate-forme se résume donc essentiellement aux deux OS suivants :
   Unix, sous ses différentes variétés (dont la dernière née, Linux, est très en vogue actuellement, mais encore peu utilisée)
  Windows NT4 Server
Le système d'exploitation Unix peut être considéré comme plus stable et plus puissant que Windows NT, mais il est plus complexe à mettre en œuvre. La plate-forme Unix, de plus, est fragmentée : il existe à peu près autant de versions d'Unix que de constructeurs de machines, et l'utilisateur d'Unix se trouve ipso facto "enfermé" par son fournisseur. Une des conséquences de cette fragmentation est, à performance comparable, un coût nettement plus élevé pour un équipement Unix que pour un équipement similaire Windows. Malgré cela, dans le domaine des serveurs web, Unix se taille la part du lion, avec environ les 2/3 des sites (selon Netcraft). Selon une autre source,  Windows NT l'emporterait sur Unix, d'après une enquête effectuée aux Etats-Unis seulement.
    La domination d'Unix, qui ne fait guère de doute, peut s'expliquer :
  par les raisons techniques que nous avons citées plus haut ;
  par une raison historique : Windows NT Server est arrivé sur le marché bien plus tard qu'Unix. Pour beaucoup de décideurs, il doit encore faire ses preuves ;
  parce que le logiciel de serveur web le plus utilisé, Apache, n'est pratiquement installé que sous Unix.
Les gros serveurs sont pour l'instant l'apanage d'Unix, si bien que les sites à forte fréquentation fonctionnent uniquement sous ce système d'exploitation. Les sites qui battent tous les records de fréquentation, comme celui de CNN (qui a atteint 1/2 million de requêtes en une minute lors d'événements dramatiques), utilisent des groupes de serveurs Unix appelés "server farms". De tels sites sont assez rares, et la moyenne de fréquentation se situe vers quelques centaines à quelques milliers de requêtes par jour.
    La plate-forme Mac est très rarement utilisée, et seulement pour des sites peu fréquentés. La société Apple n'a jamais réussi à percer sur le marché des serveurs, marché qu'elle a pratiquement abandonné pendant la période difficile qu'elle a traversée en 1997/98. Elle tente actuellement d'y revenir, mais le marché est encombré, et elle a peu de chances de s'y tailler une place notable en dehors des domaines où le Mac est bien implanté (arts et industries graphiques, enseignement). Désolé de faire de la peine aux mac-maniaques, mais à peine plus de 1% des sites web utilisent un serveur Apple. Si cela peut les consoler, la plate-forme Windows 95/98 est encore moins utilisée.
2. Le matériel
Un serveur web est avant tout un serveur de fichiers, et il doit par conséquent en posséder les propriétés. Les caractéristiques requises sont beaucoup moins draconiennes que pour un serveur d'applications, mais il faut cependant veiller aux points suivants :
  une mémoire vive d'autant plus importante que le nombre d'utilisateurs simultanés est élevé. Une petite machine, pourvue de 64 Mo de RAM, peut aisément servir dix clients web simultanément. Pour servir quelques centaines de clients simultanés, il faut quelques centaines de Mo ;
  un disque dur ( les sites importants en ont plusieurs, montés en système RAID) très rapide, du type SCSI le plus récent (80 Mo par seconde en pointe). La capacité du disque, par contre, n'a généralement pas besoin d'être très importante, car la plupart des sites n'occupent que quelques dizaines à quelques centaines de Mo. Les gros sites, ceux qui diffusent de la musique ou de la vidéo, et ceux qui font du commerce électronique, font bien sûr exception ;
  une grande fiabilité, car le serveur fonctionne en permanence, et seuls les gros sites peuvent s'offrir une surveillance 24 heures sur 24 ;
  une machine dédiée à la seule fonction de serveur web.
Beaucoup de sites se contentent d'une machine mono-processeur, mais il est prudent de prévoir dès l'origine une carte-mère acceptant un second processeur. Ce dernier deviendra utile lorsque la fréquentations du site dépassera quelques dizaines de milliers de requêtes par mois. Rappelons que l'installation d'un second processeur ne portera des fruits que si le système d'exploitation et le logiciel serveur web sont capables d'exploiter cette amélioration.
    En conclusion : le serveur web n'est pas un monstre. Beaucoup de sites peuvent se contenter d'un serveur choisi quelques crans au-dessus de l'entrée de gamme.
3. Le logiciel serveur
Dans les débuts du web, certains sites n'hésitèrent pas à créer de toutes pièces leur logiciel serveur, et de très nombreux produits virent le jour. Aujourd'hui, la situation est décantée, et deux logiciels dominent du marché :
  le premier est Apache, avec 57% du marché. C'est un freeware, qui fonctionne essentiellement sous Unix (il existe une version pour Windows NT, mais elle n'est pas considérée comme sûre). Il est dérivé d'un logiciel serveur initialement développé par le NCSA, logiciel qui détenait les 2/3 du marché il y a 5 ans, et qui n'a plus aujourd'hui qu'un intérêt historique. Oeuvre de bénévoles échangeant leurs contributions sur un site web californien, le logiciel Apache est officiellement né au mois d'Avril 1995, avec la version 0.6.2 ; la version actuelle est la 1.3.6. Pour plus de détails, consulter le site web d'Apache ;
  le second est Internet Information Server (IIS), avec 23% du marché. IIS est un logiciel Microsoft, inclus dans Windows NT4 Server et ses compléments (Service Pack 3 et Option Pack). La première version date de 1996, la version actuelle est la quatrième, et la future version 5 est au stade bêta (mai 1999).
On trouve ensuite les produits de Netscape : Entreprise Server, FastTrack Server, Commerce Server ; ils détiennent 6,5% du marché, contre 25% environ en 1996. Puis les produits O'Reilly : WebSite et WebSite Professional ; ils détiennent 1,5% du marché. Le reste est constitué d'une multitude de produits diffusés à très petite échelle.
    Apache et IIS sont les deux produits qui montent ; tous les autres sont en déclin, comme le montre la figure ci-dessous, issue du site Netcraft. On pourra également consulter le site ServerWatch.


Figure extraite de la page Web Server Survey, du site de Netcraft

Le logiciel Apache est particulièrement populaire dans les milieux universitaires, en particulier en raison de sa gratuité. Il est moins prisé dans les entreprises, où l'on préfère traiter avec un éditeur qui -- en échange d'un coût -- assure une maintenance et un service après-vente.
    On notera que le choix du logiciel est lié à celui du système d'exploitation : utiliser Apache implique de fonctionner sous Unix, et utiliser IIS implique de fonctionner sous Windows NT. Conséquence : si Apache est le logiciel le plus utilisé sur les serveurs web, il en est de même du système d'exploitation Unix, et la répartition 2/3-1/3 dont nous avons parlé plus haut doit s'appliquer dans les deux cas.
4. Le raccordement à Internet
Un serveur web fonctionnant sans arrêt, sa liaison à Internet doit être permanente. Les entreprises qui veulent héberger leur site web intra muros doivent donc louer une ligne spécialisée (auprès d'un opérateur de téléphone) pour se relier à un prestataire de services Internet (ISP : Internet Service Provider). Le coût de cette location dépend du débit maximal admissible, mais il faut compter au minimum plusieurs KF par mois. Le choix alternatif consistant à faire héberger le site par un ISP dépend des deux facteurs suivants :
  le trafic escompté pour le site à échéance raisonnable
  le fait que l'entreprise loue déjà ou non une ligne spécialisée pour d'autres applications
5. L'hébergement
Pour un site à la fréquentation modeste -- comme c'est souvent le cas au démarrage -- la meilleure solution consiste à sous-traiter la mise en ligne du site à un prestataire de services Internet.

III - Conclusion  [retour en haut de la page]
1. Sur la plate-forme
Il n'y a que deux plates-formes significatives, Unix et Windows NT
2. Sur le matériel
Le serveur web n'est pas un monstre. Les gros sites battant des records d'affluence ne doivent nous faire oublier que la grande majorité des sites peut se contenter facilement d'un serveur de taille moyenne à modeste.
3. Sur le logiciel
Deux produits sont en passe de se partager l'essentiel du marché : Apache (freeware) et IIS (Microsoft).
4. Sur la stratégie
La meilleure solution consiste à installer le site web dans l'entreprise, mais pour les petits budgets, l'hébergement est la seule issue.

Page précédentePlan de l'exposéPage suivante

Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base de données
Copyright © CERIG/EFPG 1996-2000