Accueil     Plan | Recherche     Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base  
Le logo du CERIG MÉMOIRE Cerig 
  Vous êtes ici : Accueil > Technique > Mémoires > Emballage Intelligent : Traçabililté et état d'un produit alimentaire Révision : 07 Juin 2005  
Emballage "Intelligent" :
Traçabilité et état d'un produit alimentaire
 
              Vy NGUYEN et Nicolas SERRE

Élèves Ingénieurs 2e année
Juin 2005

       
     
  Plan  
I - Introduction
II - Intégrateurs temps température
III - Indicateurs sur état des denrées périssables
IV - Analyse économique
V - Marché
VI - Conclusion
VII - Bibliographie et Webographie
     
Mémoire précédent    Liste des mémoires    Page technique    mémoire suivant
Précédent Liste Thèmes Suivant

 

I - Introduction

Plan 

Le monde des nanotechnologies et des nanomatériaux fait progressivement son entrée dans le secteur de l’emballage. De nouvelles fonctionnalités et de nouveaux marchés arrivent à maturité. Même si beaucoup d'applications sont encore à un stade de recherche et de développement, certaines d'entre elles entrent déjà dans la composition des emballages et promettent d'en modifier et d'en  améliorer de manière intéressante les caractéristiques. L'emballage devient actif et communicant. Il porte en lui des informations relatives à son identification, au contrôle de ses conditions de fabrication et de transport...

   
Voir aussi

Parmi les nombreuses applications développées, la traçabilité et l'identification des produits sont devenues des éléments incontournables de contrôle et d'information dans nos sociétés de consommation. Disposer de systèmes qui s'adressent directement au consommateur final est un des grands enjeux de notre époque.  Il est clair que les nombreuses intoxications alimentaires ou infections collectives de ces dernières années ont mis en évidence des ruptures dans la gestion de la chaîne du froid qui interviennent pour l'essentiel lors du transport des denrées. C'est pourquoi les développements les plus avancés dans ce domaine concerne aujourd'hui principalement le secteur des industries alimentaires avec les indicateurs temps température (ITT). En effet, au delà de la DLC (Date limite de consommation), le consommateur, utilisateur final du produit, a besoin d'être informé sur l'état de fraîcheur d'un produit au moment où il l'achète et au moment où il va le consommé.

Le développement de ces technologies, capteurs de température et de fraîcheur, se situe dans un contexte particulier où les facteurs extérieurs jouent une action prépondérante. Les principaux étant les suivants :

Par ailleurs, la simplicité de mise en oeuvre de ces marqueurs apportant une information sur l'état de conservation des produits permet une ouverture de cette technologie vers de nombreux marchés comme :

L’utilisation de ces capteurs dans le cadre de la surveillance et du respect de la chaîne du froid deviendra rapidement incontournable dans les différentes collectivités territoriales comme pour l’alimentation des enfants dans les écoles où l’on ne peut pas se permettre des intoxications alimentaires. Dans le secteur de l’agroalimentaire, surtout pour le transport de denrées périssables qui nécessitent un parfait contrôle de la chaîne du froid et de la provenance des produits ces indicateurs ont démontré leur utilité. Mais ces renseignements sur l’état de conservation d’un produit intéresse également fortement le secteur pharmaceutique où, là encore, la qualité du produit est essentielle avant toute utilisation. En fait le besoin de cette technologie apparaît dans tous les secteurs où les étapes de stockage et transport sont cruciales pour assurer une bonne conservation au produit.

La particularité de ces indicateurs est qu'ils doivent s’adresser à un très large public, depuis des professionnels comme les industriels, le corps médical, les collectivités (cantine, armée) jusqu'au grand public, le consommateur final d'où une large gamme de produits proposés en fonction de leur domaine d'applications.

Les développements vont bon train et les nanotechnologies laissent déjà entrevoir des systèmes d'identification ayant la prétention de supplanter non seulement le code barre traditionnel mais également les étiquettes RFID avant qu'elles n'aient réussies complètement leur entrée sur le marché destiné au grand public. Une affaire à suivre !

 

II - Intégrateurs temps température (ITT)

Plan 

II-1 - La chaîne du froid

Parmi les produits courants de grande consommation, les produits réfrigérés prennent de plus en plus d’importance, tant dans le domaine médical que dans celui de l’alimentaire. Le principe de la chaîne du froid s’oppose à celui des échanges thermiques qui veut que tout corps ayant une température différente du milieu ambiant voit celle-ci tendre spontanément vers celle du milieu ambiant. Maintenir les aliments réfrigérés à une température basse leur permet de conserver leurs qualités nutritionnelles et organoleptiques et de les garder sains, depuis le lieu de production jusqu'à l'endroit de sa consommation. Le froid limite voire stoppe la prolifération des micro-organismes. De ce fait, les denrées alimentaires très périssables (viandes, produits tripiers, volailles, lapins, préparations de viande, produits traiteurs frais, charcuterie cuite ou à cuire, laits pasteurisés, desserts lactés, fromages frais…) doivent être maintenues entre 0°C et +4°C et inférieur à +8°C pour les denrées périssables comme le beurre et matières grasses, produits laitiers frais…
Le contrôle des températures et le respect de la chaîne du froid garantissent la qualité et la sécurité des produits.

Pour chaque étape de la chaîne du froid, telle que la fabrication le transport et la distribution, la directive européenne hygiène 93/43 et la réglementation française définissent les températures, les règles de contrôle et les actions correctives. La réglementation française comprend un arrêté (9 mai 1995) sur la remise directe au consommateur établi en 1995, un sur l’entreposage défini en 1996, et un sur le transport rédigée en 1998. Cependant ils ont été remaniés en 2004. Les professionnels quant à eux essaient de garantir la chaîne du froid.

Atteindre cet objectif implique un travail collectif qui concerne à la fois les distributeurs et les consommateurs. Afin de respecter cette chaîne du froid, les chercheurs essaient de mettre en œuvre de nouvelles innovations qui tendent à rendre l’emballage intelligent par le biais d’étiquettes proposant une information claire et objective sur l'état de conservation d'un produit. C'est la fonction des indicateurs temps température (ITT).

II-2 - Les indicateurs à encres thermochromiques

Ces indicateurs sont généralement des intégrateurs irréversibles, offrant une méthode sûre et infalsifiable pour contrôler la chaîne du froid, durant le transport et le stockage des produits. Les intégrateurs temps température apportent une valeur ajoutée aux produits, et s’inscrivent dans une conception stratégique de la traçabilité. Ces intégrateurs fournissent un enregistrement permanent qui confirment un engagement constant de qualité et d'hygiène.

Ces indicateurs peuvent être appliqués directement sur un produit, une bouteille, un emballage, un carton, etc.

 

1. Principe de fonctionnement

Les indicateurs à encre thermochromique se présentent sous la forme de petites pastilles colorées ou transparentes qui possèdent une zone qui changera de couleur si la chaîne de froid a été rompue. Comme leur nom l'indique ces indicateurs de temps température utilisent des encres thermochromiques (en fait, l'adjectif "thermochrome" serait plus correct, mais il est rarement employé) qui ont la particularité d'avoir une couleur variable. Celle-ci varie de façon réversible ou irréversible en fonction de la température. Les encres thermochromiques ont été développées dans les années 1970 par les Japonais. au début, leurs applications concernaient surtout le domaine du gadget.  Depuis leur utilisation est propogée dans la vie de tous les jours.

Ces encres contiennent des leucodérivés, dont le changement complet de couleur requiert une variation de température de quelques degrés. Ce changement de la couleur s'observe à une température donnée, c'est la température d'activation. Lors du réchauffement de l’encre, les monomères se recombinent entre eux et donc polymérisent. La couleur est donnée par le nombre de double liaison conjugué carbone carbone contenus dans une molécule, la polymérisation provoque donc le changement de la coloration de l’encre.

Afin d’éviter l’interaction des leucocolorants avec les autres composés de l’encre, ceux-ci sont encapsulés dans des gouttelettes de gélatine. Ces microcapsules (3-5µm) sont plus larges que les pigments, jusqu’à dix fois.

Généralement les encres thermochromiques changent de couleur en partant d’une couleur donnée elles deviennent transparentes. Les changements d’une couleur à une autre sont également possibles grâce à l'association du leucocolorant avec une autre encre permanente. Il existe de nombreuses encres thermochromiques qui peuvent changer de couleur dans une plage de température allant de -25°C à 66°C.

Les films rouges ou jaunes contiennent un système de colorants qui permettent de filtrer certaines longueurs d’ondes de la lumière qui feraient réagir les monomères contenus dans l’encre. Ainsi ces étiquettes peuvent être utilisées sur des emballages exposés à la lumière du jour. Sans ces films teintés, les marqueurs de temps et de températures seraient trop sensibles à la lumière du jour, ce qui réduirait leur efficacité.

Quelques précautions entourent l'utilisation de ces étiquettes. Ayant la propriété de s'activer à partir de certaines températures, il est donc nécessaire de les stocker à très basse température (-24°C). L’expédition de ces indicateurs est contraignante car elle doit être effectuée à basse température dans des emballages isolants.

2. Principaux fournisseurs

Depuis une quinzaine d'années, ces marqueurs de temps et de températures ont été surtout développés aux Etats-Unis. En France, les développements et les applications sont plus récentes .

Parmi les différents fournisseurs sur le marché, on peut citer :

Etiquettes "Indicateur Temps Température"
Fresh Check de Temptime

Temptime (anciennenment Lifelines Technologies)

Les étiquettes Fresh-Check TTI se présentent sous forme d'indicateurs orange ou jaune. Ces étiquettes montre un anneau et une pastille centrale qui sert de référence. A l'intérieur de l'anneau est placée une encre thermochromique qui est invisible à l'état initial mais qui, en cas de dépassement de température (rupture de la chaîne du froid), noircit. Ce système se décline en sept versions selon les couples temps température adaptés aux produits. Selon les besoins, il peut être apporter ou non un texte d'explication afin d'aider le consommateur dans la lecture des indications.

 

Combat feeding.

 L'armée américaine utilise ce système de marqueur temps température pour le stockage de la nourriture pour les soldats. Les rations doivent pouvoir être conservées sur plusieurs mois et supportées un voyage à travers le monde. Une fois à destination, cette nourriture est-elle encore suffisamment fraîche pour être consommer ?

Ces indicateurs vont permettre de faire le lien entre la qualité des rations, le temps conservation et la température depuis la fabrication des paquets. Là encore un anneau d'une couleur définie encercle une pastille d'encre thermochromique qui est invisible à l'état initial.  Le point central va foncé avec le temps et l'augmentation des températures.

 
Puces fraîcheur Coldmark de Evidencia
(Source site Evidencia)

Evidencia avec les puces fraîcheurs ColdMark et WarmMark.

Ces puces fraîcheur auto-adhésives sont utilisées pour des produits doivant être conservés ou transportés dans des conditions n’excédant pas certaines limites de température. Aussi dénommés «indicateurs temps température», ils peuvent être appliqués directement à un produit, une bouteille, un emballage, un carton ... Un point rouge apparaît au bout de l’étiquette lors des dépassements. La précision de ces puces fraîcheurs est de l'ordre de plus ou moins un degré Celsius.

 

Hallcrest, un des leaders dans dans la micro-encapsulation et les produits thermochromiques propose deux indicateurs irréversibles :

     
Clearing Point de Hallcrest
(Source site Hallcrest)
  Thermostrip de Hallcrest
(source site Hallcrest)

Les fournisseurs de ce genre d'étiquettes sont nombreux, et les formes et les couleurs que peuvent prendre ces intégrateurs de temps, température varient avec l'étendue des demandes et des besoins dans l'industrie.

II-3 - La sur-étiquette à base de micro-organismes

Une société française, Cryolog, créée le 2 Juillet 2002, a récemment mis au point une solution innovante en terme de non respect de la chaîne du froid pour les secteurs de l'agroalimentaire et la santé. Traceo est un indicateur microbiologique de rupture de la chaîne du froid.

Traceo est une étiquette adhésive qui indique par une réaction colorée une accumulation critique de ruptures de la chaîne du froid. Cette étiquette exploite une réaction biologique déclenchée par la présence effective d'une flore bactérienne dans l'étiquette, le but étant d'empêcher la lecture du code barres et donc le passage en caisse.

Elle se compose de deux parties :

C'est ce «film intelligent» qui, en se colorant, rend impossible la lecture du code barres en caisse. Les micro-organismes emprisonnés dans l'étiquette sont similaires à ceux présents dans les produits alimentaires et pharmaceutiques.

L’ajout de cet indicateur ne demande pas donc de procédé particulier, cette étiquette se pose directement sur le code barre. De plus, son faible coût permet à tous les industriels dans les domaines de l'agroalimentaire et de la santé de s’équiper avec cette nouvelle technologie.

Traceo sera sur le marché en septembre prochain. Des accords ont été mis en place, notamment avec des acteurs majeurs de la grande distribution et de la restauration (cantines, traiteurs, maisons de retraite…). Traceo intéresse aussi certains laboratoires pharmaceutiques car il permet de surveiller les vaccins, les poches de sang et les liquides de diagnostic.

II-4 - Les étiquettes RFID

Les étiquettes RFID (pour Radio Frequency Identification) apparaissent comme les solutions les plus sophistiquées. Elle sont d'ailleurs appelées : étiquettes intelligentes, étiquettes à puces, tag, transpondeur (équipement destiné à recevoir un signal radio et à renvoyer immédiatement en réponse un signal radio différent et contenant une information pertinente.

Conceptuellement, la RFID et le codage à barres sont tout à fait semblables ; tous les deux sont prévus pour fournir l'identification rapide et faible d'articles et des possibilités de filiation. La principale différence entre ces deux technologies est que le codage à barres se lit avec un laser optique et que le lecteur RFID balaye ou interroge une étiquette en utilisant des signaux de fréquence radio.

On distingue trois types d’étiquettes radiofréquence :

L’étiquette RFID devrait permettre un meilleur suivi des produits au cours de leur transport. Couplée à des systèmes de contrôle de température, elle permet de mieux déterminer Ies «ruptures» dans la chaîne du froid et les responsabilités des intervenants. Cet outil offre une capacité accrue de contenu et une plus grande souplesse de positionnement que le code barre, mais elle n’est cependant pas dénuée de limites techniques (notamment dues aux perturbations électromagnétiques). La standardisation à un niveau international est sur le point d’aboutir mais ne permet pas aujourd’hui d’application dans les systèmes ouverts entre les partenaires indépendants.

Les puces RFID ne sont pas encore installés dans notre quotidien mais devrait cependant rapidement équiper dans un premier temps les produits à forte valeur ajoutée pour aller jusqu’à l’alimentaire. L’augmentation de volume devrait ainsi permettre la diminution du coût.

Un indicateur basé sur un système d'enzymes incorporé dans un circuit passif de radio fréquence a récemment été testé. L'enzyme agit en tant bio-détecteur qui réagit au temps et la température en augmentant la force du signal électrique. Le signal est enregistré par un scanner et transféré à un logiciel qui reconstitue l'historique cumulé  temps température. Une solution d'avenir ?

II-5 - Les traceurs de température électroniques

Il existe des systèmes de traçabilité des températures utilisant des enregistreurs de température les plus petits au monde. Le capteur est un enregistreur miniature de la taille d’une pile bouton, une puce électronique capable d’enregistrer l’historique de la température d’un produit lors de la fabrication, du stockage, du transport et de le stocker sur sa mémoire, et ainsi révéler chaque limite dépassée. La plage de mesures s’étend de -40°C à +85°C avec une résolution de 0.5°C. La taille et la robustesse du Thermo Bouton permettent de le placer partout afin de suivre la chaîne de froid. Il sert également d’étiquette électronique inviolable et sécurise les informations liées à la traçabilité des produits contrôlés (identification, origine, numéro du lot).

Ces puces sont conçu au Etats-Unis, et le logiciel entièrement réalisé par les ingénieurs de Progrès Plus, qui a mis un place un réseau de distribution en Europe.

On cite comme fabricants :

II-6 - Tableau récapitulatif

Le tableau ci-dessous propose un récapitulatif des principaux indicateurs temps température.

  Indicateurs à
encres thermochromiques
Surétiquettes à
Micro-organismes
Etiquettes RFID Traceurs de
température électroniques
Température d'application Dès -25°C Paramétrable - De -40°C à +85°C
Précision +/- 1°C Réaction colorée 0,5°C 0,5°C
Dimensions  Variables Variables,
de la taille des codes barres
variables Très petite
Condition de stockage à basses températures à température ambiante - -
Coût Faible Faible Elevé si RFID en écriture investissement dans des lecteurs cher,
capteurs non jetables
Avantages Capteur visuel, intégrateur irréversible,
infalsifiables
Capteur visuel, Stockage à T°C
ambiante, Conditionnement
en rouleaux
Enregistrement détaillé des T°C
Données sur l'origine des produits
(N° lot, ...)
Robustesse des capteurs,
Enregistrements des T°C en fonction du temps,
Données sur l'origine des produits (N° lot, ...)
Inconvénients stockage contraignant Pas encore commercialisé
(courant 2005)
Nécessité de lecteurs Scitex

III - D'autres méthodes d'indication de l'état de conservation des denrées alimentaires

Plan 

III-1 - Maturité des fruits

 

1. Saveur et maturité

La saveur d'un fruit dépend de sa maturité. Chaque personne consomme des fruits à une maturité différente selon ses préférences. Lors de l'achat de fruits, ceux-ci sont manipulés souvent avec peu de ménagement afin de déterminer si leur maturité correspond aux goûts attendus.

 

2. Repère visuel chromatique

 
Capteur changeant de couleur selon la maturité
du Fruit (Source site Ripesense)

Le groupe Néozélandais Jenkins a développé, en collaboration avec l'Institut HortResearch, spécialiste des végétaux, une étiquette intelligente qui indique le degré da maturité du fruit au consommateur. Ce concept se base sur un capteur d’arome intégré à l’étiquette collée sur une barquette en plastique rigide. Les molécules que libère le fruit lors de sa maturité font changer de couleur l’étiquette, même lors d’un stockage au réfrigérateur. Il vire ainsi du rouge au jaune en passant par l’orange qui correspond à un fruit croquant, ferme ou juteux

Ces emballages sont actuellement utilisés pour des paquets de quatre poires et à terme chaque poire devrait posséder son étiquette. Ce concept est à l’étude pour s’adapter à d’autres produits tels que le kiwi, l’avocat, la mangue et le melon. De plus, ce nouvel emballage permet aux fruits d’être protéger contre les manipulations malencontreuses pouvant provoquer des dommages. Il permet ainsi aux commerçants de réduire la quantité de perte.

Le consommateur peut donc choisir ses fruits en tout connaissance de cause, sans surprise. L’idée est ainsi d’augmenter la consommation de fruits en la rendant plus pratique.

III-2 - Repérage des bactéries

 

1. Détection de la Listéria

La listériose (due à la présence de listeria monocytogènes) est une maladie rare mais grave en particulier pour les personnes dont les défenses immunitaires sont affaiblies (femmes enceintes, nourrissons, personnes âgées fragiles, patients immunodéprimés). Cette maladie est souvent associée à la consommation de nourriture dont la chaîne de froid a été brisée. En effet, ces bactéries se développent sur la nourriture lors que la température augmente.

Aux Etats-Unis, des chercheurs ont récemment mis au point un bio-capteur qui détecte la bactérie mortelle Listeria monocytogene. Ce bio-capteur est capable de repérer en moins de 24 heures des concentrations allant jusqu’à 1000 cellules par millilitre de fluide. Selon les chercheurs, le capteur est suffisamment sensible pour repérer sélectivement les espèces monocytogènes.

Le capteur est composé d’une unique pièce de fibre optique, un matériau solide, transparent et en plastique qui permet la transmission de la lumière. Cette fibre est recouverte d’anticorps qui reconnaît la Listeria, la capture et l’emprisonne à l’intérieur de la fibre. Lorsque que le capteur est placé dans un aliment liquide, toutes les cellules de Listeria Monocytogène viendront se coller à la fibre.

2. Détection de mycotoxines

La société Olmix développe des produits d’hygiène animale à base d’argile. Cette substance est, en effet, très efficace dans la captation de l’humidité et des toxines grâce à sa structure cristalline, sous forme d’empilement lamellaire. Plus l’espace entre ces feuillets est grand, plus le matériau peut absorber des composés micro- organiques comme les mycotoxines et autres toxines alimentaires de grandes tailles.

III-3 - Une encre sensible à l'oxygène

Un chercheur en Angleterre, vient de mettre au point une encre sensible aux variations de l’oxygène. Ainsi cette encre peut permettre la détection de fuite d’air. La couleur de l’indicateur passe de la couleur transparente à bleue si l’oxygène a pénétré à l’intérieur de l’emballage.

IV - Analyse économique du système Indicateurs Temps Température (ITT)

Plan 

Ce type de technologie est apparue récemment mais commence à être de plus en plus présente sur différents produits. Ce type d’indicateurs fait naître dans le secteur de l’emballage des perspectives très intéressantes. En effet, la demande autour de la connaissance de la provenance des produits devient de plus en plus importante pour le consommateur final. Il permet de donner de nouvelles orientations aux emballages en leur permettant d’afficher directement l’état du produit et de connaître si le produit peut être consommer ou non.

Grâce à ce type d’information l’emballage devient unique mais aussi très utile, ces capteurs affichent et donnent une information visuelle simple et claire. Ces indications adaptables sur n’importe quel emballage ouvrent un monde de promesses pour le secteur de l’industrie alimentaire en leur permettant dans un futur proche de pouvoir garantir la fraîcheur de leur produit d'un simple regard.

Pour les industriels, cette technologie révolutionnaire ne remplacera pas le code barre. Cependant, associer à l’étiquetage RFID, ce concept rendra les emballages sûrs et permettront de garantir à 100% le respect de la chaîne du froid. Le prix de certaines applications visuelles provoquent toutefois un surcoût et fait encore hésiter les industriels. D’autant plus que l’association avec les étiquettes RFID ne semble pas toujours évident. Cependant l’arrivée de certains polymères conducteurs imprimables feront probablement baisser significativement le prix des étiquettes RFID (< 5 cts d’euros) et par conséquent les marqueurs qui leurs sont associés. D'autre part il ne faut négliger un caractère très utile d'un point de vue sécuritaire pour différents produits le nécessitant.

IV-1 - Devenir pour les nanotechnologies dans le secteur des ITT

Les prévisions de développement du secteur des nanotechnologies est impressionnant. La place des nanotechnologies dans le secteur des matériaux et de l’emballage représente 34 % des développements de ce secteur. Cette solution semble donc être une solution d’avenir et sera sans doute de plus en plus utilisée.

Le contrôle, le respect de la chaîne du froid et la traçabilité ont comme principale limite le coût des indicateurs. Compte tenu de l'enjeu important, savoir combien est prêt à payer le consommateur pour assurer sa sécurité alimentaire est une question intéressante. Il convient donc de déterminer les différents ratios tels que le ratio du prix du traceur/prix de la denrée suivie.

IV-2 - Définition du marché

L'étude du marché des ITT en se basant sur le diagramme de Porter adapté à une technologie va permettre d’observer la dynamique concurrentielle concernant ce type de produit.

Selon le système que l’on considère les indicateurs de température ou de qualité peuvent se situer au centre du diagramme de Porter ou en entrant potentiel. En effet, dans le domaine industriel, cette technologie n’est pas encore très utilisée cependant dans la grande distribution même s’il existe déjà quelques applications d’indication de température. Les recherches visant un développement de ces produits à grande échelle  de développer sont en cours. Positionner les indicateurs ITT comme entrant potentiel est justifiée par certaines barrières à l’entrée qui sont expliquées dans le paragraphe suivant concernant la matrice de SWOT. C'est le système que nous avons choisi d'étudier.

Selon le diagramme de Porter les acteurs dans le secteur de la grande distribution peuvent se positionner comme suit :

IV-3 - Analyse stratégique du système

Afin d’analyser les forces et faiblesses de ce type produit, nous avons réaliser une matrice de SWOT. Cette matrice présente l'intérêt d’analyser l’environnement du marché et d’en voir les différentes perspectives. Pour cela, on s’attardera sur une analyse concurrentielle en essayant de regarder l’offre et la demande pour un tel concept. Ensuite nous pourrons faire une analyse technologique afin de déterminer le cycle de vie du produit.

Dans un deuxième temps cette matrice a pour but de voir le potentiel de cette technologie en faisant le bilan des forces et faiblesses pour les indicateurs sur les emballages. La réalisation de cette matrice nous permet de construire différents scénarios avec des probabilité variables.

Les forces et les faiblesses de ce système sont résumés dans le tableau ci-dessous.

Forces Opportunités
Indication visuelle simple et rapide
Efficace
Coût faible
Irréversible et infalsifiable
Facile à utiliser
Traçabilité
Etat de conservation
Economie (évite les pertes)
Complémentarité avec la traçabilité par RFID
Faiblesses Menaces
Complément à des capteurs électroniques et
donc peut-être superflus
Pas de suivi complet du produit (origine, N° de lot...)
Dépendance de l'étiquette RFID
 
Superflu
Produits utilisés
Législations
Environnement

 

La réalisation de cette matrice permet d'avancer la réflexion sur l’avenir des ITT. L'implémentation des ITT amène des coûts supplémentaires. Dans le cas d'une chaîne de distribution bien contrôlée au niveau de la température, la valeur ajoutée de l'ITT reste limitée par rapport au coût. Par contre, dans le cas d'une chaîne difficilement contrôlable ou dans le cas des produits sensibles aux fluctuations de la température, la valeur ajoutée de l'utilisation d'un ITT peut être importante. La mise en œuvre permet de rendre visible le non-respect des températures de conservation, de donner une garantie de fraîcheur du produit et de présenter un avantage par rapport aux DLC affichées sur l'emballage. Cependant, cette implémentation implique que la qualité initiale du produit soit maîtrisée et constante, qu'une altération ne puisse être visible et que le choix du système d'ITT se fasse soigneusement en fonction du type de produit et de la logistique de production de l'entreprise d'acheminement.

V - Quelles évolutions pour ce marché ?

Plan 

Dans cette partie le but est d’établir différents scénarios afin de déterminer les perspectives des indicateurs ayant pour but de renseigner sur la qualité d’un produit trois scénarios possibles sont analysés : un scénario pessimiste, un scénario optimiste  et un scénario probable. La conception des scénarios se base sur les arguments de la matrice de SWOT.

V-1 - Scénario n°1 : Disparition des indicateurs

Ce scénario est catastrophique dans notre étude de veille technologique. On supposera la possibilité d’une catastrophe sanitaire. Cette éventualité sera introduite par la rubrique  « Menaces » de la matrice de SWOT  où nous avons abordé les produits utilisés pour la réalisation de notre indicateur. L’optique d’une catastrophe sanitaire serait due à une réaction des composés et de ce fait une interaction sur le produit de consommation, le rendant impropre à la consommation. On pourrait aussi envisager la possibilité d’un non respect des normes environnementales toujours pour les mêmes raisons qui engendreraient donc des surcoûts de conception et donc l’inutilité d’un tel concept. Ce scénario aboutirait donc à la fin des marqueurs de fraîcheurs.

V-2 - Scénario n°2 : Envolée du marché des indicateurs

Ce scénario est le plus optimiste, de nos jours la traçabilité d’un produit est primordiale dans l’optique de sa commercialisation future (il faut prendre en compte les catastrophes sanitaires précédentes). Les forces de ce type de système étant de développer une indication visuelle immédiate et simple de l’état de conservation d’un produit et permettant aussi une utilisation simple mais cependant très efficace. Ce scénario envisagerait le développement très rapide de ce produit et sa présence sur tous les emballages où cette indication serait importante. Cette hypothèse serait économiquement très avantageuse pour les indicateurs en les rendant indispensables, permettant leur commercialisation et aboutissant à une offre pour ce produit extrêmement intéressante.

V-3 - Scénario n°3 : Un marché serein pour les indicateurs

Ce scénario est sans doute le plus plausible où l’évolution du marché serait croissante. L’apport de cette information sur la fraîcheur du produit étant très utile, son développement serait de plus en plus intéressant même si cependant cette indication pourrait parfois s’avérer superflus et ne connaîtrait pas le « boom » escompté mais ce marché se développerait raisonnablement.

 

VI - Conclusion

Plan 

Suite à des récentes catastrophes sanitaires tels que la vache folle ou la bactérie de la listéria, les produits de la chaîne du froid ont vu se développer des moyens permettant de détecter si cette chaîne a été rompue et de ce fait des moyen de connaître l’état du produit.

Les capteurs de temps températures ont ainsi vu le jour.
La traçabilité doit être construite comme un outil de confiance pour le consommateur et non comme un instrument de marketing.
La mise en place de la traçabilité est encore très partielle.
Une traçabilité ne doit pas être mentionnée si elle n’est pas assurée !
Cette nouvelle politique permettra aussi de réduire les risques de maladie, les pertes alimentaires.

L’emballage "intelligent" ne fait pas encore totalement partie de notre quotidien du fait d'un frein imposé par les législations internationales et notamment européennes. A l’heure où l’Europe se pose la question d’adopter un texte commun à tous les pays, on peut se demander combien de temps peuvent durer les débats liés aux risques alimentaires.

VII - Webographie et Bibliographie

Plan

F. Falconnet, F. Guillon   "Avis sur la traçabilité des denrées alimentaires"   Conseil National de l'Alimentation, Avis n°28, 28 Juin 2001
Anon.   "Une nouvelle vision de la fraîcheur"   Cryolog, 2005, <http://www.cryolog.com/Plaquette-CRYOLOG.pdf>
Anon.   "Emballage alimentaire actif et intelligent"   Commission Européenne, Europa, Communiqués de presse, 17 Novembre 2003 <http://europa.eu.int/rapid/pressReleasesAction.do?reference=IP/03/1554&format=HTML&aged=0&language=FR&guiLanguage=fr>
A. Moyaux   ""Emballage alimentaire actif et intelligent. Bruxelles modifie la législation"   CyberAgri, AgriSalon.com, 17 Novembre 2003, <http://www.agrisalon.com/06-actu/article-11447.php#>
Anon.   "Etude ActiPack Fair"   Site Web Packaging Valley, <http://www.packagingvalley.com/francais/FINAL ACTIPAK.pdf>
Anon.   "Un service performant avec l'emballage actif et intelligent"   Site Web Emballage Digest, Décembre 1999,<http://www.emballagedigest.com/site-decembre-99/Abonnes/Enq_Emb.actif.htm>
N. Thallinger   "L'emballage intelligent"   <http://www.champagne-ardenne.cci.fr/fr/lettres_veilles/CCIEmballage/pdf/embalintelligent.pdf>
A.J.   "Nanoparticules contre microtoxines"   Emballage magazine, n°741, 14 mars 2005, p18
Anon.   "Food scientists design sensor for Listeria detection"   Site de Food Production Daily, 06 Octobre 2004,<http://www.foodproductiondaily.com/news/ng.asp?id=55190>
Anon.   "Puces fraicheur, Indicateurs temps température"   Site Evidencia, 2005,  <http://www.evidencia.biz/francais/products/temperature-labels.htm>
J. Hamola   "Colour Changing Inks"   Screen Web, Screen Printing Magazine, 29 Janvier 2003
<http://www.screenweb.com/index.php/channel/6/id/1425>
Anon.   "Time/Temperature indicators on meal, Ready-to-eat rations"    Site de Soldiers System Center, 18 Octobre 2004, <http://www.natick.army.mil/soldier/media/fact/food/time-temperature_indicator.htm>
Anon.   "Principle of thermochromism"   Site Chromazone, <http://www.chromazone.co.uk/Thermochromism.htm>
S. Cavel, C. Millet   "Les étiquettes RFID"   Mémoire de veille technologique, Site CERIG-EFPG, Mai 2004, <http://cerig.efpg.inpg.fr/memoire/2004/rfid.htm>
R. Faltot, G. Ottobon   "Les encres thermochromiques et leurs applications"   Mémoire de veille technologique, Site CERIG-EFPG,  Février 2002, <http://cerig.efpg.inpg.fr/memoire/2003/encres-thermochromiques.htm>
Anon   "L'emballage intelligent et le contrôle de l'humidité"   Site Osmofilm, <http://www.osmofilm.com/French/Embal/EmbalF.htm>
F. Monfort Windels   "Les emballage actifs"   Site CCI champagne Ardennes - lettre de Veille, Septembre 2003, <http://www.champagne-ardenne.cci.fr/fr/lettres_veilles/CCIEmballage/pdf/emballagesactifs.pdf>

 

     
  Mémoire précédent
Précédent
Liste des mémoires
Liste
Page technique
Thèmes
mémoire suivant
Suivant
 
Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base
Copyright © Cerig/Grenoble INP-Pagora
     
 mise en page : J. Rouis