Accueil     Plan | Recherche     Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base  
Le logo du CERIG MÉMOIRE Cerig 
Vous êtes ici : Accueil > Technique > Mémoires > Flashcode ou QR code au service de l’imprimé : effet de mode ou réel intérêt ? Révision : 17 septembre 2010  
Flashcode ou QR code au service de l’imprimé :
mode éphémère ou phénomène durable ?
 
             Johan LAURENDON et Valérie-Anne SÉMAT

Élèves ingénieurs 2e Année
 Mai 2010
Mise en ligne - Septembre 2010

Avertissement
Ce mémoire d'étudiants est une première approche du sujet traité dans un temps limité.
À ce titre, il ne peut être considéré comme une étude exhaustive comportant toutes les informations
et tous les acteurs concernés.

 

       
     
  Plan  
I - Introduction
II - Les codes bidimensionnels
III - Étude de marché
IV - Analyse technico-économique
V - Conclusion
VI - Bibliographie-Webographie
     
Mémoire précédent    Liste des mémoires    Page technique    Mémoire suivant
Précédent Liste Thèmes Suivant

I - Introduction

Plan

   
  Voir aussi
            Flashcodes affichés dans Toulouse 
  pour le service Mobulles : petites annonces et informations      
  Figure 1 - Flashcodes affichés dans
Toulouse pour le service Mobulles :
petites annonces et informations
sur le quartier
 

Dans votre vie quotidienne, il vous arrive de voir des éléments dont vous n'identifiez ni l’origine, ni l’utilité. Cela a sans doute été le cas avec les flashcodes et les QR codes qui, depuis quelques années, s'installent progressivement dans notre environnement familier.

Imaginez. Vous vous promenez dans les rues d'une ville. Pour vous orienter, vous utilisez un plan offert par une enseigne commerciale sur lequel vous remarquez un drôle de pictogramme fait de petits carrés blancs et noirs. N’en ayant jamais vu, vous n'y prêtez guère attention : une illustration de plus sans doute...
Puis, chemin faisant, d'autres pictogrammes du même type, affichés sur des abris-bus par exemple, attirent votre regard [Figure 1]. Ils vous proposent d'accéder à des informations en ligne à l'aide de votre téléphone portable.
Eh oui, vous découvrez, parsemée ici et là, une véritable innovation technologique qui modifiera peut-être profondément votre façon de lire et d'accéder aux informations et à la connaissance...

En effet, cet ensemble de pavés noirs et blancs compose un code en deux dimensions qui permet une connexion à Internet via l’appareil photo du téléphone mobile. Cette technologie fait depuis peu son apparition en France.
En publiant "Le sens des choses" en 2009, l'écrivain Jacques Attali a d'ailleurs fait appel à elle afin d'établir des liens entre le document imprimé et le Web pour créer l'hyperlivre ainsi défini : "l'hyperlivre est le premier service numérique de lecture augmentée, dont la télécommande est l'ouvrage papier. Les nouvelles technologies se mettent au service du livre, en l'enrichissant de sons, de vidéos, d'interactivité, d'actualisations, accessibles depuis le papier grâce au mobile et à l'internet". Dans son livre, de nombreux articles traitent de sujets divers. Pour les étayer, l’auteur a inséré dans chaque article un code 2D, un flashcode, qui permet de consulter des informations supplémentaires en ligne : complément d’article, musique, vidéo, etc.

La multiplication des flashcodes et QR codes mis au service du document imprimé relève-t-elle d'un effet de mode temporaire ? Ou bien, au contraire, est-elle un phénomène plus durable inscrivant de plus en plus la lecture augmentée dans notre vie quotidienne ?

II - Les codes bidimensionnels

Plan

II-1 - Qu'est-ce qu'un code 2D ?

Un code à deux dimensions (code 2D) est une évolution du code à barres linéaire. À présent, il peut être lu par des caméras et non plus par des lasers.

Ses avantages sont les suivants :

Cette révolution technique redonne de la vigueur au code à barres classique.

II-2 - Typologie des codes 2D

Contrairement au code à barres (1D), il y a plusieurs types de codes bidimensionnels. En voici une liste non exhaustive.

                Code Datamatrix de Grenoble INP-Pagora       Code PDF417 de Grenoble INP-Paogra   MaxiCode de Grenoble INP-Pagora   Code Aztec de Grenoble INP-Pagora  
  Figure 2 -
Code Datamatrix
de Grenoble INP-Pagora
  Figure 3 -
Code PDF417
de Grenoble INP-Paogra
  Figure 4 -
MaxiCode
de Grenoble INP-Pagora
  Figure 5 -
Code Aztec
de Grenoble INP-Pagora
 
                 

II-2-1 - Datamatrix

Inventé dans les années 1980 aux États-Unis, Datamatrix appartient au domaine public et est donc libre de droit. Il est très utilisé actuellement grâce à sa haute sécurité de lecture. En effet, un système d’algorithmes informatiques permet de régénérer le code même si ce dernier a été endommagé [Figure 2].

II-2-2 - PDF-417

Créé aux États-Unis au début des années 1990, le code PDF-417 est nommé PDF pour Portable Data File en référence à sa grande capacité de stockage. Il est utilisé dans le domaine du transport, pour les inventaires [Figure 3].

II-2-3 - MaxiCode

Le MaxiCode est le premier à apparaître sur le marché mondial en 1987. Créé par UPS pour le suivi de ses colis, il est aujourd'hui dans le domaine public [Figure 4].

II-2-4 - Code Aztec

Lancé sur le marché en 1995 par la société Welch Allyn, le Code Aztec est construit sur la base d’une cible centrale carrée autour de laquelle sont codées les informations. Il peut avoir différentes tailles régies par le nombre d’information à coder [Figure 5].

Parmi les codes 2D figurent également le flashcode et le QR Code qui font l'objet de notre étude.

II-3 - Flashcode vs. QR code

Ces codes 2D ont un point commun : leur lien avec l’Internet mobile. Cependant, l’un est apparu avant l’autre et domine le marché mondial.

II-3-1 - Quick Response code ou QR code

En 1994, l'entreprise japonaise Denso-Wave, du groupe Toyota, crée le QR code pour faciliter la gestion des flux des pièces de voiture [Figure 6]. En 1999, elle publie le QR code sous licence libre, ce qui favorise sa diffusion au Japon. Dès lors, il devient  l'un des codes bidimensionnels les plus populaires dans le monde. En effet, le QR code s’est rapidement répandu dès 2004 au Japon, en Corée du Sud et plus récemment en Europe et aux États-Unis. En Europe, il est largement exploité en Suisse, en Allemagne, en Italie, en Belgique, en Grande-Bretagne et en Espagne.

                QR code de Grenoble INP-Pagora      
  Figure 6 - QR code
de Grenoble INP-Pagora
 
     

Le QR code stocke des données à la verticale et à l’horizontale. Sa capacité de stockage est bien plus importante que le code barre traditionnel : 7089 caractères numériques contre 10 à 13 caractères. Il peut mémoriser des adresses Web, du texte, des numéros de téléphone, des SMS ou autres types de données. Il est lisible par les téléphones mobiles équipés d'un lecteur de QR code.

                Structure d'un QR code      
  Figure 7 - Structure d'un QR code
[Wikipédia : QR code]
 
     

L’aspect compact de ce pictogramme permet de l'insérer sur tout type d’imprimé sans empiéter les informations déjà présentes. Le nombre de pixels varie suivant le contenu à coder. Un logiciel installé dans le téléphone le décode grâce à la photographie préalablement prise. La qualité de l’appareil photo détermine la vitesse de lecture [Vidéo 1].

                     
  Vidéo 1 - QR-code? Clovis Darrigan répond  
     

Comparons le QR code avec d'autres codes 2D [Tableau 1] :

                     
  Tableau 1  - Tableau comparant différents codes 2D
[Denso Wave - QR code.com
]
 
     

Enfin, il faut noter que chacun peut créer gratuitement et facilement son propre QR code à partir d'un texte, d'une adresse URL, d'une image, d'un numéro de téléphone ou encore d'un SMS : il suffit d'utiliser des générateurs de codes disponibles en ligne.

II-3-2 - Flashcode

Flashcode est la marque du code 2D créé par l’Association Française du Multimédia Mobile (AFMM). Cette dernière a signé avec les  trois opérateurs français de téléphonie mobile (Orange, SFR et Bouygues Telecom) un contrat de licence réciproque quant aux spécifications sur lesquelles sont développés les lecteurs flashcode [Figure 8].

                Flashcode de Grenoble INP-Pagora      
  Figure 8 - Flashcode de Grenoble INP-Pagora  
     

Ce code 2D peut être décodé uniquement par un téléphone mobile équipé du lecteur flashcode développé par l'AFMM. La photographie d'un flashcode avec un portable permet de déclencher les actions suivantes :

Selon des informations trouvées sur Wikipédia, le flashcode s’appuie sur la norme de codes matriciels Datamatrix et sur une 'grammaire' permettant de définir l’action déclenchée par le scan du flashcode. Il est possible d'utiliser les flashcodes de deux manières :

Ce système n’encode pas du texte ou des URL mais un numéro et nécessite l'utilisation d'un annuaire pour retourner la ressource. Après décryptage du code, le mobile doit effectuer une liaison de données avec le serveur de l'opérateur téléphonique afin d'obtenir une redirection vers les données de destination du flashcode. Le serveur d'annuaire de l'opérateur lui permet de comptabiliser ou de bloquer les redirections et d'appliquer des règles de facturation en fonction du type de contenu demandé.

Enfin, ce format propriétaire ne permet pas de générer soi-même et gratuitement un code car aucune garantie ne peut être donnée sur le fait qu'il puisse être lu universellement et le passage par un des prestataires de l'opérateur est obligatoire pour une mise en place. Le flashcode s'impose dans l’Hexagone dès 2008. Actuellement, il n’est disponible que sur le marché français [Vidéos 2].

               
     
  Vidéo 2 - Les flashcodes au quotidien
[Orange-Innovation.tv]
 
     

II-3-3 - Deux codes concurrents encore peu connus du public français

En France, ces deux codes bidimensionnels sont en concurrence. Cantonnés aux grandes villes, ils sont peu connus par le public français et sont d'ailleurs reconnus et utilisés essentiellement par des visiteurs étrangers. En outre, disposer du téléphone mobile adapté muni d’un appareil photo et permettant de se connecter à Internet est une condition sine qua non pour les deux technologies.

Dans le tableau comparatif ci-dessous, les évidentes contraintes du flashcode permettent de comprendre le retard de son développement par rapport au QR code [Tableau 2].

                     
  Tableau 2  - Tableau comparant les deux codes 2D
[QR Mobile : Tout sur les QRCodes : QRCode vs. Flashcode
]
 
     

III - Étude de marché

Plan

III-1 - Marché de l'Internet mobile

Pour profiter de cette nouvelle technologie, disposer d'un téléphone portable adapté – c'est-à-dire muni de l’application correspondant au code et d’un appareil photo de bonne résolution – pour se connecter à Internet est une condition indispensable.

Deux enquêtes réalisées en 2009 et 2010 attestent d'un décollage de l'usage de l'Internet mobile en France.

Dans une étude sur "La diffusion des technologies de l'information et de la communication dans la société française", publiée en novembre 2009, le Centre de Recherche pour l'Étude et l'Observation des Conditions de Vie (CRéDOC) souligne que "dans une économie touchée de plein fouet par la récession, les TIC [technologies de l'information et de la communication] restent l’un des rares secteurs en expansion". Les chiffres sont éloquents : 82 % de la population française détiennent un téléphone mobile [Figure 8].

                Proportion 
  d’individus disposant personnellement d’un téléphone mobile (2009)      
  Figure 8 - Proportion d’individus disposant personnellement
d’un téléphone mobile (2009)
[CRéDOC]
 
     

Parmi les usages plébiscités par les abonnés au téléphone portable, la connexion à Internet a le vent en poupe. Les auteurs du rapport parlent d'une "augmentation significative du nombre de personnes utilisant leur téléphone mobile pour naviguer sur Internet".

Ainsi, "en juin 2009, 13% des abonnés utilisent leur mobile pour consulter Internet : la proportion a presque doublé en un an. Chez les adolescents, le pourcentage est passé de 12% à 19%" [Figure 9].

                Proportion de 
  personnes utilisant leur téléphone mobile pour naviguer sur Internet ou consulter 
  leur mail (2009)      
  Figure 9 - Proportion de personnes utilisant leur téléphone mobile
pour naviguer sur Internet ou consulter leur mail (2009)
[CRéDOC]
 
     

Mieux encore : n'étant plus l'apanage de quelques férus des nouvelles technologies, l'Internet mobile voit son utilisation se répandre largement et il touche aujourd'hui une population estimée à 5 millions de personnes. Une population plutôt jeune, étudiante ou active, et urbaine : "ce sont les jeunes adultes (18-24 ans) qui sont à la pointe (27%), suivis par les 12-17 ans et les 25-39 ans (respectivement 19% et 18%). Les étudiants (19%), les employés (18%) et les habitants de Paris et son agglomération affichent des taux supérieurs à la moyenne" [Tableau 3].

                Profil des personnes 
  utilisant leur téléphone mobile pour consulter Internet (2009)      
  Tableau 3 - Profil des personnes utilisant leur téléphone mobile
pour consulter Internet (2009)
[CRéDOC]
 
     

Les possesseurs de téléphones portables ne se connectant pas à l'Internet mobile le font autant par absence de besoin qu'en raison d'obstacles financiers ou techniques [Tableau 4]. Les raisons diffèrent en fonction de l'âge. Plus les personnes sont âgées, plus elles avancent leur manque d'intérêt à naviguer sur le Web via leurs téléphones mobiles et c'est aussi le cas des catégories les plus favorisées (53% des diplômés du supérieur, 52% des titulaires des revenus les plus élevés). En revanche, chez les plus jeunes, ce sont les obstacles financiers qui les freinent [Figure 10].

                Motifs 
  de la non-connexion à l'Internet mobile (2009)       Motifs de la 
  non-connexion à l'Internet mobile en fonction de l'âge (2009)  
  Tableau 4 - Motifs de non-connexion à l'Internet mobile (2009)
[CRéDOC]
  Figure 10 - Motifs de non-connexion à l'Internet mobile en fonction de l'âge (2009)
[CRéDOC]
 
         

L'Association Française du Multimédia Mobile (AFMM) s'intéresse elle aussi au développement de l'usage de l'Internet mobile par ceux qu'elle nomme les mobinautes. Le profil-type du mobinaute : un homme jeune (15-34 ans), actif et habitant dans une grande agglomération (plus de 100 000 habitants).

Dans son "Étude clients 2010 : les indicateurs clés du multimédia mobile", elle constate que "91,4% des 15-60 ans sont équipés d’un téléphone mobile" et 92,6% d'entre eux savent qu’il est possible de se connecter à Internet depuis leur téléphone mobile. En outre, elle révèle aussi que les plus gros consommateurs d'Internet mobile sont les abonnés équipés d'iPhone : 93,6% d'entre eux déclaraient s'être connectés au cours du mois précédent l'enquête.

En ce qui concerne la fréquence de connexion, "55,1% des mobinautes déclarent consulter un site sur l’Internet mobile au moins une fois par semaine et 33,4% au moins une fois par jour" [Figure 11].

Enfin, outre la nécessité de posséder l'équipement adéquat, soulignons que le mode de paiement adopté influe également sur la connexion Web via le téléphone mobile : ainsi, l'étude fait ressortir que "l’illimité est privilégié par près de la moitié des mobinautes (48,1%) pour accéder à l’Internet mobile" [Figure 12].

                Fréquence de 
  connexion à l'Internet mobile (2010)       Connexion à 
  l'Internet mobile par type de forfait (2010)  
  Figure 11 - Fréquence de connexion à l'Internet mobile (2010)
[AFMM]
  Figure 12 - Connexion à l'Internet mobile par type de forfait (2010)
[AFMM]
 
         

III-2 - Marché de la nouvelle génération de codes 2D

Flashcodes et QR codes peuvent être utilisés dans divers secteurs d'activité :

                     
  Vidéo 3 - The world's first mobile Augmented Reality Special Magazine Edition
[YouTube]
 
     

Il y a un véritable engouement pour le QR code au Japon comme en témoigne dans son blog un Français vivant au pays du Soleil Levant. En attestent également des enquêtes publiées sur le site What Japan Thinks :

En France, si l'on ne peut parler d'un tel succès, quelques campagnes récentes tentent d'inscrire les flashcodes dans le quotidien. Ainsi, en janvier 2010, la RATP déploie vingt mille flashcodes dans les stations de son réseau de bus et de tramway, couvrant l'ensemble des 11 000 points d'arrêt de 350 lignes de bus et 3 lignes de tram [Vidéo 4].

                     
  Vidéo 4 - La RATP déploie la technologie flashcode sur le réseau BUS
[Dailymotion]
 
     

III-3 - Analyse concurrentielle (diagramme de Porter)

                Analyse concurrentielle 
  du marché des codes 2D via le diagramme de Porter      
  Figure 13 - Analyse concurrentielle du marché des codes 2D via le diagramme de Porter  
     

Le nouvel entrant, le code 2D, ne vient pas en remplacement ou en complément d’une autre technologie : il se présente comme une nouvelle technologie sur un nouveau marché. Il n’y a donc pas de concurrents de secteur. C'est pourquoi ce diagramme de Porter met le nouvel entrant en relation avec les secteurs importants pour son développement et avec lesquels il a de nombreuses interactions, à savoir l’Internet mobile et la communication imprimée. Pour chacun de ces secteurs, sont identifiés les fournisseurs, les utilisateurs et les clients.

IV - Analyse technico-économique

Plan

Pour déterminer les perspectives d’évolution des codes 2D, délimitons le système étudié afin de faire une synthèse des tendances et étudions les plans stratégiques actuels et futurs.

IV-1 - Analyse stratégique (matrice SWOT)

Les facteurs clés susceptible de favoriser le développement du marché français des flashcodes et QR codes sont l'extension de l'offre de téléphones portables compatibles et de forfaits Internet mobile à des prix accessibles. En outre, des efforts de communication auprès du grand public sont indispensables afin de le sensibiliser à l'usage de ces codes 2D.

Forces Faiblesses
  • Facilité de mise en œuvre tant au niveau de l’impression
    que de la création
  • Nombreuses applications possibles
  • Concurrence de deux technologies qui freine
    le développement de leur implantation
Opportunités Menaces
  • Développement technologique massif de la téléphonie
    mobile
  • Forfait Internet mobile onéreux et peu développé
  • Éventuelle concurrence des étiquettes RFID dans
    certaines applications

IV-2 - Scénarios et analyse des risques

Envisageons les perspectives des flashcodes et QR codes sur le marché français via trois scénarios. La probabilité de réalisation de chaque évènement est notée de 1 à 4, c'est-à-dire de la non-réalisation [1] à la réalisation à coup sûr [4].

IV-2-1 - Scénario 1 - Dans les dix prochaines années, les codes 2D auront conquis notre quotidien

Dans ce scénario optimiste, l’imprimé et Internet sont unis par de multiples liens interactifs.

IV-2-2 - Scénario 2 - Dans les dix prochaines années, les codes 2D, victimes d'un effet de mode, finiront par stagner

Dans ce scénario, l’imprimé reste au cœur de la communication et les codes 2D s’intègrent bien dans ce système. Toutefois, il est toujours possible que cette technologie soit remplacée par une autre encore plus attractive.

IV-2-3 - Scénario 3 - Dans les cinq prochaines années, oubli de la technologie des codes 2D faute d'utilisation

Dans ce scénario pessimiste, les codes bidimensionnels ne trouvent pas leur place vis-à-vis de l'imprimé dans le marché français.

Notons la probabilité de réalisation de ces scénarios :

A mi-chemin entre l'optimisme du scénario 1 et le pessimisme du scénario 3, le scénario 2 semble plus réaliste compte tenu des données dont nous disposons aujourd'hui.

V - Conclusion

Plan

L’étude des codes bidimensionnels flashcode et QR code établit qu'ils sont intimement liés au développement du téléphone portable et de l’Internet mobile. Ce marché, déjà bien installé depuis quelques années à l'étranger, commence à peine à se développer en France. Un retard que peut expliquer la guerre des formats qui a lieu sur le marché français car délaissant le QR code, norme internationale ouverte et mondialement utilisée, les opérateurs télécoms français ont préféré développer un format propriétaire, le flashcode.

Dans cette étude, le lien avec l’Internet mobile a été privilégié. Toutefois, l’application d'autres types de codes 2D dans le secteur de la logistique est tout à fait répandue. Certains codes 2D sont fabriqués par des entreprises en interne et développés par leurs informaticiens. C’est ainsi le cas du code permettant au constructeur de machines à imprimer KBA de proposer Plate-Ident, un système de vérification du positionnement des plaques.

Les codes 2D au service de l’imprimé : mode éphémère ou phénomène durable ? Le succès florissant que connaît le QR code à l'étranger notamment au Japon depuis quelques années laisse espérer un développement équivalent s'inscrivant durablement en France. Toutefois, cet essor suppose encore quelques efforts de la part des acteurs de ce nouveau marché notamment d'une part, savoir susciter l'intérêt de la population pour les prestations permises par les codes 2D et d'autre part, favoriser l'utilisation de cette technologie par tous en facilitant son accès tant techniquement que financièrement.

VI - Bibliographie - Webographie

Plan

CROQUET P.   Téléphone : Toulouse innove avec "Mobulles".   La Dépêche, 21 janvier 2010
Consulter
BIGOT R., CROUTTE P.   La diffusion des technologies de l'information et de la communication dans la société française (2009).   CRéDOC - Enquête "Conditions de vie et Aspirations des Français", novembre 2009
Consulter
AFMM Étude clients 2010 : les indicateurs clés du multimédia mobile. Association Française du Multimédia Mobile, 2010
Consulter
KEN Y.N. QR code-reading phones held by almost four in five Japanese. What Japan Thinks, 5 juillet 2009
Consulter
KEN Y.N. QR codes extremely popular. What Japan Thinks, 26 septembre 2005
Consulter
DEWULF E. Le Flashcode, une norme "mort née" ? Mobile-Commerce, 2009 ?
Consulter
VERRON F. Année 2010, envolée du Flashcode en France ? Ubimedia Garden, 22 janvier 2010
Consulter
CHARTIER M. La RATP lance le "flashcode" pour connaître les horaires. PCWorld.fr, 19 janvier 2010
Consulter
Vitaminwater, première boisson à utiliser un flashcode en France. Fastandfood, 22 janvier 2010
Consulter
TOLLIVER-NIGRO H. Making the most of Quick Reponse codes. The Seybold Report, 2009, vol.9, n°21, p.3-10
GIRARDEAU A.  Le site du jour : Tout QR coder. Écrans (Libération.fr), 31 janvier 2008
Consulter
HERMAN V. QR code vs Flashcode. Marketing Mobile, 2009
Consulter
Denso Wave QRcode.com. QR Code.com
Consulter
QRMobile. QRMobile
Consulter
SUBAGIO C. QR Code usage in Japan. Blog Simplify
Consulter
QR code. La Rivière aux Canards
Consulter
     
  Mémoire précédent
Précédent
Liste des mémoires
Liste
Page technique
Thèmes
Mémoire suivant
Suivant
 
Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base
Copyright © Cerig/Grenoble INP-Pagora
     
 Mise en page : A. Pandolfi