Accueil Plan du site Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base  
NOUVELLE cerig.efpg.inpg.fr 
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Nouvelle > Apple : la fin des clones ?
3 septembre 1997

Apple : la fin des clones ?

Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante

Jean-Claude Sohm
(3 septembre 1997)
 

Rappels

Jusqu'à une date récente, Apple contrôlait complètement sa plate-forme, étant à la fois le producteur du matériel et du système d'exploitation, et refusant de céder la moindre licence.

Au mois de novembre 1994, le PdG de l'époque (M. Spindler) changea complètement de politique, dans l'espoir de relancer le marché du Macintosh. Des accords de licence furent signés avec plusieurs constructeurs (IBM, Motorola, Power Computing, Umax). La redevance payée par ces entreprises (rapidement baptisées "cloneurs" par la presse) leur donnait le droit de reproduire l'architecture de la machine, d'utiliser la couche de microprogrammation située en ROM, et d'installer la version courante (7.x) du système d'exploitation. En un an, les cloneurs prirent 10% du marché du Mac : leurs machines étaient plus rapides et moins chères que celles du leader. La société Power Computing se révéla la plus dynamique, tant sur le plan technique que commercial. Dure leçon pour Apple, qui avait perdu l'habitude de la concurrence directe.

Une deuxième étape, baptisée CHRP (Common Hardware Reference Plateform), était prévue pour le milieu de cette année. Désormais, l'architecture du Mac devait être fixée par l'ensemble des constructeurs, comme cela se fait dans le monde PC, et non plus par la seule société Apple. La licence ne couvrant plus que le système d'exploitation, les cloneurs arguèrent que son coût devait baisser.

Pour les finances d'Apple - dont les comptes sont dans le rouge depuis un an et demi - le clonage était devenu insupportable. Le mois dernier, la société fit savoir qu'elle ne certifierait pas les machines CHRP que les cloneurs s'apprêtaient à lancer sur le marché. Le ton monta entre Apple et ses licenciés : le DG de Power Computing attaqua publiquement Apple le 5 août dernier au Macworld Expo, mais - désavoué par son entreprise - il fut contraint à la démission. Depuis, les négociations avec les cloneurs se poursuivaient dans la discrétion.
 

Le fait nouveau

La société Apple, une fois de plus, défraye la chronique en annonçant qu'elle rachète à Power Computing, pour 100 M$, tout ce qui concerne le Mac : la licence, la clientèle (200.000 machines vendues), les innovations techniques, le système de vente directe, et peut-être même une partie du service commercial. Le transfert devra se terminer d'ici la fin de l'année. L'évènement, bien sûr, fait la "une" des news sur les sites informatiques du web tels que ZDNet et MacWorld.

En fait, la rumeur de cette transaction couvait depuis un mois. Le cloneur ne conserve que son activité de constructeur de compatible PC, encore en devenir. On ignore toujours l'issue des négociations avec les autres constructeurs du Mac, mais chacun s'accorde à penser que la fin du clonage est proche, puisque le concurrent le plus dangereux disparaît.
 

Les conséquences

L'expérience du clonage a été salutaire pour la société Apple, qui a dû apprendre à construire des machines plus performantes à des prix plus compétitifs. La disparition du cloneur le plus agressif va probablement permettre à Apple de renouer plus rapidement avec les bénéfices. A court terme, c'est donc une bonne nouvelle pour les utilisateurs du Mac.

Cependant, l'image de la marque Apple sort quelque peu dégradée de tous ces démêlés avec les cloneurs. De plus, la disparition de la concurrence sur la plate-forme Mac aura certainement un impact négatif sur l'avenir de cette dernière. Pour les utilisateurs du Mac, à long terme, la nouvelle est mauvaise : moins de concurrence signifie moins d'innovation technique, et des prix plus élevés.

Cependant, on ne peut songer au long terme que si l'on assure son existence à court terme, et les dirigeants d'Apple n'avaient sans doute pas le choix : on ne les approuve pas, mais on les comprend.

 
 
Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante
  Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base 
 
Copyright © CERIG/EFPG 1996-2002