Accueil Plan du site Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base  
NOUVELLE cerig.efpg.inpg.fr 
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Nouvelle > Sirflex
Juin 1997
SIRFLEX
Un logiciel de formation dédié à la flexographie

Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante
Par Jean-Claude Sohm
(23 Juin 1997)
 

1 - Le contexte du projet «SIRFLEX»

Pour en savoir plus sur le simulateur Sirflex :
consultez le site de l'IRFIP

Le secteur des industries graphiques est en train de vivre une profonde mutation qui conduit au développement de nouveaux équipements professionnels de plus en plus sophistiqués et performants. Le cas de la flexographie est significatif à cet égard.

Les centres de recherche et de formation doivent prendre en considération ces évolutions.

Ceux qui coopèrent avec les industries graphiques doivent avoir une activité innovante visant à concevoir et développer des techniques nouvelles pour améliorer ou créer les outils de formation. Cet objectif passe par une action de recherche pédagogique en vue d'une meilleure connaissance sur les procédés et le matériel existant afin de répondre aux besoins des différentes branches de la profession.

Ce projet trouve sa justification dans une demande évidente de formation bien identifiée à partir des constatations suivantes :

1 -   le procédé flexographique est mal représenté dans les programmes de formation et les équipements des centres d'enseignement restent axés sur l'offset ;
2 - les établissements de formation n'ont pas la possibilité de se doter d'une presse flexographique dont le prix dépasse leurs possibilités budgétaires avec un coût de fonctionnement prohibitif ;
3 - les industries de l'Emballage et de la Transformation ont, de plus en plus, tendance à renouveler leur matériel et, par conséquent, ont des besoins en personnel compétent à tous les niveaux : ouvriers, conducteurs, cadres techniques et de gestion de production.

Il est donc intéressant de mettre au point un outil de simulation recréant toutes les fonctions de la machine flexographique et permettant de faire apparaître (et de résoudre) les nombreux problèmes inhérents à l'utilisation de ce procédé.
 

Notre expérience antérieure

Ce projet fait suite à plusieurs actions de recherches et développements qui ont déjà conduit à des produits de simulation commercialisés en France et à l'étranger, et sont destinés à servir de soutien à la formation du personnel pour la conduite de presses à imprimer rotatives.

La première action a pu voir le jour par la création d'un "consortium" regroupant des imprimeurs et leurs fournisseurs (Bolloré, Heidelberg-Harris, Day-International, BASF,...) autour des centres de recherche (CPN-ENSAM, EFPG). Elle a donné naissance au S.I.R. "Offset" (Simulateur Interactif de Rotative) qui existe depuis pratiquement trois ans et qui est basé sur l'exemple typique de l'impression en quadrichromie d'un cahier 16 pages R°/V° de magazine périodique.

L'élève, qui doit se familiariser avec l'architecture et le fonctionnement pratique d'une rotative, apprend à reconnaître les dysfonctionnements de la machine à partir de symptômes relevés sur un imprimé. L'un des buts est de permettre à l'apprenant d'avoir facilement accès à l'outil de formation avec un soucis de vraisemblance au niveau de l'aspect visuel de l'imprimé simulé. Le S.I.R. est basé sur un système expert (contenant un ensemble interconnecté de dysfonctionnements et de défauts d'impression) couplé à un ensemble autorisant l'interactivité. Il a été vendu à plus de 80 exemplaires dans de nombreux pays (dont plus un tiers en Amérique du Nord).

Par ailleurs, nous avons développé (avec les mêmes partenaires mais Cerruti remplaçant Harris) une seconde version du Simulateur : le S.I.R. "Hélio-édition". Il est basé sur l'exemple de l'impression en quadrichromie d'un périodique à fort tirage sur des machines grande laize.
 

2 - Le logiciel SIRFLEX pour la flexographie

C'est à la suite du succès du S.I.R."Offset" que l'ENSAM (Ecole Nationale des Arts et Métiers, Paris) a décidé de poursuivre ses investigations en direction du marché de l'impression flexographique.
 

2 - 1 Un partenariat actif

Dans cet objectif, c'est constitué depuis Janvier 1997 un G.I.R. (Groupement d'Intérêts et de Recherche) SIRFLEX rassemblant différents partenaires du monde de l'impression :

AUTOBAR (Emballage)
PRAXAIR (Fabricant de cylindre anilox)
SICPA (Fabriquant d'encre)
WINDMOLLER et HOLSCHER
(Constructeur de machines flexographiques)
EFPG
(Ecole Française de Papeterie et des Industries Graphiques)
École supérieure Estienne L.E.G.T.
INTERFOR

 

2 - 2 Le logiciel SIRFLEX : une réponse à un besoin de formation

Actuellement la formation à la conduite de machine flexographique s'effectue de deux façons :

    soit en école graphique, la formation est alors assurée par des cours théoriques complétés par des stages en imprimerie ;
  soit par apprentissage du futur opérateur par un conducteur expérimenté directement sur la presse. Ceci impose à l'entreprise de doubler son effectif par machine entraînant une perte de temps pour le formateur qui doit expliquer l'ensemble des procédures en même temps qu'il les réalise et une perte d'argent pour l'entreprise qui rémunère deux personnes.

Suite à une étude ergonomique menée par Mlle M.P. Rousselle, il est apparu que les bases initiales pouvaient s'acquérir avec un minimum de théorie et de pratique, mais qu'elles atteignaient rapidement un plateau qui nécessite des heures sur machine pour le dépasser. La courbe d'apprentissage avec la formation actuelle d'un nouveau procédé tel que la conduite d'une imprimeuse flexographique peut être représentée par le graphique ci-dessous. Nous pouvons comparer cette droite d'apprentissage à celle escomptée grâce au logiciel de simulation de formation.

vitesse d'apprentissage

Dépasser ce plateau correspond à la maîtrise des dysfonctionnements possibles de la machine, c'est à dire à la connaissance des défauts d'impressions, leurs causes et leurs remèdes.

Pour cette raison le simulateur permettra un perfectionnement, un entraînement mais aussi l'acquisition d'une méthode optimale de travail, pour que l'utilisateur dépasse plus rapidement ce plateau et acquiert, dans le même temps, une meilleur connaissance de la machine.

L'utilisation de ce logiciel nécessitera des connaissances de base minimales du procédé et des composants de la machine.

Ce logiciel entraînera les imprimeurs à respecter les procédures qualité mises en place dans le milieu de la flexographie, mais aussi à obtenir une maîtrise du procédé afin d'assurer une qualité constante de l'impression (reproductibilité).

Actuellement, les progrès informatiques sont tels qu'il est désormais possible de simuler, de manière réaliste, les machines les plus complexes. De nombreux paramètres influencent la qualité de l'imprimé en flexographie comme dans les autres procédés. L'outil informatique nous est apparu adapté, de par sa rapidité et sa convivialité.
 

3 -Un projet en quatre étapes

Le but de l'étude de faisabilité en cours est la réalisation d'un cahier des charges fonctionnel pour concevoir un logiciel informatisé. Elle s'effectue en plusieurs étapes et en collaboration avec les partenaires du GIR.

Le plan d'action de cette étude est composé de quatre axes :

1 -   Expertise de la flexographie,
2 - Constitution d'une bibliothèque d'image afin de constituer un catalogue de défauts d'impression,
3 - Développement de l'interface Homme-Machine,
4 - Intégration des possibilités multimédia.

Pour le premier axe, il est nécessaire d'avoir une connaissance approfondie de la flexographie pour le développement d'un tel logiciel, celle-ci se divise en deux parties :

    Expertise de la machine, qui est la détermination d'une presse type.
Le groupe de travail a commencé le recensement des différentes parties de l'imprimeuse. Une analyse type S.A.D.T. (Système Analysis Design Technic) devrait permettre la mise en évidence des paramètres d'entrées et de sorties de chaque composant.
  Expertise du métier ; pour cela le groupe de travail a établi une liste de défauts les plus pertinents en flexographie. Après avoir défini strictement chaque défaut, les différentes causes provoquant ce défaut sont examinées.

Le deuxième axe représente une étape importante pour la réussite de ce projet, car le recueil maximal de représentation sur support de chaque défaut permettra lors du développement du logiciel de reproduire à l'écran les défauts d'impression le plus réellement possible.

Le développement de l'interface homme-machine dont s'occupe plus particulièrement Mlle ROUSSELLE de l'ENSAM, représente le troisième axe de l'étude, et se décompose en deux parties :

    Analyse de l'activité ; pour cela une étude approfondie est réalisée sur le terrain : observations filmées, entretiens avec les opérateurs (étape de base d'une analyse ergonomique). Cela permet de comprendre le processus technique et les tâches confiées aux opérateurs, mais aussi les stratégies qu'ils mettent en oeuvre, le déroulement logique et temporel de leurs activités.
  Modélisation des tâches humaines ; parmi les méthodes possibles, nous retiendrons la méthode M.A.D. (Méthode Analytique de Description des tâches). Celle-ci vise à la description des tâches humaines dans le but de les modéliser. Il s'agira d'analyser les manières de travailler, de raisonner, d'agir des opérateurs, afin d'obtenir une banque de données qui servira lors de la spécification et de l'élaboration du système interactif.

A partir des données obtenues dans cette étude, nous pourrons recenser l'ensemble des besoins ergonomiques et techniques, pour définir l'architecture de l'interface homme-machine (nombre d'écrans nécessaires, modes d'enchaînement et de présentation des informations, modalités du dialogue homme-machine, ect...).

Le dernier axe vise à savoir dans quelle mesure il serait intéressant d'intégrer des textes, des images animées, des explications techniques ou non sur le fonctionnement de la machine.

L'ensemble de ces connaissances conduira à la réalisation d'un cahier des charges fonctionnel, en vue du développement d'un logiciel intéractif répondant aux besoins actuels de formation dans le monde de la flexographie.

Si ce projet suscite chez vous quelqu' intérêt, vous pouvez contacter Mme Eliane Rousset pour tous les renseignements ou questions complémentaires.
 



Photo du groupe des partenaires : (de gauche à droite)
M. STRIDE (SICPA) , M. VEYSSET (Société BOU HANICH), Melle ROUSELLE (ENSAM), Mme ROUSSET (EFPG), M. BUDKE (Windmöller et Holscher), M. LAVIALLE (PRAXAIR), M. HERZOG (AUTOBAR), M. MACK (ENSAM).
 
 
Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante
  Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base 
 
Copyright © CERIG/EFPG 1996-2002