Accueil Plan du site Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base  
logo CERIG NOUVELLE cerig.efpg.inpg.fr 
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Nouvelle > Apple : deuxième bon trimestre consécutif           16 avril 1998

Apple : deuxième bon trimestre consécutif

Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante

Jean-Claude Sohm
(16 avril 1998)
 

Pour la deuxième fois consécutive, la société Apple a annoncé un résultat positif pour le trimestre écoulé : 55 millions de dollars de bénéfice, pour 1,4 milliards de chiffre d'affaire. Un an plus tôt, Apple annonçait 708 millions de dollars de pertes trimestrielles : on voit à quel point la société a redressé sa situation financière.

Les plus satisfaits, apparemment, sont les boursiers : ils s'attendaient à un résultat positif, certes, mais plus modeste. Les analystes sont plus prudents, et font remarquer que le montant du chiffre d'affaires trimestriel se dégrade lentement dans le temps. Pour les quatre derniers trimestres, les chiffres sont : 1,74 - 1,61 - 1,58 et 1,40 milliards de dollars. Bien qu'Apple ait construit 650.000 micro-ordinateurs, soit 2 % de plus que le trimestre précédent, le chiffre d'affaires a baissé de 12 %, ce que l'on peut expliquer par les facteurs suivants :

    baisse du prix unitaire des machines ;
  recul des ventes d'imprimantes ;
  abandon de certains produits (imprimantes à jet d'encre, appareils photographiques numériques, numériseurs) ;
  faiblesse habituelle des ventes d'Apple au premier trimestre de chaque année civile (qui est le deuxième trimestre de l'année fiscale).

Apple détient actuellement 3,1 % du marché des micro-ordinateurs, ce qui fait de cette société le dixième constructeur mondial. Apple vend la moitié de sa production hors des États-Unis.

Les chiffres que nous venons de citer montrent que l'assainissement de la situation d'Apple résulte de la réduction de ses coûts, plus que d'une reprise de ses ventes, et le directeur financier d'Apple (Anderson) a fait savoir à la presse que cette situation perdurerait encore un trimestre ou deux. En 1997, Apple a réduit son personnel de 31 % (ce qui lui laisse environ 9.000 employés), et ses dépenses de R&D de moitié. Quelques 170 licenciements sont encore programmés pour les deux mois à venir.

Il se confirme que le Mac G3 est une bonne machine, qui se vend bien, et représente 51 % des unités écoulées au cours du trimestre. Apple espère construire 2,8 millions de micro-ordinateurs en 1998. La base installée (c'est à dire le nombre de micro-ordinateurs Apple en cours d'utilisation) est évaluée à 27 millions d'unités, avec une forte proportion de machines âgées de 3 ans ou plus. La stratégie commerciale d'Apple consiste donc à persuader les clients qui lui sont restés fidèles de renouveler leur parc. Il n'est pas question, pour l'instant, de reprendre des parts de marché à la plate-forme PC, où le coût unitaire des machines est plus faible.

Chez les partenaires d'Apple, l'heure n'est pas au triomphalisme. Chez Adobe, le revenu des produits destinés à la plate-forme Mac a baissé de 36 % en un an, alors que celui relatif à la plate-forme PC augmentait de 18 % ; pour la première fois dans l'histoire de cette société, la seconde plate-forme rapportait plus que la première. Même son de cloche chez Macromedia, où les ventes pour la plate-forme PC atteignent 56 %. Ce qui semble montrer que, même dans son bastion le plus solide -- les arts et industries graphiques -- Apple a perdu quelques parts de marché.

Contrairement à son prédécesseur Amelio, qui annonçait clairement sa stratégie, Jobs ne révèle rien de ses intentions. On croit savoir que de nouveaux portables seront mis sur le marché le mois prochain, que le nouveau système d'exploitation (Rhapsody) sera en retard (sa publication était attendue pour le milieu de l'année), et qu'un produit grand public doit arriver cet automne (ou cet hiver ?). On a tellement peu d'information sur ce dernier produit qu'une partie de la presse croit qu'il s'agit d'un Mac à moins de 1.000 $, tandis que l'autre partie est persuadée qu'il s'agit d'un concurrent de la WebTV... Quel contraste avec le monde PC, où les produits sont souvent annoncés une année à l'avance !

Steve Jobs est toujours le patron par intérim, et la société Apple reconnaît que la recherche d'un nouveau PDG n'est pas sa préoccupation principale.

 
 
Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante
  Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base 
 
Copyright © CERIG/EFPG 1996-2002