Accueil Recherche | Plan Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base
NOUVELLE cerig.efpg.inpg.fr 
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Nouvelles > Drupa 2004 : les acteurs de l'impression numérique
Révision : 14 juin 2004
Drupa 2004 : les acteurs de l'impression numérique
 

 Nouvelle précédenteListe des nouvelles Nouvelle suivante
Rappelez vous à la Drupa 2000, on ne parlait que de cela : le numérique allait tout chambouler. Xerox avait, pour la première fois, un hall à lui tout seul, et, sortait en grandes pompes son IGen 3 ;  Xeikon et Indigo, les pionniers de l’impression numérique présentaient leurs solutions sur des "stands cathédrales"; Heidelberg annonçait l’arrivée de sa Nexpress. En fait que s’est il passé ensuite ?   Certains ont dit pas grand-chose …
En fait, l’offre s’est structurée, parfois douloureusement : Xerox après être  passé près du gouffre a confirmé sa présence, Heidelberg, lui  a du abandonner le secteur. Indigo est passé dans le groupe HP, Xeikon dans le groupe Punch. De nouveaux acteurs majeurs se mettent sur le marché comme  Kodak,  HP, Agfa,  pour ne citer que quelques uns des mouvements les plus importants..

Jacques de Rotalier
(14 Juin 2004)

Intérêt de l'impression numérique

En savoir plus...

Pourquoi cet intérêt, malgré les difficultés actuelles ? Parce que le numérique va trouver ses marques autour du marché de la courte série et de la personnalisation, facteurs qui aideront  à mieux gérer plus finement l’impression couleur  tant en qualité qu’en quantité… à un coût qui vient de franchir le plancher de 0,04 centimes d’Euros la page !
Certains experts pensent que le numérique qui ne représente actuellement que 4 % du marché de l’impression commerciale et industrielle, devrait passer à 14 %, d’ici 2010. La moitié de ce marché viendrait du jet d’encre, tandis que plus de 50 % des machines installées le seraient hors imprimerie ! Tout cela a de quoi chambouler le métier d’imprimeur..

Les acteurs de ce bouleversement

Il n’est plus très difficile de prévoir qui seront les acteurs majeurs de ces bouleversements, néanmoins une vingtaine d’exposants offraient à la DRUPA 2004 des solutions d’impression numérique couleur. On peut en faire une liste non exhaustive avec les machines que chacun propose à la vente.

1 - HP Indigo

L'espace du stand HP/Indigo à la Drupa ainsi que, le show mixant chanteurs, danseurs, acteurs, et, machines ne désemplissaient pas. On faisait la queue pour se faire photographier et obtenir des documents personnalisés avec sa propre photo ! Bref de l’animation, de la personnalisation : le numérique ouvre l’imagination de vos impressions !
Un premier espace était consacré au secteur étiquette autour des machines WS 200, 300, et, surtout 400 dont plus de 60 exemplaires auraient été vendus en 2003. Cette machine peut imprimer des matériaux très variés de 50 à 250 microns à une vitesse de 16 m/mn en quadri ou 32 m/mn en 2 couleurs. Si bien que cette machine est aussi bien adaptée pour l’emballage ou la carte plastique… L’autre espace consacré à l’impression commerciale accueillait l’une des vedettes de la Drupa, la HP Indigo Press 5000. Imprimant 4000 pages couleurs à l’heure, basée sur l’utilisation d’une nouvelle génération d’Electro-Ink permettant une meilleure adhésion et meilleure résistance à l’usure, elle peut imprimer jusqu’à 7 couleurs, et reproduire les couleurs pantone, comme ses sœurs aînées. Elle dispose de 3 bacs papiers donnant ainsi une bonne  souplesse d’approvisionnement. Bref HP, avec ses solutions bureau et ses solutions d’impressions commerciale et industrielle,  se pose comme l'un des "Global Players" avec lesquels il faudra désormais compter.

2 - Kodak Versamark

Le rachat de Scitex, puis de la solution Nexpress de la joint venture Heidelberg/Kodak faisait de cette entreprise l’une des nouvelles attractions du salon…
La série V 4000 permet une impression de 100 m ou 1400 pages/minute, en technologie jet d’encre (300x1200gouttes par pouce)dpi, tandis qu’une solution UV 4350 permet d’imprimer quasiment tous les matériaux.
La NEXPRESS 2100 était présentée en 2 endroits, sur le stand Heidelberg compte tenu d'une finalisation des accords avec Heidelberg peu de temps avant la DRUPA (début mai 2004) et sur le stand de son nouveau propriétaire Kodak. Cette machine s’améliore avec l’adjonction d’un 5ème groupe permettant l’impression de tons différents, grâce à Intellicolor, l’espace colorimétrique traité devient plus vaste que celui de l’offset ou l'impression d'un vernis, Intellicoat.
N’oublions pas également, la gamme Digimaster qui avec 4000 ventes reste une référence dans son domaine. Cette gamme profite d’améliorations logicielles notables..Enfin des accords de finition ont été passé avec des groupes comme Kern, CP Bourg, Hunkeler etc..

De plus Kodak a annoncé un accord de coopération commerciale et industrielle avec Canon, pour présenter une offre d’impression bureau, entreprise, commerciale complète.

3 - Xerox

Le leader Américain occupait cette année, la moitié du Hall 13, soit 3500 m2. Six zones bien spécialisées permettaient de cibler les visiteurs invités ou attendus sur l’espace : impression commerciale, impression de livres, service bureautique, impression minute, les services, la création. La vedette du salon pour Xerox, était la DocuColor IGen3 (100 ppm), dont une soixante d’exemplaires auraient été vendus en Europe : personnalisation et couleur restent les maîtres du mot des marchés de cette machine. Xerox espère placer une vingtaine de machines cette année ; l’effet DRUPA jouera t il son rôle ?
Pour compléter l’entrée de gamme, Xerox a lancé les Docutech 100 et 120 en noir et blanc, selon la technologie IGen, vitesse et qualité sont au rendez vous. En grand format l’intégration de l’ex XES, est devenu le segment grand format du groupe. Les Xerox 7600, 9600, 10 600, avec technologie microPiezo peuvent atteindre un productivité de 20 m2 à l’heure..

4 - Agfa-Dotrix

Autre symbole du basculement de l’impression vers le numérique, c'est le retour de AGFA. Cette société connaît bien le marché de l’impression depuis des lustres par le biais des plaques, des logiciels, de la chimie, des consommables et participa au développement de l'impression numérique avec la Chromapress (moteur Xeikon) au début de l'impression numérique couleur. Elle a décidé de prendre en compte de nouveau le numérique et,  consacre 20 % du budget recherche de sa division graphique, au jet d’encre. La Société Dotrix, nouvelle société du groupe Agfa y présentait une star de ce salon, à savoir,  la presse numérique couleur "the.factory" (the dot factory),  destinée au départ à l’impression industrielle (sécurité, décoration, emballage, étiquettes). Elle utilise une technologie originale d’impression jet d’encre UV. Elle peut imprimer jusqu’à 900 m2/heure, en laize 63, sur des supports aussi variés que le papier, tous types de films ou de plastiques. Une nouvelle unité de séchage UV et des améliorations logicielles notables de reproduction des pantones sont quelques unes des améliorations qu’a apporté l’appui d’ Agfa… Il y en aura d’autres, ce n’est pas être prophète que le supposer. La  société Varicolor a passé commande d’une machine durant cette Drupa, sa connaissance du marché de la couleur et de la personnalisation devrait être un point d’appui important.

5 - Oce

Cette Société était présente en 2 endroits, Print City et sur son propre espace de 1000 m2. Trois espaces dédiés attendaient les visiteurs : un pour l’édition, un autre pour le marketing, un troisième pour l’industrie et ses services commerciaux. En démonstration sur le stand, étaient présentées, principalement, les machines suivantes :

    La presse numérique couleur CPS 9000 capable d’atteindre un niveau de qualité proche de l’offset ; elle imprimait des couvertures de livres et de catalogues.
  Le système d’impression couleur en continu VarioStream 9000… Le VarioStream 7000 (1200 ppm) imprimait un dictionnaire. Le Variostream 5000, le plus rapide de sa famille.
   Les tables à plat multifonctions grand format ARIZONA T220 UV et, 60 UV Sign Printer, capables d’imprimer sur de multiples supports bandeaux, affiches, signalétiques...

6 - Canon

Canon avait organisé son espace en 3 parties :

    « Commercial Imaging and Graphic Arts » avec, en démonstration,  la CLC 5 100 et, la série grands formats W 8200, 7 200,
  « Intelligent Publishing » avec la nouvelle CLC 3220 (32 ppm) sortie pour l’occasion,
  «  Intelligent production printing » avec la CLC 4 000.
Enfin Canon a profité de la Drupa pour renforcer son partenariat avec KPG. Une coopération à suivre de près..

7 - Xeikon

L’un des inventeurs des presses numériques couleurs (10 ans déjà !) lançait sa XEIKON 5000. Concept d’origine : impression bobine 500 mm, impression recto /verso, mais modèle complètement repensé : meilleure alimentation papier, toner amélioré, densitomètre en ligne, possibilité d’un 5ème groupe. La vitesse varie selon les supports (de 40 à 350 g) de 70 à 130 ppm pour assurer jusqu’à 2 millions de pages par mois. A noter que s’imprimaient sur le stand des coffrets de CD sur le carton Ensogloss DBS 350 g de Stora Enso, destiné à remplacer les actuels coffrets plastiques des CD…

8 - Delphax

Cette société présentait sa nouvelle machine, la CR 2000 en 2 endroits : sur son stand pour des applications marketing et, sur le stand de Muller Martini pour des applications de livres à la demande. La CR 2000, par sa technologie propriétaire  EBI (Electro Beam Imaging), ou (Imagerie par faisceau électronique) est la technologie la plus rapide du marché. Elle est également  évolutive et les améliorations sont alors proposées systématiquement  aux clients. Les sourires entendus des vendeurs français laissaient supposer que cette machine a probablement trouvé place chez quelques clients stratégiques en France !

9 - Nipson

Le constructeur Français présentait ses VaryPress 400 et 200, en progrès constant dans la technologie MICR. Il exposait également les documents imprimés en Hollande chez Letter Shop sur un parc de 6 Nipsons 8000… Il s’agit du Journal Officiel des Communautés Européennes qui doit être édité tous les jours à 4 heures du matin, soit  16 000 cahiers de 48 pages : le plus petit tirage en 100 exemplaires pour la version Maltaise, le plus grand  en 2000 exemplaires pour la version Française. !. Le tout est imprimé en 20 langues.

10 - IBM, RISO, ...

IBM présentait quelques unes de ses solutions Infoprint, en constante amélioration qualitative et quantitative.
RISO présentait son RISO HC 5000, imprimante jet d’encre rapide (105 pages/mn) qui se présente comme la machine la meilleure marché sur son segment. La technologie ForceJet est sensée apporter fraîcheur et vivacité aux couleurs imprimées.

Conclusion

On voit donc bien à travers la multiplication  des propositions que nous venons brièvement d’analyser, que l'impression numérique est en train de passer de l’enfance à l’adolescence, signe que le marché devrait grandir rapidement désormais.
F. Romano, lors d’une conférence Xplor Allemagne tenue à la Drupa, a parlé des nombreuses convergences que vit le monde de l’impression.  Il est absolument certain que ces convergences se feront  autour du numérique, dans les logiciels de flux de travaux, de prépresse, d’impression, mais aussi de finition. Un métalangage, nommé JDF, a d’ailleurs été élaboré, à cette fin, par 220 entreprises de toute la chaîne graphique.
Un des aspects novateurs de cette Drupa était la mise en œuvre sur tous les stands d’impression numérique de solutions de «finition piloté» (Near Line). Des sociétés comme Duplo, CP Bourg, Horizon, entre autres se sont bien placées pour compléter la proposition numérique jusqu’à la livraison clé en main de documents imprimés, découpés, pliés, emballés.
Autrement ce fut une Drupa qui a évacuée le spectaculaire pour travailler les solutions complètes, cohérentes, convergentes, depuis la conception du document jusqu'à sa livraison.
Le document d’entreprise (noir ou couleur), le document commercial interne ou externe pourront être traités en différents lieux : cela repose le rôle à venir des reprographes, des imprimeurs de ville comme des imprimeurs commerciaux ou intégrés.
 

Jacques de Rotalier a passé 30 ans dans la commercialisation en Europe et aux USA, de la quasi-totalité des papiers Impression/Ecriture. Il intervient maintenant comme journaliste dans des revues spécialisées de la chaîne graphique, ainsi que comme consultant papier (perspectives stratégiques, achat, vente, ...). email : rotajac@noos.fr

 
 
Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante
   Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base   
 
Copyright © CERIG/EFPG 1996-2004
 
Mise en page : J. ROUIS