Accueil Recherche | Plan Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base
NOUVELLE cerig.efpg.inpg.fr 
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Nouvelles >  Forum de l'écrit
Révision : 20 Août 2004
Forum de l'écrit "Les jeunes aiment-ils l'écrit ?"
 

 Nouvelle précédenteListe des nouvelles Nouvelle suivante
Les 18 et 19 Juin 2004, le Comité de l’Ecrit, association qui regroupe une partie des professionnels du média imprimé (papetiers, fabricants d’encre, imprimeurs, éditeurs, presse), avec le soutien du Ministère de l’Education Nationale,  proposait d’échanger sur le thème : "Les jeunes aiment-ils l’écrit ? dans le cadre du Théatre du Rond Point (Paris), lieu qui rassemble, avec un succès grandissant, tous ceux qui aiment lire, écrire, "représenter", créer de nouveaux textes.

Jacques de Rotalier
(18 Août 2004)

Un public nombreux pour cette 4e édition

En savoir plus...

Plusieurs centaines de personnes, enseignants et professionnels de l’écrit ont échangé pendant 36 heures sur l'intérêt des jeunes pour l'écrit, et au fond le constat, même s’il n’occulte pas les difficultés présentes, n’est pas foncièrement pessimiste. L’écrit ne disparaît pas, il a réapparu sous de nouvelles formes, grâce à Internet : 88 % des jeunes pratiquent le texto, ou l’e-mail…
D’accord, ce n’est pas tout à fait la langue de Molière, mais c’est un acte d’écriture.

Le son et l'image avant la lecture ...

La lecture des jeunes est très influencée par l’image, et c’est normal puisque ils vivent d’abord face aux images de la télévision et des jeux vidéos. Mais ces images quand elles sont reprise en écriture, par des auteurs comme Bernard Werber dans "Les fourmis", amènent certains de ces jeunes à la lecture. Le développement de la BD ne s’explique pas autrement.
De même, savez vous que 65 % des 11/15 ans ont lu entièrement les 4 PREMIERS TOMES d’Harry Potter ! Ahurissant, non ? Et, ne venez pas dire que c’est dû au marketing des éditeurs. Le livre avait été refusé par tous les grands éditeurs britanniques !

Et la presse ?

Une autre expérience concerne des tranches d’âges moins jeunes avec un succès de lecture. Ce sont les quotidiens gratuits : 20', par exemple, tire à 675 000 exemplaires, pour une moyenne d’âge de 33 ans. Une bonne partie de ses lecteurs ne lisaient pas (ou peu) de journaux auparavant. Là, ils se mettent à lire régulièrement des journaux aux maquettes simples et claires, adaptées aux contraintes des déplacements en ville.

Le problème, c'est le Français !

L’une des difficultés majeures, pour nous Français, est notre langue : elle est restée trop figée, dans une forme classique : on parle toujours de la langue de Molière  et, l’on respecte encore le code orthographique du XVIIe siècle. Je n’ai rien contre Molière, bien au contraire, mais tout de même ! Allez donc voir un film superbe qui dit cette difficulté : " L’Esquive…" Vous y vivrez le choc de 2 langues, celle de Marivaux et, celle de nos banlieues, avec des jeunes qui finissent par s’approprier  Marivaux, poussés par l’amour, et leur convaincant professeur.
Il paraît que les Finlandais n’ont pas ces problèmes de lecture, leur langue étant beaucoup plus phonétique que la nôtre…

Bonne santé des éditeurs pour les jeunes

Il y a donc des difficultés à lire, mais pas de fatalité. La meilleur preuve en est la vitalité de nos éditions pour la jeunesse : Bayard Presse, pionnier en la matière, va bien merci. Acte Sud Junior représente, seulement  9 ans après son démarrage, 25 % du chiffre d’affaires de la maison ! La difficulté pour les enseignants, les parents, les éducateurs  est de trouver le déclic qui provoquera le désir de lire chez chacun des jeunes, et, c’est probablement le plus délicat, car il n’y a pas de règle générale.  Néanmoins, il a été remarqué à plusieurs reprises que les ateliers d’écriture pouvaient être un de ces lieux déclencheurs.

Merci à ce colloque ...

Bien entendu, il s’est dit beaucoup d’autres choses importantes sur les vertus de l’écrit, difficile école de patience, de déchiffrement dans un monde du virtuel, également sur l’écrit souffle de vie, mouvement vers la vie… Tout cela est sûrement plus difficile à transmettre aujourd’hui qu’hier, mais cela reste possible si on s’accroche, si on innove.
Félicitations donc aux organisateurs, associations professionnelles de la chaîne graphique, d’avoir la patience et le courage de rappeler, lors de ce colloque bi annuel, combien l’écriture et la lecture font partie des trésors de la vie humaine.

Et à d'autres manifestations ...

Bravo aussi aux initiatives qui permettent de se regrouper pour mieux s’aider à bien comprendre et à développer intelligemment certains des marchés graphiques : j’ai nommé les associations Papier Plus (pour les papiers spéciaux) et Paper Mail (pour l’enveloppe), associations  nouvellement créées. D’autres initiatives sont en germe, je vous en reparlerai à la rentrée.
Enfin, coup de chapeau à Larousse, pour les 100 ans du Petit Larousse  : le couturier Christian Lacroix y a signé la couverture et les cinquante lettrines de la nouvelle édition. Le lancement a eu lieu à la Grande Galerie de l’Evolution du Jardin des Plantes : tout un symbole pour le secteur graphique, lui-même, en pleine révolution !

 

Jacques de Rotalier a passé 30 ans dans la commercialisation en Europe et aux USA, de la quasi-totalité des papiers Impression/Ecriture. Il intervient maintenant comme journaliste dans des revues spécialisées de la chaîne graphique, ainsi que comme consultant papier (perspectives stratégiques, achat, vente, ...).
e-mail : rotajac@noos.fr

 
 
Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante
   Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base   
 
Copyright © CERIG/EFPG 1996-2004
 
Mise en page : J. ROUIS