Accueil Recherche | Plan Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base
NOUVELLE cerig.efpg.inpg.fr 
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Nouvelles > Un bilan du secteur industriel Graphique
Révision : 06 Mai 2004
Un bilan des secteurs industriels Papetier et Graphique
 

 Nouvelle précédenteListe des nouvelles Nouvelle suivante
Ma précédente nouvelle posait la question du rythme de la conjoncture économique : petite brise ou bon vent ?  La réponse dépend, bien entendu, du secteur géographique concerné : en Asie, c’est un fort vent économique qui souffle ; aux USA, c’est plutôt un bon vent ; quant à l’Europe de l’Ouest, la petite brise ressemble parfois au calme plat. Le secteur graphique essaie de s’adapter à ces nouvelles circonstances. Les investissements accompagnent le développement Asiatique et, se font beaucoup plus rares ailleurs quant ils ne sont pas carrément annulés, comme vient de le faire par exemple la SOCPRESS en annulant une commande de 3 rotatives. L’Europe de l’Ouest peine à sortir de sa plus longue crise économique de l’après guerre, mais on ne peut pas dire que les choses restent figées… Jetons un coup d’œil sur quelques évènements plus ou moins surprenants des 12/18 derniers mois…

Jacques de Rotalier
(06 Mai 2004)

Les vraies surprises !

En savoir plus...

Qui aurait prévu, il y a seulement un an que le premier distributeur papetier mondial serait … Australien ? C’est ce qu’a réalisé  PaperlinX, groupe indépendant coté à la Bourse de Sydney en rachetant le groupe de distributeur Papetier Buhrmann. Avec 4 Millions de tonnes de papier vendues dans 29 pays, 65% en Europe, 21% en Australie et Nouvelle Zélande, 12 % aux USA, cette société est devenue un réel "global player" de la mondialisation papetière. Sa filiale française s'appelle désormais Axelium…
Qui aurait prévu que Kodak en perdition sur le marché de la photo analogique prendrait le virage spectaculaire de l’impression numérique en rachetant 2 acteurs importants de ce marché : Scitex et Heidelberg numérique ? Le moment choisi n’est pas mauvais (certains plâtres ont été essuyés), le marché se développe inexorablement, même si son rythme de croissance n’est pas celui qui avait été anticipé…
Qui aurait prévu la création du nouveau groupe de distribution GOD (Guilbert et Office Dépot), symbole du dynamisme du marché des produits du bureau ?

Les surprises attendues !

Hewlet Packard après avoir fusionné avec Compacq, met en place avec Indigo une gamme professionnelle qui lui permet de couvrir quasiment tous les besoins, d’impression du grand public jusqu’aux imprimeurs professionnels.
Portucel/Soporcel
a bien été privatisée et, reste entre des mains portugaises, alors que les prétendants étrangers étaient nombreux à solliciter une place autour de la table.
Editis
a été obligé de composer avec la commission de Bruxelles pour créer ce qui reste, néanmoins, l’un des très grands groupes d’édition mondiaux.
Prisma Presse
a lancé avec succès le "quinzomadaire" en France, bien après l’Allemagne.
Le groupe Bertelsman, dont fait partie Prisma, regroupe ses imprimeries Héliogravure (Arvato, Grüner + Jahr, Axel Springer) pour en faire le premier groupe d'héliogravure en Europe.

Les surprises déceptions !

Les difficultés du marché subis par Heidelberg ont poussé son actionnaire principal RWE à exiger de cette société leader des industries graphiques à se céder 2 de ses activités : le numérique et les rotatives, faute de trouver un nouvel acquéreur...
La disparition complète d’un distributeur de papier britannique, Papyrus, filiale du groupe Stora Enso  fait partie de ces surprises. Un autre distributeur en Allemagne, Classen, a quasiment disparu. Il a représentait jusqu’à 12 à 15% de son  marché. Dernièrement, l’un des derniers groupes papetiers français Matussière et Forest a déposé son bilan. Il espère retrouver un repreneur...

Conclusion

En Europe de l’Ouest, le secteur graphique reste le secteur le plus important des médias, mais il est soumis aux mêmes contraintes de réactivité, de gestion, que tous les autres secteur ! Le petit inventaire (non exhaustif) ci-dessus montre que la crise actuelle ne l’empêche pas de voir arriver de nouveaux intervenants : souhaitons leur bonne chance à eux, comme à ceux qui rament dans le métier depuis longtemps…
 

Jacques de Rotalier a passé 30 ans dans la commercialisation en Europe et aux USA, de la quasi-totalité des papiers Impression/Ecriture. Il intervient maintenant comme journaliste dans des revues spécialisées de la chaîne graphique, ainsi que comme consultant papier (perspectives stratégiques, achat, vente, ...). email : rotajac@noos.fr

 
 
Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante
   Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base   
 
Copyright © CERIG/EFPG 1996-2004
 
Mise en page : J. ROUIS