Accueil Recherche | Plan Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base
NOUVELLE cerig.efpg.inpg.fr 
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Nouvelles > Ecran ou imprimé ?
Révision : 2 avril 2008
Ecran et imprimé ?
 
Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante

 Écran ou À cran ?
Je ne pensais pas lorsque j’ai écrit ma dernière lettre, fin décembre, sur les risques que l’addiction à l’écran nous faisait courir, être aussi vite rattrapé par l’actualité !
Un trader qui ne prend pas de vacances : 4,9 Milliards de perte pour sa banque ! Des SMS ou des vidéos qui se diffusent bien au-delà de ce que le respect de l’intimité de la personne concernée tolérait jusqu’à aujourd’hui ! N’y a-t-il pas là des pertes de valeurs (monétaires et morales) dangereuses ?
Certains patrons des nouveaux groupes multimédias semblent trouver l’imprimé bien cher, peut-être ! Mais avons-nous su leur expliquer la vraie valeur de l’imprimé, celle d'être le meilleur moyen de fixer l’information et de représenter le meilleur vecteur pour la réflexion ? Probablement pas ….

Jacques de Rotalier
(2 Avril 2008)

MÉDIA ou HORS MÉDIA

   
En savoir plus ...

Les définitions officielles du marché publicitaire sont étonnantes : certains ont droit au titre de Média - Grands Médias, même - j’ai nommé la TV, Presse, Radio, Cinéma, une partie d’ Internet.
Le "reste" est considéré comme du "hors média".
Cette géographie du marché publicitaire devient de plus en plus obsolète. Ne serait-ce que parce que, de plus en plus, les grandes campagnes publicitaires sont "multimédias". Chaque média intervient à sa place et peut jouer de ses atouts. C'est le cas des campagnes publicitaires qui ont été construites dès l’origine comme des campagnes multi-vecteurs.
Dans ce nouveau paysage multimédia, je crois beaucoup à l’avenir du marketing direct imprimé, en appui à d'autres médias. Un bon ciblage du message et du récepteur est aujourd'hui tout à fait possible. On réduit ainsi le gaspillage et le rapport coût/efficacité améliore sérieusement la qualité de l’ensemble de la campagne "multi-canal". Des études à paraître devraient le vérifier prochainement et je ne manquerai pas de vous en faire part.

GASPILLER ou MAITRISER ?

Les efforts réalisés visant à une meilleure gestion du flux de documents, une impression recto/verso plus systématique, un adressage personnalisé de publicités mieux argumentées, une réelle limitation de la publicité non adressée, ainsi que le recours à la diffusion d'information via Internet pour les campagnes de publicité ont déjà un impact sur la consommation papetière en Europe de l’Ouest et aux USA.
En effet, la consommation de papier journal et de papier de bureau enregistre une légère régression. Et les papetiers doivent s’adapter à un nouvel environnement économique et social.
Savez-vous, par exemple que depuis 2 ou 3 ans, les réductions de capacités pour les différentes sortes de papiers graphiques s'élèvent à environ 4 millions de tonnes en Europe, soit l’équivalent de 90 % de la consommation française de papiers graphiques !!!
Par ailleurs, un effort supplémentaire est à nouveau demandé aux papetiers pour développer plus encore le recyclage des papiers graphiques, avec l’introduction de la contribution EcoFolio. Cette nouvelle taxe va contribuer à surenchérir le prix de l’imprimé pour la bonne cause. Cependant il convient de rappeler que les matériaux papier et carton sont recyclés à 60 % et contribuent ainsi largement à l’économie circulaire que le Grenelle de l’Environnement a fini par mettre à son programme.
On aimerait également que la filière électronique se mette, elle aussi, sérieusement à contribuer à l’économie de l’avenir, en économisant l’énergie et en structurant des filières de recyclage.

Certains s’inquiètent du développement de la consommation de papier et de carton en Chine. Si ce pays devait atteindre la consommation française de de papier et carton par personne et par an soit 180 kg alors qu’ils en sont à 35 kg, la planète exploserait !
Pas de Panique ! D'une part, personne ne songe à ce qu’ils passent forcément par les mêmes étapes que nous. Il est probable qu'ils utilisent directement des supports mixant le matériel (papier) et l’immatériel (e-paper).
De ce fait, leur prévision de consommation de papier, pour 2020, est estimée à 75 kg par personne et par an !
D'autre part, savez-vous ce que représente ce supplément de consommation en surface de forêts cultivées (Eucalyptus ou Acacia) brésiliennes : moins de 0,2 % du territoire brésilien, en prenant en compte que 50 % (au moins) de la source proviendra aussi du recyclage.
Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas soigner chaque m2 d’une planète qui nous est précieuse, mais un peu de hiérarchie dans l’évocation des problèmes ne fait jamais de mal.

CONCLUSION 

Il y a une expression Anglo Saxonne que j’aime beaucoup : "Paper speaks to us patiently".
De plus en plus de gens (dont je suis) plaident pour une croissance sobre, cette expression me parait bien adaptée et pleine d’avenir !
Qu’en pensez-vous ?

 

Jacques de Rotalier a passé 30 ans dans la commercialisation en Europe et aux USA, de la quasi-totalité des papiers Impression/Ecriture. Il intervient maintenant comme journaliste dans des revues spécialisées de la chaîne graphique, ainsi que comme consultant papier (perspectives stratégiques, achat, vente, ...).
e-mail : rotajac@noos.fr

 
Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante
Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante
   Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base   
 
Copyright © Cerig/Grenoble INP-Pagora
 
Mise en page : J.Rouis