Accueil Recherche | Plan Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base
NOUVELLE cerig.efpg.inpg.fr 
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Nouvelles > Le papier détrui-il l'environnement ?
Révision : 12 mai 2008
Le papier détruit-il l'environnement ?
 
Nouvelle précédente Liste des nouvelles

En marge de la commission papier d’Xplor, Jean Louis de la Salle, président Xplor et Jacques de Rotalier, vice-président Xplor, ont contribué à l’animation d'une table ronde et d'ateliers sur le papier, l'impression et le recyclage chez Lexmark France dans ses locaux de Suresnes, le 22 avril 2008, à l'occasion de la "Journée de la Terre".
Le thème choisi pour cette journée était volontairement provocateur. "Le papier détruit-il l’environnement ? Des idées reçues aux bonnes actions ?"
Une cinquantaine de clients, gros utilisateurs de papiers de bureau imprimés, avaient répondu présents à l’invitation de Lexmark, pour s’interroger sur l’impact du gaspillage de papier sur l’environnement et améliorer ses usages.

 Jacques de Rotalier (12 mai 2008)

Une table ronde pour poser les débats

   
En savoir plus...

Etaient présents à la table ronde : Ipsos, l’Ademe, la Copacel, la SNCF, la Mairie de Suresnes et Lexmark.
Le film sur « Le Papier » réalisé dans le cadre de l’émission de FR3, "C’est pas Sorcier", fut projeté en guise d'introduction de cette séance. Et comme attendu, les débats, qui ont suivi, furent animés et cordiaux.

Tout d'abord, il fut noté que le papier subit actuellement une très forte pression médiatique alors que c’est un produit industriel très complexe qui a, certes, un impact environnemental important mais cet impact est propre à toute production industrielle en général. La Copacel parle de Punching-ball et dénonce comment le papier est aujourd'hui pris comme le bouc émissaire de bien des maux.

Il fut noté parallèlement que l’industrie papetière européenne est rentrée, depuis plus de 30 ans maintenant, dans un cercle d’amélioration remarquable de ses effets environnementaux, avec une intention affichée de continuer dans cette voie.

Enfin, c’est une industrie où le recyclage est particulièrement important et remarquable. Il atteint, actuellement, un taux de 60 % et sera, demain, de 70 %, ce qui en fait le plus haut niveau de recyclage parmi tous les produits industriels.

Il fut, également, noté par Ipsos que la prise de conscience de l’impact environnemental va crescendo chez les salariés européens.
Toutefois, le suivi par les actes est laborieux car il nécessite des politiques d’entreprise complètes avec une implication du sommet à la base.

En dernier lieu, les débats entre utilisateurs et acteurs de l’impression ont montré qu’il y avait encore de gros efforts à faire pour expliquer les labels et les certifications.

Mais c’était bien là le but de cette journée : Faire le point sur les impacts réels (sans culpabilisation) et les efforts, encore importants, à faire pour les réduire.

Des ateliers pour expliquer

Trois ateliers thématiques ont permis de démontrer par l'exemple le travail et les efforts de toute la filière papier.

Atelier Recyclage. Lexmark a montré la filière qu’elle a créée pour collecter et recycler ses cartouches, tandis que les partenaires présents spécialistes du recyclage ont expliqué les enjeux économiques, sociaux et environnementaux d’une activité devenue essentielle dans ce qu’on appelle désormais l’économie circulaire.

Atelier Impression. Lexmark a présenté en détail sa stratégie de conseil et d’accompagnement sur la bonne gestion de l’acte d’impression et de réduction du gaspillage.
 

Atelier Papier : 6 Papetiers Européens représentant 85 % du marché du papier de bureau en Europe étaient présents ou représentés. Ils ont expliqué comment chacun à sa manière, selon son origine géographique, l’histoire de ses usines, prend à bras le corps l’impact environnemental de ses activités.

À cette occasion, les organisations papetières ont présenté un document appelé "Paper Profile". Ce document, dont la présentation est standardisée est un outil d’analyse de l’impact environnemental de ces industries. Il devrait permettre d’entamer le dialogue entre les papetiers et leurs clients sur leurs politiques de Développement Durable.

Conclusion

Ce fut une journée riche en informations et échanges, qui s'est déroulé dans le cadre agréable des bureaux de Lexmark. Placée sous le signe de la convivialité autour d’un buffet bio, elle a permis de financer des journées d’insertion de personnes défavorisées.
Il faut noter qu’en parallèle, à cette journée, Lexmark organisait également, à Bruxelles, une Journée de la Terre dont les thèmes devaient compléter en partie ceux de Paris. À suivre ...

 

Jacques de Rotalier a passé 30 ans dans la commercialisation en Europe et aux USA, de la quasi-totalité des papiers Impression/Ecriture. Il intervient maintenant comme journaliste dans des revues spécialisées de la chaîne graphique, ainsi que comme consultant papier (perspectives stratégiques, achat, vente, ...).
e-mail : rotajac@noos.fr


 

 
Nouvelle précédente Liste des nouvelles
Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante
   Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base   
 
Copyright © Cerig/Grenoble INP-Pagora
 
Mise en page : J. Rouis