Accueil Recherche | Plan Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base
NOUVELLE Cerig 
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Nouvelles > Une (bien) longue crise
Révision : 15 janvier 2013
Une (bien) longue crise
 
Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante

Nous entrons dans notre cinquième année de crise, ce qui en fait la plus longue crise de l’après-guerre. Néanmoins, certaines actualités du monde papetier et du monde de la presse donnent des raisons d'espérer.

 

Jacques de Rotalier (Décembre 2012-Janvier 2013)

 

Des nouvelles encourageantes sur le front papetier

   
Partagez sur Facebook

Rejoignez-nous

En savoir plus...
  Jacques de Rotalier
Jacques de Rotalier
     

D’abord une (relativement) bonne nouvelle : le redémarrage de l’usine d’Alizay. Cette dernière a deux atouts – un matériel moderne et un positionnement géographique excellent – mais elle n’a jamais atteint le niveau de performance attendu. Du coup, M-Real qui a décidé de se retirer des papiers graphiques, marché en décroissance, a cherché un repreneur en Europe. En vain…

Poussés (dans la plus grande discrétion !) par les pouvoirs publics locaux, départementaux et régionaux, Double A, un papetier asiatique, et Neonen, un énergéticien français (filiale du groupe Direct Energie), vont unir leurs efforts pour redémarrer l’usine mi-2013. On leur souhaite bonne chance car le défi ne sera pas facile. Toutefois, au-delà du volet économique, c’est une aventure humaine qui se joue et elle devrait valoir la peine d’être vécue. À noter que c’est la deuxième fois ces dernières années que des Asiatiques investissent de manière importante en France dans la filière bois, pâte et papier.

Ensuite, une (presque) bonne nouvelle. On vous a parlé dans cette lettre du site alsacien de Stracel, d’une part en voie de reconversion de sa production – du papier journal vers le papier d’emballage – et, d'autre part, en voie de création d’une bioraffinerie de deuxième génération. Bruxelles vient d’allouer à ce projet une aide de 170 millions d'euros (sur un investissement total évalué à 411 millions d'euros) pour produire 105 000 tonnes de biocarburants, à partir d’un million de tonnes de résidus de bois. Un millier d’emplois dans la filière bois sont concernés. Bien entendu, la décision finale sera prise en Finlande, au Conseil d’Administration d’UPM, mais la région strasbourgeoise respire un peu mieux.

Tout ceci veut dire au moins une chose : les atouts de la filière française bois et papier intéressent encore les investisseurs.

La presse au futur

L’infatigable Patrick Thuot a encore réussi un nouveau pari : rassembler, fin novembre 2012, toutes les branches de l’arbre Presse lors du 6e colloque annuel La Presse au futur. Le(s) monde(s) de la presse a fait le point sur ses lourdeurs (distribution, résistance au changement), les défis à relever (numérique, Internet) et les prédateurs possibles (Google) en présence d’un certain nombre d’acteurs publics toujours très concernés.

Les Trophées de l’Innovation Presse ont encore une fois montré que ce secteur sait et peut innover avec et grâce aux nouvelles technologies. Un autre média est même venu rendre hommage au média presse : tout le gratin de l’état-major de Radio France, Jean-Luc Hees en tête, est venu recevoir les deux prix remis au nouveau magazine France Culture Papiers. Nous vous avons parlé dans notre précédente lettre de ce magazine (bookzine !) qui a parfaitement trouvé sa place et sa rentabilité dans la stratégie d’exigence et de qualité de contenus mise en œuvre depuis toujours par France Culture.

La presse est en première ligne dans les changements que vit le support papier. Il paraît de plus en plus évident, là comme en d’autres secteurs de la filière graphique, que l’avenir du papier sera celui d’un média qui portera la qualité à son plus haut niveau : qualité des contenus, de la matière, variété des objets de lecture proposés. Pour paraphraser des slogans qui circulent, on pourrait dire : Internet c’est l’affluence, le Papier c’est l’influence !

Conclusion

Comme cadeau de fin d’année, je vous propose deux réflexions de l'écrivain et poète Christian Bobin :

"J'aime le bruit sec de la page qu'on tourne, j'aime le froissement du journal. Dans la fluidité de l’électronique, on ne meurt plus jamais. Mais on ne vit plus non plus".

Et plus près de nos préoccupations :

"L’auteur prend un morceau de vie et en fait un livre. Le lecteur prend un livre et en fait un morceau de vie. C'est un travail de résurrection".

Bonne année et bon courage à tous.

Contact

Jacques de Rotalier a passé 30 ans dans la commercialisation, en Europe et aux USA, de la quasi-totalité des papiers impression-écriture. Il intervient maintenant comme journaliste dans des revues spécialisées de la chaîne graphique et comme consultant papier (perspectives stratégiques, achat, vente,...).

 
Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante
Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante
   Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base   
 
Copyright © Cerig/Grenoble INP-Pagora
 
Mise en page : A. Pandolfi