Accueil Recherche | Plan Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base
NOUVELLE Cerig 
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Nouvelles > Janvier 2015, l'émotion et la raison
Révision : 4 février 2015
Janvier 2015, l'émotion et la raison
 
Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante

Nous venons de vivre un mois de janvier particulièrement éprouvant. Les crimes perpétrés sur notre sol par trois individus perdus et, au Nigéria, par Boko Haram dépassent l’entendement.
On peut sans doute essayer d’en tirer quelques leçons pour la filière de l’imprimé qui nous rassemble…

Jacques de Rotalier (Février 2015)

 

   
Partagez sur Facebook

Rejoignez-nous

En savoir plus...
  Jacques de Rotalier
Jacques de Rotalier
     

D’abord les hommes de la filière : un journal satirique rassemble des caricaturistes fous de dessins qui, en quelques coups de crayon sur le papier, en disent parfois plus que bien des discours. Ce métier de caricaturiste est vraiment né avec la filière graphique qui a en a permis l’impression et la diffusion à grande échelle. C’est une liberté précieuse qu’ils ont donc conquis pour nous tous.

Mais depuis le début, on leur pose la question : peut-on rire de tout, de tout le monde, partout, n’importe comment et à tout prix ? Quand la réponse est systématiquement et obstinément positive, on peut aboutir à des tragédies…

Deux autres hommes de la filière se sont aussi illustrés lors de ces trois jours : avec un sang-froid superbe, un imprimeur et son salarié ont su gérer leurs relations avec les tueurs et les forces de l’ordre. Ils n’en ont pas rajouté, estimant avoir fait ce qu’il fallait faire, point barre. Bravo à eux…
Cependant leur entreprise n’a pas encore redémarré, suite aux dégâts causés lors de l’attaque : il faut que la solidarité nationale et professionnelle continue à s’exercer pour qu’ils puissent se relancer très vite.

Sur le plan des symboles : j’ai été particulièrement sensible au fait que ce sont des feuilles de papier imprimées qui ont été levées par millions pour la liberté d’expression, lors des marches républicaines. Début novembre, le 4e colloque de Culture Papier avait justement pour thème Le papier en toute liberté. Prémonitoire ?

Nous avons tous été, à plusieurs moments, submergés par l’émotion, scotchés à nos écrans multiples, hypnotisés par eux… L’émotion positive comme négative est un réflexe normal partagé par bien des êtres vivants, humains ou non. Simplement, les psychologues spécialistes du cerveau commencent à mieux en connaître les mécanismes et nous mettent sérieusement en garde contre le débordement des émotions qui peut nous amener à des réactions individuelles et collectives totalement irrationnelles, comme on le constate de plus en plus souvent, depuis quelque temps.

L'une des bonnes réponses à cet envahissement est de prendre du recul et l’un des outils importants pour cela reste la lecture sur papier... Ce n’est pas un hasard si, après ces évènements tragiques, beaucoup d’entre nous ont ressenti le besoin d’acheter des journaux, magazines et livres qui tous ont vu leur ventes sérieusement augmenter. Mon vendeur de journaux (magasin modeste) a non seulement vendu 700 Charlie Hebdo au lieu des 5 habituels, mais il a vu venir ou revenir des clients qu’il ne voyait plus guère. Même constat pour la Médiatèque voisine. Les libraires ont aussi vu leur fréquentation augmenter. On souhaite comprendre ce qui s’est passé, échanger avec des professionnels, demander conseil au libraire, au kiosquier, au bibliothécaire...

C’est un peu le retour de la réflexion et de la raison, grâce à ce qu’on appelle la lecture profonde. C’est ainsi que 10 000 exemplaires du Traité sur la tolérance de Voltaire, édité en 1763, ont été réimprimés ! Souhaitons que tout cela ne soit pas qu’un feu de paille mais au moins on aura vu que le feu de la raison couve encore sous la cendre de l’émotion !

Tout ceci devrait nous réconforter un peu : la filière graphique est encore bien vivante.

PJ : à la suite de la publication de son rapport, le député Serge Bardy a mis en place une équipe pour piloter sa mise en œuvre. C’est une ultime chance pour les filières cellulose et graphique de se rendre visibles et de sortir gagnantes des changements en cours.

On en reparlera.

Contact

Jacques de Rotalier a passé 30 ans dans la commercialisation, en Europe et aux USA, de la quasi-totalité des papiers impression-écriture. Il intervient maintenant comme journaliste dans des revues spécialisées de la chaîne graphique et comme consultant papier (perspectives stratégiques, achat, vente,...).

 
Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante
Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante
   Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base   
 
Copyright © Cerig/Grenoble INP-Pagora
 
Mise en page : A. Pandolfi