Accueil Recherche | Plan Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base
NOUVELLE Cerig 
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Nouvelles > Francfort ++
Révision : 17 octobre 2017
 
Francfort ++
 
Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante

Il y a une dizaine d’années, de bons esprits annonçaient la mort de la Foire du livre de Francfort, au nom de la modernité.
Erreur, erreur ! Cet évènement international de l'édition se porte comme un charme.

 

Jacques de Rotalier (Octobre 2017)

 

   
Partagez sur Facebook

Rejoignez-nous

En savoir plus...
  Jacques de Rotalier
Jacques de Rotalier
     

Foire du livre de Francfort (11-15 octobre 2017)

Cette année, la 69e édition de la Foire du livre de Francfort a rassemblé 286 425 visiteurs, 7 300 exposants de 102 pays, plus de 500 agents littéraires, 10 000 journalistes et 2 400 blogueurs ! La France y était l'invitée d’honneur, avec l’intention d’en profiter d’autant que sur le sujet de l’édition, nous n’avons pas de complexe face à nos voisins et amis allemands.

Chaque année, plus de 300 ouvrages français sont traduits en allemand et nos cousins envient la vitalité –certains disent le culot – de nos écrivains. La variété de leurs talents tient un peu de la biodiversité réclamée à la nature !

La France a un atout dans sa manche : la francophonie. Le français est parlé par 275 millions de locuteurs, bientôt 500 millions. Cela en fait la deuxième langue traduite entre éditeurs, après l’anglais, bien sûr. Cet hinterland est un formidable atout pour le métier !

 
Francfort en français 2017 from Institut français on Vimeo.
     

René Goscinny : le temps des hommages

À Paris, deux expositions dévoilent des aspects peu connus d’un dessinateur-auteur-scénariste majeur dans l’histoire de la presse illustrée : René Goscinny. Au-delà du rire au Musée d'art et d'histoire du judaïsme (27 septembre 2017 - 4 mars 2018), et Goscinny et le cinéma à la Cinémathèque (4 octobre 2017 - 4 mars 2018).

 
Arte 2017 - René Goscinny, notre oncle d'Armorique
     

Goscinny est si présent dans l'imaginaire français que l’on en méconnaît la portée internationale. Or, ses différents ouvrages se sont vendus à plus de 500 millions d’exemplaires dans plus de 150 pays ! 320 millions pour Astérix, 200 millions pour Lucky Luke et 15 millions pour le Petit Nicolas. Une centaine de versions cinématographiques ont été produites. Au-delà de ces chiffres impressionnants, ces expositions permettent de mieux comprendre comment est né et a grandi le phénomène Goscinny. Mais aussi, en quoi il est le symbole d'une époque.

D’abord les origines. C’est un descendant d’immigrés juifs ukrainiens et polonais, un enfant voyageur : dans les années 30, son père est nommé dans une institution philanthropique juive à Buenos Aires, très active sur le plan culturel. Le jeune René dessine et écrit. Il adore le cinéma, les auteurs classiques français et découvre les récits des Indiens Patagons. La Seconde Guerre mondiale, vécue depuis l’Argentine, décime une partie de sa famille restée en France.

Après-guerre, il vit quelques années à New York où il entame une carrière de dessinateur dans le cinéma d’animation et l'illustration d’ouvrages pour enfants. Rentré en France en 1951, il travaille un peu pour Spirou et Tintin, et devient directeur artistique de TV Family qu’il aurait voulu lancer aux États-Unis. 1951-1959 sont les années d’épanouissement de son talent de scénariste avec de grands dessinateurs : Uderzo (Astérix), Morris (Lucky Luke), Sempé (le Petit Nicolas) et Tabary (Iznogoud). Vient ensuite la période 1959-1974 avec la création de Pilote, un hebdomadaire pour les jeunes qui allie sujets d’actualité et bande dessinée. Une nouvelle génération d’auteurs – Greg, Cabu, Gotlib, Bretécher, Reiser, etc. – s’y investit puis certains quittent Pilote pour créer L’Écho des Savanes, Métal Hurlant, Fluide Glacial...

Quels sont les ressorts d’une telle créativité dont l’humour est le liant ? Pour nous qui nous intéressons à l’impression, il y a un paramètre fort : Goscinny adorait passer du temps dans l’imprimerie familiale. En 1912, son grand-père Abraham fonde l’imprimerie Beresniak dont le catalogue est d’une grande richesse : publications philosophiques, littéraires et politiques, en yiddish, hébreu, français, russe et polonais (cinq langues, trois alphabets !). La première impression de L’Archipel du Goulag d'Alexandre Soljenitsyne en version russe a d'ailleurs été réalisée chez Beresniak. L’imprimerie ferme ses portes en 1975 sous la double pression de l’offset et des ouvriers du livre.

L'autre ressort de son humour pourrait être le décalage entre ce qui s’imprime et ce qui se vit dans le pays que ses ancêtres ont choisi. Astérix et ses compagnons ont bien les qualités et les défauts que l’on prête aux Français : bavards, querelleurs et buveurs certes mais au final courageux et fidèles à leur tribu ! Le regard porté sur l’Amérique est un peu plus critique mais le cowboy reste toujours solitaire et prêt à de nouvelles aventures. Les grands espaces américains s’y prêtent bien. Quant au regard porté sur l’enfance, il est d’une grande malice et d’une infinie tendresse.

Goscinny a fait passer la bande dessinée de l’âge de l’enfance à celle d’un art à part entière, le 9e art. Dans le livre René Goscinny raconte les secrets d'Astérix, il déclare : "[ ] j'ai brisé les carcans qui emprisonnaient la bande dessinée chez nous. J’ai permis à de jeunes auteurs, aujourd'hui des vedettes, d’exprimer leur talent comme ils l’entendaient. J’ai détruit les tabous, permis à de nouveaux styles d’atteindre le public, créé des modes, libéré ce métier, en somme, et tout cela en prenant des risques. Des vrais."

Un véritable chef d’orchestre révolutionnaire qui a ouvert la voie à ce qu’on appelle aujourd’hui le roman graphique, devenu l’un des accès privilégiés à la lecture pour les jeunes générations car textes et images les interpellent ensemble ! Comme sait aussi le faire Jacques Ferrandez en reprenant magnifiquement Le Premier Homme, le roman autobiographique inachevé d'Albert Camus.

Bonnes (re)lectures à tous.

Contact

Jacques de Rotalier a passé 30 ans dans la commercialisation, en Europe et aux États-Unis, de la quasi-totalité des papiers impression-écriture. Il intervient maintenant comme journaliste dans des revues spécialisées de la chaîne graphique et comme consultant papier (perspectives stratégiques, achat, vente,...).

 
Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante
Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante
   Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base   
 
Copyright © Cerig/Grenoble INP-Pagora
 
Mise en page : A. Pandolfi