Accueil Recherche | Plan Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base
NOUVELLE Cerig 
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Nouvelles > Clic de fin
Révision : 27 juin 2018
 
Clic de fin
 
Nouvelle précédente Liste des nouvelles

Déjà plus de quinze ans que vous recevez – et parfois lisez ! – cette lettre d’information, chronique de la vie de la filière graphique. Et en quinze années, que de changements ! Développement fulgurant d'Internet, des smartphones, des réseaux sociaux...

L'ambition de cette lettre ? Vous donner un éclairage, le plus positif possible, quant à l’évolution du support papier dans un monde graphique en pleine révolution numérique. Vos échos m’ont encouragé à garder le cap. De plus, sa reprise sur le site de veille de Grenoble INP-Pagora (le Cerig) a contribué à en élargir la diffusion. En effet, quel paradoxe : jamais cette lettre sur la filière du document imprimé n’aurait pu se déployer sans le Web, ce canal d'information si efficace...

Jacques de Rotalier (Juin 2018)

   
Partagez sur Facebook

Rejoignez-nous

En savoir plus...
  Jacques de Rotalier
Jacques de Rotalier
     

Petit coup d'œil dans le rétro

Pour analyser l'évolution d’un secteur d'activité, l'expérience professionnelle s'avère fort utile et j’ai eu la chance d’avoir un parcours suffisamment large pour porter un regard pointu sur les changements intervenus ces dernières décennies.

Seize années dans la pépite Arjomari-Prioux m’ont donné l’occasion de sillonner l’Europe papetière, avec quelques intermèdes américains. Puis, un passage chez Aussedat-Rey m’a permis de voir comment une entreprise américaine (International Paper) pouvait intégrer et digérer une société française dans un ensemble européen. Ma troisième vie professionnelle m’a remis sur le marché français : il s’agissait de créer de toutes pièces, et en trois mois, la filiale commerciale française du britannique UK Paper qui, au bout de cinq ans, fut racheté par UPM. Ouvrir et fermer une PME dans un tel laps de temps est une expérience unique ! Enfin, dernière aventure : participer au développement en France de la plus brillante des start up papetières européennes des années 80 et 90, Soporcel devenue depuis The Navigator Company...

Le bilan ? Avoir approché la vente et le marketing en Europe de tous les papiers graphiques, à l'exception du papier journal, m'a aidé à comprendre leurs marchés ainsi que les défis posés par la révolution numérique.

Comment évoluer ?

La rareté des opportunités de contrats de longue durée m’a contraint à réorienter ma vie professionnelles dans deux directions : le conseil quant à l’utilisation des papiers graphiques et le journalisme.

Du conseil, je retiens une longue mission avec La Poste : elle a permis de rapprocher cette institution, qui demeure la première entreprise de logistique papier carton, et les entreprises de la filière. Tous les matins, 70 000 facteurs distribuent lettres et colis dans les moindres recoins de l'Hexagone ! L’évolution de La Poste et ses implications en interne comme en externe comptent parmi les clés de lecture de notre pays.

L’autre activité fut celle de journaliste pigiste. Toutefois, comme le rédac’chef ne prenait pas toujours mes papiers, j'ai décidé, avec son assentiment, de les envoyer à un premier cercle de relations professionnelles qui s’est progressivement élargi au gré des missions, rencontres et congrès. D'où la naissance de cette lettre.

Plus fondamental encore, cette évolution personnelle n’aurait pu se faire sans l’appui d’associations professionnelles qui font vraiment le sel de la société civile française. Je voudrais en citer deux.

XPLOR France

La vocation d'XPLOR France est de comprendre les évolutions du document, papier en premier lieu et, de plus en plus, numérique. J’y ai appris que le matériau papier, magnifique et varié, est aussi support d’information et que l’évolution de la communication remet en cause sa puissance et son utilité. J’y ai rencontré des professionnels passionnés, attachés à la pertinence et à la qualité des documents, ce qui permet de mettre en forme et d'expliciter les messages. J’ai eu la chance de faire plusieurs allers-retours aux États-Unis qui m’ont renforcé dans ce que je considère comme l’un des fondements du monde actuel : l’Europe a de nombreux atouts à y jouer.

Ce parcours d’une dizaine d’années avec cette association a nourri bien des réflexions dont vous avez pu profiter. En effet, les professionnels et amis que j’y ai côtoyés ont vite compris que le numérique ne remplacera jamais totalement le papier. Ceux qui pensent que le virtuel se substitura au matériel font encourir un risque à l’humanité. Le papier est l’un des moyens d’évacuer ce danger.

Culture Papier

Culture Papier est l’autre association dans laquelle je me suis investi, avant même sa naissance, tant je sentais et sens toujours le besoin d’être unis pour résister voire – ce qui est encore mieux – mettre en valeur les atouts du papier dans une économie qui sera circulaire ou ira dans le mur. Le bilan des sept ans de Culture Papier est globalement positif. La marque est bien établie dans la filière et devrait être un tremplin utile à une communication positive vers l’extérieur. Ma lettre a toujours soutenu les initiatives allant dans ce sens. Toutefois, il reste encore beaucoup à faire pour remonter la pente de la stigmatisation. Certaines ONG ont revu leurs argumentaires et les attaques sont moins frontales. Pour cela, il a fallu expliquer, démontrer, prouver. Il faut poursuivre : la ténacité finit toujours par payer.

L'avenir s'appuira sur les ressources, encore insoupçonnées, de la fibre végétale. En la matière, la France tient un bout de la corde et c’est à Grenoble que cela se passe : l'école d'ingénieurs Grenoble INP-Pagora, son Laboratoire Génie des Procédés Papetiers (LGP2) et le Centre Technique du Papier (CTP) portent nos espoirs. Les atouts de la matière fibreuse, ses multiques applications, graphiques et autres, y sont testés chaque jour. Il faut les aider à transformer leurs essais !!

Conclusion

Mon aventure professionnelle a été passionnante. Merci à tous ceux qui m’ont soutenu. Elle n’est pas tout à fait terminée : Olivier Le Guay, délégué général de Culture Papier, m’a proposé de rédiger une chronique dans la Lettre de l'association. J’ai donné mon accord au moins jusqu’au congrès du 28 novembre 2018, dont le thème très intéressant sera Le papier dans la Cité.

Bon courage à tous.

Contact

Jacques de Rotalier a passé 30 ans dans la commercialisation, en Europe et aux États-Unis, de la quasi-totalité des papiers impression-écriture. Il intervient maintenant comme journaliste dans des revues spécialisées de la chaîne graphique et comme consultant papier (perspectives stratégiques, achat, vente,...).

 
Nouvelle précédente Liste des nouvelles
Nouvelle précédente Liste des nouvelles Nouvelle suivante
   Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base   
 
Copyright © Cerig/Grenoble INP-Pagora
 
Mise en page : A. Pandolfi