Accueil     Recherche | Plan     Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base  
TUTORIEL cerig.efpg.inpg.fr 
 
Vous êtes ici : Accueil > Formation > Tutoriels > Introduction à l'automatique > Étude et description des systèmes automatiques : étude dynamique   Révision : 04 Juin 2007
 
Visitez le site de l'EFPG Introduction à l'automatique    Page précédente   
Page
précédente
   Plan du tutoriel   
Sommaire
 
   Liste des tutoriels   
Liste des
tutoriels
   Page suivante   
Page
suivante
Denis Curtil
(Juin 2007)

II - Étude et description des systèmes automatiques

II-3- Étude dynamique

Pour étudier et modéliser le comportement dynamique d’un système automatique, il faut utiliser les domaines de description temporels et fréquentiels, les nombres complexes avec les diagrammes de représentation associés (BODE, en particulier) et l’outil mathématique Transformée de Laplace noté TL.
Même s'il existe des comportements dynamiques de systèmes automatiques très variés, plusieurs d’entre eux peuvent être décrits en utilisant des systèmes des 1er et 2nd ordres complétés par le retard.
Nous n’allons évidemment pas dérouler tous les outils et notions cités ci-dessus. Concentrons-nous sur l’essentiel en montrant les liens et l’utilité de ces notions pour la bonne compréhension de cette partie.

Ainsi, il est commode de pouvoir relier facilement un comportement fréquentiel particulier avec l’aspect temporel associé. Par exemple, face à un système dont la sortie y est commandée via une entrée r, il est aisé d'admettre que, dans la plupart des cas, une entrée r différente de 0 donne une sortie y différente de 0 : cela revient à dire que l’on veut une production différente de zéro et que, fort heureusement, on l’obtient (sinon le procédé est à revoir…). Sur un plan fréquentiel, ce comportement est a minima dit passe-bas, c'est-à-dire qu’il laisse passer les basses fréquences et, en particulier, les phénomènes continus. Ce simple énoncé suffit à sélectionner une certaine forme de fonction pour le transfert mesure sur entrée.

Prenons une deuxième illustration. Si une perturbation constante est appliquée au système présenté ci-dessus, il est souhaitable qu’elle n’ait pas d’effet permanent sur la sortie. Autrement dit, même si cette perturbation l'affecte temporairement au moment de son application, la sortie du procédé doit retrouver son état initial au bout d'un certain temps qu'il faut minimiser. Sur un plan fréquentiel, ce comportement est dit passe-haut ou passe-bande, c'est-à-dire qu’il laisse passer des hautes fréquences en supprimant le continu. En pratique, cet énoncé permet sélectionner une certaine forme de fonction pour le transfert mesure sur perturbation.

L’étude dynamique permet de déterminer un modèle de comportement du procédé autour du point de fonctionnement. Ce modèle est obtenu en appliquant divers signaux à l’entrée de commande u du procédé et en analysant la réponse y en sortie.
Les signaux appliqués peuvent être simples ou multiples.

     
Page précédente
Page précédente
Retour au sommaire
Sommaire
Page suivante
Page suivante
Accueil Technique Liens Actualités Formation Emploi Forums Base  
Copyright © CERIG/EFPG 1996-2007
   
 

Mise en page : A. Pandolfi