Accueil     Recherche | Plan     Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base  
TUTORIEL cerig.efpg.inpg.fr 
 
Vous êtes ici : Accueil > Formation > Tutoriels > Bobines de papier et bobinage > Systèmes de déroulage   Révision : 01 mars 2007
 
Visitez le site de l'EFPG Bobines de papier et bobinage    Page précédente   
Page
précédente
   Plan du tutoriel   
Sommaire
 
   Liste des tutoriels   
Liste des
tutoriels
   Page suivante   
Page
suivante
Frédéric Munoz
(Mars 2007)

III - Les bobineuses

Pour remplir son rôle, toute bobineuse comporte les fonctions suivantes :

D’autres fonctions (déplissage, chariotage…) peuvent être prévues afin de faciliter les opérations précédentes.

III-1- Systèmes de déroulage

Le dispositif doit permettre de dérouler les bobines mères avec une tension uniforme du début à la fin. Il doit aussi permettre de lancer la bobine et de l’arrêter au besoin.

Le schéma traditionnel comporte un frein réglable ou régulé à partir de la tension du brin déroulé (frein à disque par exemple). L’utilisation d’une motorisation est incontournable dans le cas des bobines mères de grande taille. Elle permet :

  Système de déroulage  
Figure 7 - Système de déroulage - Ph. Goebel

Les capteurs de tension les plus communément utilisés sont des jauges de contraintes insérées sur un support de rouleau de feuille : correctement installés et régulièrement étalonnés, ces systèmes sont très fiables et ont une durée de vie pour ainsi dire illimitée.

Les tensions généralement appliquées au déroulage sont de l’ordre de 10 à 25 % de la résistance maximale de la feuille : ces valeurs permettent de rester bien au-dessous du comportement élastique du papier et de garder une marge de sécurité par rapport aux possibles à-coups en cours d’opération.
Notons que la tension appliquée en bobineuse est l’une des tensions les plus élevées dans la vie d’une feuille et casser sur bobineuse (à cause d’une brèche par exemple) est peut-être moins grave que de casser chez le client.
Notons également que les valeurs de tension données ici sont des valeurs empiriques et que la vitesse de travail est sans commune mesure avec la vitesse de mise en tension d’une bande de papier en laboratoire. En règle générale, plus la vitesse est grande, plus il faut tendre la feuille.

Des freins d’urgence sont également nécessaires.

Le système de déroulage [Figure 7] peut être monté sur un dispositif de va-et-vient en sens travers : cet outil permet de répartir un défaut éventuel du papier comme par exemple une surépaisseur(*) qui provoquerait un cordon. L’amplitude du chariotage est réglable mais sa mise en route n’est possible que dans la mesure où la largeur des rognures induites est compatible avec la laize commandée par le client. Le chariotage est un outil très utile mais qui fait inévitablement baisser le rendement "matière" de l’ensemble de la ligne.

Le système de déroulage peut également être muni d’un dispositif de réglage du parallélisme afin de récupérer sur un bord flottant. Ces dispositifs peuvent jouer sur l’alignement du poste de déroulage par rapport aux autres rouleaux de la machine et/ou sur l’horizontalité.

(*) A priori, une surépaisseur de quelques microns est négligeable pour le papier. Malheureusement, l’enroulage superpose ce même défaut plusieurs milliers de fois -- une bobine de papier LWC peut facilement comporter 10 000 spires -- et le micro-défaut du papier va devenir un macro-défaut de la bobine. La bobineuse est donc un très bon détecteur des défauts du papier !

     
Page précédente
Page précédente
Retour au sommaire
Sommaire
Page suivante
Page suivante
Accueil Technique Liens Actualités Formation Emploi Forums Base  
Copyright © CERIG/EFPG 1996-2007
   
 

Mise en page : A. Pandolfi