Accueil     Recherche | Plan     Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base  
TUTORIEL cerig.efpg.inpg.fr 
 
Vous êtes ici : Accueil > Formation > Tutoriels > Bobines de papier et bobinage > Productivité des bobineuses   Révision : 01 mars 2007
 
Visitez le site de l'EFPG Bobines de papier et bobinage    Page précédente   
Page
précédente
   Plan du tutoriel   
Sommaire
 
   Liste des tutoriels   
Liste des
tutoriels
   Page suivante   
Page
suivante
Frédéric Munoz
(Mars 2007)

III - Les bobineuses

III-5- Productivité des bobineuses

Le bobinage est l’une des opérations inévitablement discontinues en papeterie. Si la succession des bobines mères engendre des temps improductifs, ceux-ci sont également liés aux opérations inhérentes au bobinage : embarquement de la nouvelle feuille, élimination manuelle des défauts détectés par les équipements sur MAP, collure manuelle des brins, repositionnement des couteaux pour répondre à la demande du client (opération effectuée à l’arrêt, manuelle ou non), changement des couteaux, évacuation des bobines filles… Bref, ces temps improductifs correspondent en réalité à des pics d’activités pour les bobineurs.

Quoi qu’il en soit, la productivité de la bobineuse doit être suffisamment supérieure à celle de la MAP pour ne pas la perturber. Mais, de ce point de vue, tous les papetiers ne sont pas égaux.

Prenons deux cas extrêmes :

La gestion de la capacité d’une bobineuse passe par le chiffrage des temps non consacrés à bobiner à proprement parler (embarquements, changement de couteaux, etc.). Ce chiffrage n’est pas facile et il faut également prendre en compte les phases d’accélération et de décélération de la bobineuse. À partir de là, il est possible de prévoir la productivité minimale à assurer lors de l’opération de bobinage et, si besoin est, d'envisager plusieurs scénarios d’amélioration.

En raison des temps d’arrêt, l’augmentation de la productivité n’est pas une fonction linéaire de la vitesse des équipements. Un exemple de relation vitesse/productivité est donné ci-dessous [Figure 20] : dans le cas considéré, augmenter la vitesse de 50% amène un gain relatif de productivité de moins de 30%. Des exemples de calculs détaillés sont donnés en annexe.

Gain de productivité sur une installation travaillant en discontinu
Figure 20 - Gain de productivité sur une installation
travaillant en discontinu
     
Page précédente
Page précédente
Retour au sommaire
Sommaire
Page suivante
Page suivante
Accueil Technique Liens Actualités Formation Emploi Forums Base  
Copyright © CERIG/EFPG 1996-2007
   
 

Mise en page : A. Pandolfi