Accueil     Recherche | Plan     Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base  
TUTORIEL cerig.efpg.inpg.fr 
 
Vous êtes ici : Accueil > Formation > Tutoriels > La flexographie > Les encres   Révision : 03 mars 2006
 
Visitez le site de l'EFPG La flexographie    Page précédente   
Page
précédente
   Plan du tutoriel   
Plan du
tutoriel
   Liste des tutoriels   
Liste des
tutoriels
   Page suivante   
Page
suivante
Éliane Rousset - EFPG
(01 mars 2006)

IV - Les encres

Le type d’encre et ses propriétés dépendent de la nature du support. En l’occurrence, les encres à l’eau et les encres UV conviennent pour l’impression du papier et du carton.

IV-1- Les encres à l'eau

Les encres à l’eau donnent de bons résultats au niveau de la résistance au frottement, de l’engraissement du point et ne contiennent pas de composés organiques volatiles. Leur quantité déposée, sur le papier par exemple, peut aller de 0,5 gramme de colorant sec par m2 à 3 grammes par m2 pour un aplat. Pour des raisons de coût, de séchage, de fiabilité de reproduction, seule la quantité d’encre nécessaire doit être déposée sur le papier. Les encres à l’eau peuvent être séchées par émission d’air chaud et par séchage UV.
Cependant, la dilution des encres à l’eau doit être précise puisqu’elle détermine la viscosité et la densité de l’impresssion. Le pH de ces encres doit être régulé car il agit sur le séchage et peut modifier le rendu des couleurs.

IV-2- Les encres UV

Les encres UV sont constituées principalement de monomères et de prépolymères et sont plus polyvalentes au niveau des supports utilisés. Elles ont la particularité de présenter de très courts temps de séchage. L’encre déposée a une bonne résistance à la chaleur ainsi qu’aux abrasions. De plus, elle donne des très bons brillants et offre un large gamut, c’est-à-dire un vaste ensemble de couleurs reproductibles. Le volume d’encre appliqué est aussi relativement faible. La plupart des encres UV sur le marché sont des systèmes à radicaux libres, l’exposition à un rayonnement UV permet à un photoamorceur de former des radicaux libres, étape suivie d’une réaction en chaîne de polymérisation. Cependant, des systèmes cationiques, comme les résines époxy, semblent avoir des possibilités de développement dans ce domaine car ils continuent de polymériser même si la source UV émettrice est coupée. Ils offrent en outre une meilleure adhésion sur le support et une viscosité plus faible. En revanche, ils sont très sensibles à l’humidité ambiante.
La figure 12 ci-dessous illustre le principe de séchage d'une encre UV.

Séchage d'une encre UV
Figure 12 - Séchage d'une encre UV

Les inconvénients des encres UV sont d’abord leur prix, beaucoup plus élevé que les autres types d’encre. Ensuite, leur viscosité importante n’est pas très bien adaptée au procédé flexographique et de plus, elles contiennent encore des produits non acceptés pour des emballages de produits alimentaires.

La majorité des presses flexo UV sont à séchage mixte (air chaud et sécheur UV) afin de permettre l’utilisation des deux types d’encre.

     
Page précédente
Page précédente
Retour au sommaire
Retour au sommaire
Page suivante
Page suivante
Accueil Technique Liens Actualités Formation Emploi Forums Base  
Copyright © CERIG/EFPG 1996-2006
   
 

Mise en page : A. Pandolfi