Accueil     Recherche | Plan     Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base  
TUTORIEL cerig.efpg.inpg.fr 
 
Vous êtes ici : Accueil > Formation > Tutoriels > Caractérisation de la morphologie des fibres de bois > La structure des bois : histologie du bois de feuillus   Révision : 25 août 2008
 
Pagora, école internationale du papier, 
   de la communication imprimée et des biomatériaux Caractérisation de la morphologie
des fibres de bois
   Page précédente   
Page
précédente
   Plan du tutoriel   
Sommaire
 
   Liste des tutoriels   
Liste des
tutoriels
   Page suivante   
Page
suivante
Raphaël Passas
(Septembre 2008)

I - Structure des bois

I-5- Histologie du bois de feuillus

L’organisation des feuillus est plus complexe que celle des résineux. En effet, la conduction de la sève et le soutien de l’arbre ne sont pas réalisés par les mêmes cellules [figures 6 et 7].

Structure de feuillus : 
   vue schématique   Structure de feuillus : 
   vue au microscope électronique à balayage
Figure 6 - Structure de feuillus :
vue schématique
  Figure 7 - Structure de feuillus :
vue au microscope électronique à balayage

Les fibres libriformes sont des éléments rangés longitudinalement, dans le sens de l’axe de l’arbre. Elles ne participent qu’au soutien de l’arbre. Elles ne comportent donc pas de ponctuation. Leur forme est fusiforme.

Les fibres-trachéides ne sont présentes que pour certaines essences (le châtaignier par exemple) et ont une double fonction de conduction de la sève et de soutien de l'arbre.

Les rayons ligneux, orientés dans le sens radial, ne sont composés que de cellules de parenchyme. Ils peuvent être soit homogènes soit hétérogènes en fonction de l’arrangement des cellules qui les composent. Un rayon est dit homogène si toutes les cellules de parenchyme sont couchées (leur grande longueur dans le sens radial).

Les vaisseaux (ou pores) sont les cellules permettant le transport de la sève chez le feuillus. Ils sont implantés de manière longitudinale dans le bois et peuvent être ou non juxtaposés. L’évolution de la taille des vaisseaux et de leur répartition au cours d’un cerne annuel dans le bois permet de classer les feuillus en trois classes [figures 8 et 9].

Les bois à pores diffus possèdent des pores ayant des tailles sensiblement identiques et une répartition homogène tout au long de l’année (par exemple : le peuplier et le hêtre). En revanche, pour les bois à zone poreuse (le châtaignier, le chêne par exemple), les vaisseaux du bois de printemps ont un diamètre beaucoup plus important que les vaisseaux de bois final. La dernière catégorie est dite bois à zone semi-poreuse et comprend tous les cas n'entrant pas dans les deux autres catégories.

Bois à pores diffus   Bois à zone poreuse
Figure 8 - Bois
à pores diffus
  Figure 9 - Bois
à zone poreuse
     
Page précédente
Page précédente
Retour au sommaire
Sommaire
Page suivante
Page suivante
Accueil Technique Liens Actualités Formation Emploi Forums Base  
Copyright © Cerig/Pagora 1996-2008
   
 

Mise en page : A. Pandolfi