Accueil     Recherche | Plan     Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base  
TUTORIEL cerig.efpg.inpg.fr 
 
Vous êtes ici : Accueil > Formation > Tutoriels > Caractérisation de la morphologie des fibres de bois > Morphologie des fibres : grandeurs géométriques   Révision : 25 août 2008
 
Pagora, école internationale du papier, 
   de la communication imprimée et des biomatériaux Caractérisation de la morphologie
des fibres de bois
   Page précédente   
Page
précédente
   Plan du tutoriel   
Sommaire
 
   Liste des tutoriels   
Liste des
tutoriels
   Page suivante   
Page
suivante
Raphaël Passas
(Septembre 2008)

III - Morphologie des fibres

L’étude de la morphologie des fibres consiste à décrire la forme et l’aspect de la surface des fibres. Cela peut se faire par microscopie optique, par microscopie électronique à balayage ou encore par microscopie électronique à transmission. Le choix de l’outil d’observation dépend des caractéristiques qui doivent être observées. Depuis quelques années, des appareils automatiques permettent de déterminer un grand nombre de données morphologiques.

Dans ce chapitre sont présentées principalement les caractéristiques facilement observables par microscopie optique ou à l’aide d’analyseur automatique. Nous nous en tiendrons donc à l’échelle microscopique.

III-1- Grandeurs géométriques

III-1-1- Longueur de la fibre

La longueur de la fibre correspond à la longueur de sa ligne centrale [figure 15]. Dans une suspension fibreuse, il y a des millions de fibres par gramme de pâte et de nombreuses mesures doivent être faites afin d’obtenir une valeur moyenne.

Longueur de fibre
Figure 15 - Longueur de fibre

Un traitement statistique de mesure doit alors être réalisé afin d’obtenir les renseignements désirés : valeur moyenne (La), écart type,…

avec L = longueur de chaque fibre et NT= nombre total de fibres mesurées.

Pour se rendre compte visuellement de la dispersion des mesures, il faut tracer l’histogramme de répartition des longueurs de fibres. Pour une pâte donnée, les méthodes automatiques et manuelles ne donnent pas les mêmes répartitions de longueurs [figure 16].

Histogramme 
   de répartititon des longueurs de fibres
Figure 16 - Histogramme de répartititon des longueurs de fibres

Ceci s’explique par la manière de sélectionner les objets. En effet, dans une suspension fibreuse, les fibres ne sont pas les seules cellules présentes (cf. chapitre I). Lorsque l’opérateur repère une cellule de parenchyme ou un morceau de paroi, il n'en tient pas compte dans la détermination de la longueur de fibre contrairement aux analyseurs automatiques qui comptent tous les éléments présents (jusqu’à une valeur seuil de 200µm sur l’exemple de la figure 16). C’est pourquoi ces deux méthodes donnent des valeurs de longueur arithmétique très différentes.

Pour minimiser l’effet des éléments de petites dimensions sur la valeur moyenne arithmétique, il peut être intéressant de calculer la longueur pondérée en longueur (Lp) qui donne plus d’importance aux fibres longues.

Il faut noter que dans l’expression de la longueur pondérée, interviennent la longueur moyenne arithmétique et l’écart type de la distribution.

III-1-2- Largeur de la fibre

La détermination de la largeur de la fibre pose le problème suivant : à quel endroit faut-il la mesurer ? En effet, comme le montre la figure 17, la largeur d'une fibre peut être très différente entre ses extrémités et son centre. De même, les déformations présentes peuvent générer une variation assez importante de cette grandeur.

Les appareils automatiques, comme le MorFi, déterminent la largeur d’une fibre comme étant la valeur moyenne de la largeur sur toute la longueur de la fibre. De manière manuelle, l’observateur prend en compte la largeur moyenne dans une zone centrale non déformée de la fibre. Des écarts importants entre ces deux méthodes peuvent alors être observés. Il faut également noter que la grandeur déterminée par ces méthodes est une projection de la fibre dans le plan d’observation. Il n’est donc pas possible de déterminer une largeur radiale et une largeur tangentielle telle qu'on peut le faire sur une coupe transversale de bois.

Largeur de fibre
Figure 17 - Largeur de fibre

III-1-3- Épaisseur des parois de la fibre

L’épaisseur de la paroi des fibres est une grandeur très importante puisqu’elle intervient dans les modèles de prédiction des caractéristiques physiques de la fibre. Toutefois, il est délicat de la déterminer avec précision en microscopie optique puisque l’objectif à utiliser pour l’observation ne permet pas d’avoir une bonne profondeur de champ (l’image est donc très souvent floue).
L’utilisation de la microscopie électronique à balayage est alors recommandée.

     
Page précédente
Page précédente
Retour au sommaire
Sommaire
Page suivante
Page suivante
Accueil Technique Liens Actualités Formation Emploi Forums Base  
Copyright © Cerig/Pagora 1996-2008
   
 

Mise en page : A. Pandolfi