Accueil     Recherche | Plan     Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base  
TUTORIEL cerig.efpg.inpg.fr 
 
Vous êtes ici : Accueil > Formation > Tutoriels > Tests d'imprimabilité > Test à la goutte d'eau colorée (Reprotest IGT W28)   Révision : 09 mai 2006
 
Visitez le site de l'EFPG Tests d'imprimabilité    Page précédente   
Page
précédente
   Plan du tutoriel   
Plan du
tutoriel
   Liste des tutoriels   
Liste des
tutoriels
   Page suivante   
Page
suivante
José Garrido-Yañez
(Mai 2006)

Test à la goutte d'eau colorée (Reprotest IGT W28)

1- Principe

Lors de l'impression offset, le transfert d’encre de la forme imprimante vers les papiers ou cartons s’accompagne d’un transfert d’eau. Ce transfert dépend de l’état de surface de l’échantillon, principalement de sa rugosité et/ou de son degré de collage.
Les mesures sont basées sur le principe suivant : un échantillon est imprimé, dans des conditions bien définies, avec une molette sur laquelle un volume d’eau colorée déterminé est déposé. Cette eau va laisser une trace colorée sur l’échantillon dont la surface, plus ou moins grande, dépendra de l’état de surface de ce dernier. Comme l'illustre la figure 4, si l’on admet que l’eau déposée ne pénètre pas dans l’échantillon mais qu’elle reste à la surface, on peut estimer que le volume déposé V qui couvre une surface S a une hauteur moyenne H qui est le rapport de V sur S.

Test de la goutte d'eau colorée
Figure 4 - Test de la goutte d'eau colorée

2- Matériel

3- Mode opératoire

[Chiffres entre crochets : se référer au schéma+légende de la presse à épreuves IGT proposé en annexe.]

Sélectionner la pression d’impression (ex. 50 kg) entre la molette supérieure [12] et le cylindre d’impression [8], à l’aide de la manette [9]. La pression est indiquée en [13] lorsque la molette est appliquée avec la manette [11].
Placer l’aiguille [14] en position vitesse constante.
Positionner le commutateur [3] en position H (vitesse constante jusqu’à 5 m/s).
Sur l’indicateur de vitesse [2], fixer la vitesse d’impression (ex. : vitesse 1 m/s) avec la manette [5] en maintenant le bouton [6] pressé .
Positionner l’échantillon à tester sur le cylindre d’impression [8], le fixer à l’aide des pinces [18] et appliquer la brosse [16] pour maintenir l’échantillon parallèle au cylindre. L’échantillon est en position lorsque la lampe témoin [15] est allumée.
Positionner la molette d’impression à sa place [12] et la presser contre l’échantillon à l’aide de la manette [11].
À l’aide de la seringue micrométrique, déposer une goutte d’eau colorée sur la molette d’impression : le volume sera de 1 à 6 mm3 suivant la rugosité de l’échantillon.
Lancer l’impression avec le bouton [1] en maintenant le bouton [6] pressé.

4- Résultats

Sur les différents échantillons, mesurer la surface imprimée soit en utilisant la formule simplifiée donnée dans le schéma de principe soit en suivant d’autres méthodes plus précises : pesée, analyse d’image,…
À partir des valeurs des surfaces et en connaissant le volume utilisé, calculer la valeur de H (microns). Cette valeur peut être assimilée à la rugosité moyenne de l’échantillon.
Le tableau ci-après résume, à titre indicatif, des valeurs de rugosité mesurées pour quelques sortes de papiers.

Sorte de papier Volume
(mm3)
Rugosité
(micron)
Offset 6 6
Couché moderne 2 1,4
Papier couché (double couché) 1 0,8
Kromecote 1 0,9
Papier alfa (non couché) 6 8,8
Journal 6 6,6
Impression hélio 3 1,9
Exemples de surfaces imprimées
     
Impression de papier couché
 
Impression de papier non couché
Figure 5 - Impression de papier couché Figure 6 - Impression de papier non couché
     
Page précédente
Page précédente
Retour au sommaire
Retour au sommaire
Page suivante
Page suivante
Accueil Technique Liens Actualités Formation Emploi Forums Base  
Copyright © CERIG/EFPG 1996-2006
   
 

Mise en page : A. Pandolfi